Archives pour la catégorie Communiqués de presse

Communiqués de presse du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM.

Changement de prénom d’usage à Paul-Valéry : le SCUM obtient la simplification de la procédure !

Ce mardi 17 mai au Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry, le SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) a proposé une nouvelle procédure de changement de prénom d’usage visant à simplifier l’ancienne.
Nous nous félicitons que le principe d’un changement de la procédure ait été voté à l’unanimité, et nous proposerons lors du prochain CEVU notre mesure.

La précédente procédure était humiliante et infantilisante pour les étudiantes et étudiants qui souhaitaient changer de prénom d’usage. En effet, un nombre conséquent de pièces justificatives était nécessaire, notamment une attestation de « témoin », infantilisante, confirmant la volonté, via une personne tierce, de la personne de changer de prénom d’usage. Ce véritable parcours du combattant qui décourageait et humiliait les personnes souhaitant changer de prénom d’usage s’accompagnait de longs mois d’attente, sans réponses aux mails des étudiantes et étudiants malgré, souvent, un nombre conséquent de relances adressées à la mission égalité, qui était chargée de cette procédure. L’aberration résidait dans le fait qu’en parallèle la procédure du CROUS est simple et ne demande pas une charge administrative aux étudiantes et étudiants.

La nouvelle procédure proposée par le SCUM, calquée sur celle obtenue pour le CROUS, consiste en une anonymisation des données de la personne souhaitant changer de prénom et le fait qu’aucune pièce justificative n’est demandée en dehors du formulaire de formalisation de la demande (qui regroupe les informations figurant sur la carte étudiante actuelle, nouveau prénom, et nouveau genre). L’étudiante ou l’étudiant souhaitant changer de prénom d’usage n’aura qu’à envoyer un e-mail au service responsable du changement de prénom (l’adresse mail sera bientôt communiquée) afin de prendre un rendez-vous. Suite à ce rendez-vous, un e-mail sera adressé à la personne demandeuse pour lui indiquer que le changement est effectif pour l’université et qu’il lui est désormais possible d’utiliser son nouvel alias d’envoi dans sa messagerie étudiante et de récupérer sa nouvelle carte étudiante.

Ce changement intervient 3 jours après l’Existransinter, la mobilisation nationale qui s’est tenue à Paris samedi dernier pour la défense des personnes trans et intersexe et également lors d’une date symbolique étant donné qu’aujourd’hui est la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie. Le SCUM continue de défendre, dans les instances comme dans les luttes, les droits de toutes et de tous.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

  • La motion présentée par les élus étudiant du SCUM lors du CEVU du 17 mai 2022 :

Mobilisation dimanche 1er mai et au delà, l’urgence d’agir pour notre droit à un avenir !

Dimanche 1er mai, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des travailleuses et travailleurs.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) appelle à participer à cette manifestation qui partira à 10h30 de l’esplanade du Peyrou ce dimanche. En effet, cette mobilisation concerne les conditions de vie des étudiantes et étudiants.

Si l’obtention d’un diplôme marque souvent l’entrée officielle dans le monde du travail, nous sommes déjà plus de 40% des étudiantes et étudiants à travailler en parallèle des études.

Si la candidate la plus xénophobe et anti-sociale n’a heureusement pas été élue lors de l’élection présidentielle, nous ne pouvons pas oublier que nos conditions d’études et de vie se dégradent chaque année au fur et à mesure de politiques gouvernementales de plus en plus brutales.

Actuellement, plus d’un tiers des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté, les APL ont baissé 3 fois de suite depuis 2017, les loyers augmentent chaque année, de plus en plus d’étudiantes et d’étudiants sont jetés en dehors de l’université à cause du renforcement de la sélection en Licence et Master par les enseignants et les présidences de fac, et les files d’attentes aux distributions alimentaires du SCUM sont de plus en plus démesurées.

Nos vies quotidiennes deviennent de plus en plus irrespirables, nos frigos se vident, et l’avenir apparaît de plus en plus bouché.

Emmanuel Macron, bien que réélu par défaut, annonce déjà sa volonté d’aller encore plus loin dans sa politique brutale : renforcement de la sélection sociale à l’université, augmentation des frais d’inscription, baisse de certaines aides sociales, fragilisation des droits des salariés dans les entreprises …etc. Une vie de précarité qui s ‘allongera jusqu’à 65 ans, âge que moins d’un Français sur deux atteint en bonne santé, et qu’un quart des plus pauvres n’atteindront jamais vivants.

Au quotidien de plus en plus difficile s’ajoute la perspective d’une misère généralisée étendue à l’ensemble de notre vie professionnelle, et étirée désormais jusqu’à la mort.

Nous ne pouvons nous résoudre à devenir les spectateurs de la dégradation de nos conditions de vie.

Parce que nous avons choisi l’action plutôt que la résignation, nous agissons au quotidien au sein du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM). Nous menons des actions concrètes d’entraide (distributions alimentaires, animation d’un foyer étudiant en cité universitaire), nous accompagnons les étudiantes et étudiants dans leurs démarches et nous défendons les droits étudiants (comme le maintien des vacances de Noël et des rattrapages à l’université Paul Valéry).
Mais surtout, nous mettons en place des rapports de force au niveau local, permettant entre autres de lutter contre la sélection sociale : chaque année, nous faisons inscrire par la lutte des dizaines d’étudiantes et d’étudiants refusés du cursus de leur choix.

Au niveau national, nous luttons pour les droits des travailleuses et travailleurs au sein de la CNT-Solidarité Ouvrière, et nous construisons des convergences et mobilisations communes avec d’autres syndicats étudiants locaux partout en France.

Pour défendre notre droit à un avenir, nous appelons les étudiantes et étudiants de Montpellier qui ne se résignent pas et qui veulent agir concrètement à adhérer au SCUM et à prendre part aux combats et initiatives que nous portons.

Dès ce dimanche 1er mai, construisons ensemble le 3eme tour social, contre la misère et l’exploitation capitaliste. Nous vous donnons rendez-vous ce dimanche à 10h30 sur l’esplanade du Peyrou.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

  • article dans le journal La Marseillaise du 29/04/2022 :

Plus d’une tonne de nourriture distribuée à 680 étudiantes et étudiants de Montpellier par le SCUM.

Ce lundi 04 avril, plus de 680 étudiantes et étudiants ont bénéficié de la distribution alimentaire du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) à l’université Paul-Valéry. Une impressionnante file d’attente de plus de 100 mètres témoignait de l’accroissement de la précarité étudiante. Au total, plus d’une tonne de produits alimentaires a été distribuée, ainsi que des produits d’hygiène, des livres et des vêtements.

Le week-end précédent, les étudiantes et étudiants bénévoles du SCUM, avec le soutien de la Corpo Lettres Epsylone, ont collecté les produits auprès des clients de deux supermarchés montpelliérains.

Après avoir distribué plus de 6000 colis alimentaires entre janvier et juin 2021, ouvert un foyer étudiant en cité universitaire, et obtenu le remboursement des frais d’inscription de plus d’une centaine d’étudiantes et d’étudiants, nous sommes fiers de multiplier les initiatives de solidarité concrètes.

Cependant, la situation étudiante s’aggrave dans des proportions de plus en plus effrayantes : plus d’un tiers de la population étudiante vit sous le seuil de pauvreté, et de plus en plus de personnes éprouvent des difficultés à se nourrir et se loger.

Au niveau national, il est urgent de rétablir le repas à 1€ pour toutes et tous en restauration du CROUS, d’élargir l’accès aux bourses, et d’augmenter leurs montants.

La situation est tellement critique et urgente que des mesures doivent aussi être rapidement prises au niveau local. Nous demandons au CROUS Montpellier-Occitanie d’accepter de prêter des locaux pour les associations comme le SCUM qui souhaitent effectuer des distributions alimentaires. Nous attendons aussi, depuis septembre 2021, que le maire et président de la métropole de Montpellier Michael Delafosse tienne son engagement et nous apporte l’aide promise afin que nous puissions effectuer des distributions alimentaires régulières.

Il faut que les choses changent. Nous ne pouvons pas nous contenter de survivre au jour le jour. Le SCUM continuera à mener des initiatives concrètes face à la précarité, et nous continuerons à organiser des mobilisations étudiantes afin de revendiquer notre droit à un avenir !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr


Lire le communiqué sur le site web national de la CNT – Solidarité Ouvrière, le syndicat interprofessionnel : https://cnt-so.org/communique-du-syndicat-de-combat-universitaire-de-montpellier-scum/


La collecte et la distribution alimentaire dans les médias :

Reportage de Métropolitain/ Actu.fr du 05/04/2022

Nouveau calendrier universitaire 2022-2023 à l’université Paul-Valéry : les vacances sont sauvées !

Ce mardi 15 mars 2022 avait lieu le vote du calendrier universitaire pour l’année 2022-2023 à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Ce vote a été effectué par le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU), dans lequel les élus étudiants du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) représentent les étudiantes et étudiants de l’université.

Des garanties obtenues par le SCUM

Depuis l’année dernière, l’université Paul-Valéry Montpellier 3 a souhaité passer de 12 à 13 semaines de cours par semestre. Ce changement a entraîné l’année dernière la mise en place d’un calendrier universitaire qui supprimait la moitié des vacances de Noël et qui plaçait la seconde évaluation du premier semestre au milieu du second semestre, en plein mois de mars.
Heureusement, la mobilisation menée par le SCUM, qui s’est matérialisée par des manifestations ainsi que par l’occupation des locaux de la présidence de l’université le 1er avril 2021 a permis une double victoire pour les étudiantes et étudiants. Le calendrier a été retiré et le SCUM a pu construire un calendrier plus favorable aux étudiantes et étudiants pour cette année 2021-2022.

Pour le calendrier universitaire de l’année 2022-2023, le SCUM avait obtenu lors de la commission préparatoire, une instance créée par le syndicat, deux principes intangibles : que le premier semestre se termine avant les vacances de Noël, et que les secondes évaluations se situent à la fin de chaque semestre.

Des enseignants tentent de supprimer une partie des vacances de Noël !

Nous avons été choqués de découvrir que la corporation enseignante “SNESUP-FSU” a proposé une version du calendrier proposant tout simplement de revenir sur les garanties obtenues par le SCUM : ces enseignants souhaitent donc faire supporter aux étudiantes et étudiants, ainsi qu’aux autres personnels, des examens du premier semestre juste après Noel, supprimant par là une partie de ces vacances !
Cette proposition ridicule ne nous surprend pas de la part de cette corporation qui semble obsédée par une domination malsaine sur les étudiantes et étudiants. Nous rappelons que c’est le “SNESUP-FSU” qui avait tenté de criminaliser la mobilisation des étudiantes et étudiants sans-fac lors du mois d’octobre dernier. Heureusement pour le calendrier universitaire 2022-2023, comme pour la mobilisation victorieuse des sans-facs, cette sinistre corporation enseignante a été renvoyée dans les poubelles de l’histoire et a vu ses projets délétères échouer une fois de plus : cette proposition ridicule n’a même pas été soumise au vote.
Ce ne sont pas les seules vacances qui étaient remises en cause, puisque la présidence de l’université a eu la curieuse idée de soumettre au vote un calendrier universitaire qui supprimait carrément les vacances de la Toussaint ! Cette proposition a été rejetée massivement par 31 voix contre 1 abstention et 1 élu qui “n’a pas pris part au vote”.

Il restait ainsi deux propositions de calendrier soumises au vote. La “version 3” avait notre préférence, car elle était similaire au calendrier de l’année 2021-2022.

Un calendrier expérimental qui pose question.

Cependant, c’est une autre version du calendrier qui a été adoptée, qualifiée “d’expérimentale” par la présidence de l’université. Comme le SCUM l’a obtenu, les vacances de Toussaint et de Noël sont sauvegardées et la rentrée universitaire se fera plus tard, le 12 septembre.
Cependant, nous avons souligné l’absence de véritable période d’examens lors du premier semestre. Seuls les trois derniers samedis de décembre sont dédiés aux examens en gros effectifs. Dans ce cadre, nous serons attentifs à l’organisation concrète des examens afin d’éviter la surcharge pédagogique des étudiantes et étudiants.

En définitive l’adoption d’un calendrier universitaire sauvegardant les différentes périodes de vacances a été rendue possible par l’implication des élus étudiants du SCUM, et surtout par l’instauration, depuis l’année dernière, d’un véritable rapport de forces au sein de l’université afin de défendre les étudiantes et étudiants.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Précarité, sélection : nous ne voulons plus payer la crise ! Manifestation jeudi 17 mars

Jeudi 17 mars, des étudiantes et étudiants de toute la France appellent à manifester contre la précarité, la sélection sociale (Parcoursup et Master) et la hausse des frais d’inscription. Chaque année, à Montpellier comme ailleurs, des étudiantes et étudiants se retrouvent privés de l’accès aux de études de leur choix. Parcoursup en Licence et la sélection en Master entraînent ces situations injustes et précarisantes, qui s’aggravent chaque année, comme en témoigne le projet gouvernemental de mettre en place un Parcoursup en Master, ou la volonté affichée par Emmanuel Macron d’augmenter les frais d’inscription à l’université.

A Montpellier, après avoir mené des mobilisations réussies le 03 février et le 23 février, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) appelle, à la suite de la 2ème rencontre nationale des étudiantes -e-s et lycéen-ne-s en lutte qui s’est tenue le 13 février à l’université Paris-Nanterre, où des étudiantes et étudiants sans-fac occupent depuis plus de 3 mois la présidence de la fac, aux mobilisations suivantes organisées par le Comité d’action étudiant de Montpellier :

– Jeudi 10 mars à 19h15 : réunion du Comité d’action pour préparer la mobilisation étudiante du 17 mars (Amphithéâtre 2, université Paul-Valéry Montpellier 3).

Et grande mobilisation étudiante contre la sélection sociale et la hausse des frais d’inscription jeudi 17 mars.

A 12h00, départ en manifestation devant le bâtiment H de l’Université Paul-Valéry puis à 12h15, second départ depuis le Tramway Saint-Eloi (ligne 1), pour une convergence avec la mobilisation interprofessionnelle à 13h devant la gare Montpellier-Saint Roch.

Mobilisation organisée par le Comité d’action étudiant, et soutenue par : Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) Association Montpelliéraine des Etudiants en Santéle BDE FDE « La Meef’ », la Corpo Lettres Epsylone, l’Association des Etudiants en Master et Doctorat de Montpellierle collectif FDE en lutte, et la Confédération Nationale des Travailleurs-Solidarité Ouvrière (CNT-SO),


L’appel national :

Notre appel dans les médias :