Archives pour la catégorie Communiqués de presse

Communiqués de presse du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM.

Après 5 jours de grève de la faim devant le rectorat, Mehdi a enfin trouvé un Master !

 Il aura fallu plus de cinq jours de grève de la faim pour que Mehdi soit admis en Master. C’est ce mardi 22 septembre aux alentours de 17h, et après une candidature spontanée auprès de la Faculté de Droit de Montpellier que la bonne nouvelle est arrivée.

Cette conclusion met en lumière l’imposture que constitue le droit à la poursuite d’études. Lors de la généralisation de la sélection à l’entrée en Master en 2017, nous avions pointé le caractère non-applicable de ce droit. En effet, les rectorats sont dans l’obligation de proposer des Masters aux étudiants qui font un recours sur « trouvermonmaster.gouv.fr ». Sauf que rien n’oblige les universités à répondre favorablement aux sollicitations des rectorats. Kafka lui-même n’aurait pas imaginé pire absurdité !

Le plus important, et nous nous en réjouissons, c’est que Mehdi va bien. Il a recommencé à s’hydrater et à s’alimenter.

Nous ne disons pas merci à Sophie Béjean. Au-delà de son rôle factice et de son impéritie crasse, nous constatons son absence totale d’humanité, son inutilité et l’inexistence de son influence. A aucun moment, alors que Mehdi avait cessé de s’alimenter et de s’hydrater, cette représentante locale du ministère a daigné descendre de sa tour d’ivoire. Aucun contact n’a été pris de sa part, même pour s’enquérir de sa santé.

Nous ne disons pas merci aux gouvernements successifs qui ont légalisé en 2017 une sélection auparavant illégale, et mise en place de façon opaque et élitiste par les directions d’universités.

La situation de Mehdi, dramatique ne doit pas nous faire oublier que cette sélection sociale implacable jette de nombreux étudiants en dehors de leur cursus universitaire. Cette situation nous en a exposé les conséquences : précarité exacerbée et désespoir.

Cette victoire démontre que c’est par le rapport de force, qu’il soit individuel ou collectif, que nous pouvons faire valoir notre droit à un avenir. Mehdi n’est pas un cas isolé. Pour preuve, nous avons déjà été contacté par plusieurs étudiants dans une situation similaire. Nous appelons donc tous les Mehdis à se mobiliser contre cette sélection sociale.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Après la grève de la faim, faut-il une grève de la soif pour assouvir une soif d’étudier ?

Après quatre jours de grève de la faim, Mehdi a enfin été reçu par Philippe Paillet, du Rectorat. Il avait cessé s’alimenter vendredi 18 septembre afin de faire respecter son droit à la poursuite d’études. Refusé en Master 1 par la Faculté de Droit de l’Université de Montpellier (UM) à l’issue d’une sélection opaque, Mehdi a activé le dispositif prévu par la loi dans sa situation : le Rectorat doit lui faire 3 propositions en adéquation avec son projet professionnel.

Il n’a été invité à la réunion de ce lundi 21 septembre qu’à la condition de ne pas être accompagné, ce qui allait à l’encontre de son souhait. Comment peut-on refuser à Mehdi le souhait d’être accompagné après 4 jours de grève de la faim ?

Durant cette réunion, aucune solution concrète n’a été formulée pour résoudre cette situation grave. Il a juste été évoqué la possibilité pour Mehdi de conserver son logement un mois de plus. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient : nous voyons dans cette proposition, au mieux une volonté de reporter le problème, au pire de s’en débarrasser en formulant une fausse promesse.

Aucune solution durable n’a été proposée, l’étudiant restant dans la même situation précaire. Pire, lors de cette réunion, à aucun moment n’a été évoquée la grève de la faim entamée par Mehdi il y a 4 jours. Le Rectorat n’a toujours pas pris la pleine mesure de la gravité de la situation. Il utilise des stratagèmes politiques et de communication afin de décrédibiliser et de minimiser l’action de Mehdi.

Dans un contexte de crise sanitaire et sociale inédite, et alors que le gouvernement annonce faire de la jeunesse sa priorité, sa représentation locale se borne à n’offrir aucune solution pérenne à cet étudiant.

Doit-on rappeler les conséquences d’une grève de la faim sur le corps humain ? Faut-il attendre de lourdes conséquences médicales pour qu’ils réagissent enfin ?

Ce lundi après-midi, lors du Conseil Académique de l’Université de Montpellier (UM), l’élue du SCUM est intervenue sur la situation, dans ce conseil qui vote les quotas de sélection. Les propos faussement compatissants de la direction n’ont pas réussi à masquer leur absence de volonté de résoudre le problème.

Ces réunions plus que décevantes n’altèrent en rien sa détermination. C’est pourquoi, dès mardi 22 septembre, Mehdi va durcir sa grève de la faim et y ajouter une grève de la soif. Il est inutile ici de rappeler le caractère vital de l’hydratation.

Nous appelons tous les étudiants subissant la même situation, et tous les étudiants touchés par cette injustice, à venir devant le Rectorat de Montpellier tous les jours à partir de 8h. Nous ne laisserons pas Mehdi seul !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Dans les médias :

#SOSMaster rassemblement de soutien à l’étudiant en grève de la faim lundi 21 septembre

En grève de la faim depuis vendredi 18 septembre pour faire appliquer son droit à la poursuite d’études, Mehdi, étudiant de la Faculté de Droit à besoin de notre soutien !

Au delà de la situation dramatique de Mehdi, le problème est aussi collectif.
Cette année, de nombreux étudiants refusés en Master n’ont eu aucune proposition du Rectorat, alors que c’est une obligation légale.

Nous donnons rendez-vous à tous les étudiants sans réponse du Rectorat, et à tous les gens touchés par la situation de Mehdi, à venir lundi 21 septembre à 8h devant le Rectorat de Montpellier (rue de l’université, tramway Louis Blanc).

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

Dans les médias :

COVID-19 : cluster à l’Université de Montpellier et passage des cours en semi-distanciel à l’université Paul Valéry

 Alors que la rentrée universitaire vient à peine de commencer, plus d’une cinquantaine d’étudiants en deuxième année de médecine (Université de Montpellier) ont été testés positifs au Covid-19, soit un quart de la promotion ! A l’IAE (Institut d’Administration des Entreprises), composante de l’Université de Montpellier, c’est l’intégralité d’une promo de L3 qui a été placée en quarantaine suite à la découverte d’un cas positif parmi eux.

Et ce n’est pas fini ! A l’Université Paul Valéry – Montpellier 3, alors que la rentrée en cours n’avait pas encore eu lieu, les nouveaux étudiants en première année de Licence ont étés convoqués à des réunions de pré-rentrée obligatoires.

Résultat : des centaines d’étudiants serrés comme des sardines dans des amphithéâtres surchauffés et bondés. D’ailleurs, l’université attend fébrilement les résultats de tests COVID-19 de plusieurs étudiants présentant des symptômes. Comment, en l’absence de réelles mesures sanitaires prises par les universités, s’étonner ensuite de la multiplication des prises de risques individuelles par des étudiants ne comprenant pas le « deux poids-deux mesures », ici à l’œuvre ?

D’un côté, sorties interdites et masques obligatoires. Mais de l’autre côté, des institutions en roue libre, entassant les étudiants comme des sardines, sans même leur laisser le choix. Il est absurde de pointer la responsabilité individuelle de quelques étudiants, quand les institutions fuient leurs responsabilités de façon aussi criante. L’attitude nonchalante des directions d’universités vis à vis de la pandémie, ne peut qu’encourager le relâchement des précautions individuelles.

L’obsession des présidences des universités Montpelliéraines de vouloir contraindre un maximum d’étudiants à risquer leur santé et celles de leurs proches pour assister à tout prix à tous les cours en présentiel est non seulement insensée, mais potentiellement criminelle. Nous recevons depuis plus d’une semaine de nombreux messages d’étudiants témoignant de la surpopulation des amphis et de l’impossibilité de conserver une distanciation sociale. L’organisation des cours en présentiel intégral a aussi rempli les couloirs des campus, mais aussi par un ricochet morbide, les tramways et les bus.

Comment, dans ces conditions, garantir à tous de bonnes conditions de cours et un respect des règles sanitaires ?

Nous avons l’impression que Philippe Augé et Patrick Gilli, respectivement présidents de l’Université de Montpellier (UM) et de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 (UPVM3) vivent dans une réalité parallèle, un monde qui n’aurait pas connu une pandémie mondiale, qui rien qu’en France à fait plus de 31 000 morts. Pourtant, et nous nous y engageons, c’est leur responsabilité pénale qui sera engagée. 

Après une période de confinement ayant aggravé la précarité et le décrochage scolaire (notamment des étudiants les plus fragilisés socialement), voilà que les présidences d’université jouent encore une fois aux apprentis-sorciers, n’ayant même pas pris la peine d’anticiper correctement la rentrée universitaire.

Dans ces conditions, plusieurs solutions avaient été évoquées afin de limiter le risque d’un nouveau cluster, par exemple, un mix entre enseignement en distanciel et enseignement en présentiel, dès la L2, ce qui permettrait de libérer des places pour les étudiants en L1, qui sont ceux qui ont le plus besoin d’un accompagnement en présentiel, tout en faisant « respirer » les amphis et salles de TD. De plus l’organisation d’une diffusion vidéo de l’intégralité des cours en direct permettrait aux étudiants à risque ou devant prendre plusieurs transports en commun de continuer à suivre les cours en limitant le risque de contamination. Nous rappelons aussi qu’à l’heure d’aujourd’hui, la grande majorité des supports de cours n’est toujours pas disponible sur les plateformes web pédagogiques, alors que leur mise en ligne est pourtant une obligation légale !

Vers la mise en place du semi-distanciel à l’Université Paul Valéry

Ce mardi 15 septembre 2020, le CEVU (Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire) de l’université Paul Valéry Montpellier 3 a décidé de passer les enseignements en semi-distanciel … deux semaines après avoir entassé ses 21 000 étudiants comme des sardines !

Il s’agirait, à partir du 28 septembre dans certaines filières, d’un système par roulement sur deux semaines. En semaine 1, la moitié des étudiants seront en présentiel, et l’autre moitié en distanciel. En semaine 2, ceux en présentiel passeraient en distanciel, et ceux en distanciel passeraient en présentiel. Une telle organisation, si elle a le mérite de permettre, enfin, le respect de la distanciation sociale, pourrait entrainer un décrochage d’une partie des étudiants. De plus, si ce roulement se fait sur l’effectif global, il ne garantit pas nécessairement un respect de la distanciation sociale au sein d’une même promo.

Nous serons vigilants sur les modalités de mise en œuvre de cette mesure, afin qu’elle n’impacte pas, encore une fois, les étudiants les plus précaires et ne soit pas un accélérateur de sélection sociale.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

  • Réunion publique d’information et d’accueil des nouveaux étudiants, mercredi 16 septembre à 18h30 au parvis des amphithéâtres 1-2-3 de l’université Paul Valéry.
Dans les médias :

Le communiqué du président de l’université Paul Valéry, concernant la mise en place du semi-distanciel (15/09/2020)

Rentrée universitaire à l’université Paul Valéry : distribution de 3000 guides et réunion d’accueil mercredi 16 septembre

Inscriptions à l’université, aides sociales, jargon bureaucratique … La rentrée universitaire, pour les nouveaux étudiants, ressemble bien souvent à un véritable labyrinthe administratif ! Dans un contexte d’isolement accru des étudiants, causé par les mesures de protection sanitaire contre la COVID-19 (soirées d’intégration et évènement culturels universitaires annulés), le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM prend en charge l’accueil des nouveaux étudiants de l’université Paul Valéry en distribuant gratuitement 3000 guides à destination des nouveaux étudiants pendant la semaine de pré-rentrée, du lundi 07 septembre au vendredi 11 septembre.

3000 livrets de rentrée distribués gratuitement.

 Ce livret de 8 pages en couleur, intégralement réalisé, imprimé et distribué par le SCUM, contient :
  • un agenda des évènements de rentrée,
  • un guide consacré aux dispositifs d’aides sociales pour les étudiants précaires
  • un plan du campus de l’université Paul Valéry Montpellier 3
  • un guide de la vie étudiante (adresses utiles, lieux de convivialité)
  • la liste des groupes facebook de filières pour les partages de cours (dont le groupe facebook des étudiants de l’université Paul Valéry, comptant plus de 12 000 étudiants :  https://www.facebook.com/groups/2315048409/ ) et le discord des étudiants.
  • une liste des lieux utiles du campus (Bibliothèque Universitaire, restaurants universitaires, épicerie sociale ..etc)
  • un lexique du jargon de la scolarité universitaire (qu’est-ce qu’un TD ? Un CM ? …etc).
De plus, nous avons créé un évènement facebook, suivi à ce jour par plus de 750 étudiants, afin de partager et diffuser les informations relatives à cette rentrée universitaire hors du commun : https://www.facebook.com/events/2754114521580084/
Nous avons aussi mis en place une plateforme de contact spécifique afin que les étudiants puissent directement poser leurs questions : https://combatuniversitaire.wordpress.com/contact/

Un stand d’accueil des nouveaux étudiants tous les jours

L’engagement du syndicat étudiant ne s’arrête pas là. Durant toute la semaine de pré-rentrée de l’université Paul Valéry Montpellier 3 (du 07 au 11 septembre inclus), le SCUM tient un stand tous les jours de 9h à 16h à l’entrée de l’université, afin d’orienter les nouveaux étudiants, et de les informer sur le déroulement de la rentrée, la scolarité, les examens. Cette permanence sert aussi à briser l’isolement, de façon conviviale : des milliers de bonbons seront distribués dans le respect des règles sanitaires.

Réunion d’accueil des nouveaux étudiants mercredi 16 septembre

Viens poser tes questions sur la vie du campus, la défense des droits étudiants, les inscriptions, la scolarité, les examens, les aides financières pour les étudiants en difficulté. Le tout autour d’un grignotage ! Rendez-vous à 18h30 sur le parvis des amphithéâtres 1,2,3 de l’université Paul Valéry Montpellier 3.
Afin de lutter contre l’isolement, nous organisons plusieurs autres initiatives au cours de la rentrée universitaire :
———————
MERCREDI 23 SEPTEMBRE A 19H00, VIENS FAIRE TES PROPOSITIONS POUR LE CAMPUS !
Réunion ouverte à toutes et tous afin d’élaborer des propositions et une liste aux élections des représentants étudiants pour le Conseil d’Administration et le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (instances dirigeantes de l’université). Autour d’un grignotage convivial. Au parvis des amphithéâtres 1,2,3 de l’université Paul Valéry.
———————
TOUS LES MERCREDIS A 19H30, PERMANENCE D’AIDE SYNDICALE (SCOLARITE, AIDES SOCIALES …)
Le SCUM t’accompagne dans tes démarches. Viens nous rencontrer tous les mercredis de 19h30 à 20h30 au local CGT de l’université Paul Valéry (parvis des amphithéâtres 1,2,3)

———————

En ce début d’année universitaire, le SCUM continue à faire vivre l’entraide, la solidarité et la lutte contre l’isolement social, dans un contexte de pandémie mondiale et de fragilité économique et psychologique accrue pour de nombreux étudiants.
Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
Les interventions du SCUM dans les médias, concernant la rentrée et les mesures sanitaires :