Majoritaire, le SCUM s’impose dans les instances de Paul-Valéry

En ce premier CEVU (Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire) de l’année 2023 à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a tenu à faire une prise de parole pour remercier l’ensemble des 1287 étudiantes et étudiants qui ont voté pour nous, nous accordant de manière inédite la majorité absolue avec 56,3% au Conseil d’Administration et 50,2% au CEVU. Jamais une liste étudiante n’avait réussi un tel exploit dans l’histoire de cette université. Cette prise de parole nous a également permis de rappeler l’importance des combats à venir comme l’EPE (établissement public expérimental) ou la lutte contre la sélection avec l’inscription de toutes et tous à la fac. Le SCUM sera là pour mener ces combats et honorer la confiance que les étudiantes et étudiants nous ont accordé.

Le discours d’introduction de Tom, un des 8 nouveaux élus du SCUM en CEVU.

Un nouveau vice-président étudiant, en accord avec le SCUM.

Gao FRICAUD, de la liste indépendante LAPINOU a été élu nouveau vice-président étudiant. En tant que syndicat étudiant majoritaire, le SCUM a soutenu cette candidature.

Le nouveau vice-président étudiant, accompagné de 4 chargés de mission thématiques, portera les revendications étudiantes concernant des sujets majeurs comme le projet de transformation de l’université en EPE (Etablissement Public Expérimental), ou encore sur la sélection en Licence et en Master.
A la suite de l’ancienne vice-présidente étudiante soutenue par le SCUM, il poursuivra les différentes actions déjà entreprises sur le campus : distribution de 5500 welcome-pack pour les nouveaux étudiants en L1, pilotage du budget participatif étudiant, et renforcement de la vie associative de l’université, en crise depuis la pandémie de COVID-19.

Une majorité combative dans les commissions universitaires

L’ordre du jour du CEVU comportait aussi la répartition dans les différentes commissions de l’université, par exemple la commission d’exonération des frais d’inscription, la commission d’attribution des aides sociales (FSDIE) ou encore la commission pédagogique, qui décide des modalités d’enseignement et des examens. Désormais, le SCUM est majoritaire dans toutes ces commissions de travail, permettant de donner plus de force à la défense concrète des étudiants et de leurs droits au sein de celles-ci.

Amélioration pour les licences LEA et LLCER et suppression de la sélection en 2024 !

Mais nous n’avons pas attendu l’installation de ces commissions pour commencer à décliner notre programme électoral en propositions concrètes.
Ce mardi, nous avons déjà proposé au vote du CEVU trois motions.

Depuis plusieurs années, un nombre important de cours ont lieu en distanciel, pour diverses raisons (pandémie de COVID-19, fermeture d’amphithéâtres pour cause de travaux, demandes des étudiants en enseignants…etc). Mais bien souvent, et au détriment des étudiantes et étudiants. Pour des cours en distanciel, les examens correspondant se retrouvent à être effectués en présentiel. Il nous semble nécessaire que l’université garantisse une égalité de traitement et un continuum pédagogique tout au long de l’année universitaire.

Afin de pallier ce problème, les élus du SCUM ont proposé, lors de la campagne électorale et dans cette motion, que les partiels dont les cours ont été assurés en distanciel soient également en distanciel. Malheureusement, cette proposition a été rejetée par le conseil. La présidence s’est réfugiée derrière des arguments fallacieux prétextant une incompatibilité juridique. Comme nous le dénoncions en novembre : “L’entêtement de la présidence de l’université à vouloir maintenir des examens en présentiel apparaît ici comme un véritable crachat à la face de la communauté étudiante. Pire, il s’agit ici d’un non sens pédagogique. Si l’université tenait tant que ça à imposer du présentiel pour les évaluations, il fallait organiser les cours en présentiel. Ici, l’idéologie prime sur la logique et ce sont les étudiantes et étudiants qui en paieront les pots cassés. Pour le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier, il est temps que l’université s’adapte enfin à ses étudiantes et étudiants, et cesse d’interagir avec ceux-ci comme au Moyen-Age. La transmission du savoir et son évaluation doivent être multicanaux pour être efficaces et favoriser la réussite.”

La présidence continue donc aujourd’hui dans cette voie, accélérant son pas par une fuite en avant. Nous regrettons l’opposition des enseignants et même l’absence de soutien de certains élus étudiants, comme ceux de Solidaires Étudiant-e-s et Le Poing Levé, à une mesure réclamée par une majorité des étudiantes et étudiants.

A la suite d’une autre motion déposée par le SCUM, une décision extrêmement positive a été votée à l’unanimité : “Pour l’année 2023-2024, les cours de langues non-spécialistes seront ouvertes aux étudiants LEA et LLCER, sur demande et en fonction des places disponibles, sans passer d’évaluations; et sur acceptation de l’enseignant concerné”

En effet, avant cette décision, les étudiantes et étudiants en Licence LLCER et LEA ne pouvaient pas tous bénéficier de réels cours de langues afin de se perfectionner et de revoir certaines bases dans la langue concernée par leur licence. Cette nouvelle mesure permettra d’augmenter les chances de réussites de toutes et tous.

Enfin, le SCUM a fait adopter ce mardi une décision historique. Pour l’année universitaire 2024-2025, l’université Paul-Valéry ne votera aucune capacité d’accueil en Licence ni en Master. Celà signifie qu’il n’y aura pas de sélection cette année-là à l’entrée de la Licence et à l’entrée du Master. La motion, votée par 15 voix contre 6, propose aussi aux autres universités de prendre exemple sur cette décision en refusant de fixer des capacités d’accueil tant que le gouvernement ne financera pas chaque établissement à la hauteur de ces besoins.

Durant les 4 heures de ce premier CEVU de la mandature 2023-2024, les élues et élus du SCUM, désormais syndicat majoritaire, ont défendu avec combativité et sans relâche les revendications étudiantes.

Et ce n’est qu’un début ! Que ce soit dans les instances comme dans les nombreuses mobilisations auxquelles nous prenons part, nous ferons en sorte que personne ne puisse ignorer nos revendications contre la précarité et contre la sélection sociale. Nous avons le droit à un avenir !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr


Les motions soumises au vote par le SCUM lors du CEVU du 10/01/2023 :

Une réflexion sur « Majoritaire, le SCUM s’impose dans les instances de Paul-Valéry »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.