Archives du mot-clé Médias

Les interventions du syndicat dans les médias (journaux, radios, tv)

Sélection en Master : « des centaines d’étudiants de Paul-Valéry vont rester sur le carreau »

 Le journal national « Le Monde » consacre un article, ce vendredi 14 avril, à la sélection en Master décidée par la direction de l’université Paul Valéry – Montpellier 3. Dans ce reportage intitulé « Sélection: les étudiants craignent le « crash test » », les conséquences dramatiques de cette sélection sont abordées, ainsi que le barrage filtrant et l’Assemblée Générale du 30 mars dernier. Interviewé par le journal, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a rappelé sa détermination contre cette sélection, en précisant l’enjeu : « des centaines d’étudiants de Paul-Valéry vont rester sur le carreau, car les enseignants ont baissé les quotas d’accueil ».

Lutte contre la sélection : une « Journée Portes Fermées » à l’Université Paul Valéry

Ce mercredi 8 mars, l’université Paul Valéry – Montpellier 3 organisait sa « Journée Portes Ouvertes », vaste opération de communication en direction des futurs bacheliers. Ceux-ci, ainsi que les étudiants et enseignants, ont eu la belle surprise de tomber sur une université complètement bloquée aux alentours de 8h. Une « Journée Portes Fermées », soutenue par le SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) et la CGT perturbe le marketing publicitaire programmé par la direction de l’université. Les étudiants mobilisés contre la sélection à l’université ne désarment pas et diffusent, devant les grilles cadenassées, un tract corrosif intitulé « Journée Portes ouvertes …Mais pas pour tout le monde ! », dénonçant la sélection en Licence déjà pratiquée, et celle prévue par l’université en Master pour la rentrée 2017.

Les agents de la Brigade Anti-Criminalité (BAC), arrivent sur place par hasard, puisque le président de l’université, Patrick Gilli prétend ne pas les avoir appelés. Ces policiers n’ayant aucun motif d’intervention, le président décide donc, 20 minutes plus tard, de débarquer en personne escorté d’agents « sécurité incendie » utilisés en vigiles pour l’occasion. Les chaînes sont brisées à la pince monseigneur, pendant que le président tente un petit coup de pression sur une syndicaliste du personnel : « Vous ne devriez pas être au travail à cette heure ? », lui assène-t-il, plein de morgue. « Je suis en grève », lui répond la syndicaliste, pas vraiment impressionnée par la tentative d’intimidation.

Aussitôt ouvert, le célèbre portail Vasarely, est refermé, et la « Journée Portes Fermées » reprend de plus belle, avec cependant un petit accès maintenu ouvert. En cette journée internationale des droits des femmes, quoi de plus pertinent que des étudiantes bloquant leur université et luttant pour leur droit à un avenir ?

Encore une fois, une semaine après l’occupation du Conseil d’Administration par un petit-déjeuner, le mouvement contre la sélection universitaire a surpris et déstabilisé la direction de l’Université Paul Valéry. Et ce n’est qu’un début !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.frwww.combatuniversitaire.wordpress.com

Déplacement de Paul Valéry ? « Plutôt que d’envoyer les étudiants à l’autre bout de Montpellier, optons pour une mutualisation »

20minutes-06032017Ce lundi 6 mars, le journal « 20 minutes » est revenu sur la dernière idée du maire de Montpellier et président de la métropole. Ce dernier propose désormais de déplacer, dans le quartier de la future gare TGV, à l’autre bout de la ville, une partie des enseignements et des étudiants de l’Université Paul Valéry.

Interrogé par le journal, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) rappelle que si statistiquement, les étudiants de l’université Paul Valéry sont à l’étroit, la solution est ailleurs : « Plutôt que d’envoyer les étudiants à l’autre bout de Montpellier pour justifier un projet immobilier, nous optons pour une mutualisation avec la faculté des sciences, très grande et juste à côté. »

  Le problème de place de l’université ne se pose pas toujours au quotidien. A toute heure, dans tout plein de bâtiments, il y a des salles réservées qui sont pourtant vides ! Une meilleure organisation interne de l’université et une mutualisation des moyens avec la Faculté des Sciences, située de l’autre côté de la route serait plus bénéfique aux étudiants. Si la mairie et la métropole souhaitent absolument investir et utiliser des bulldozers,  ils pourraient raser les préfabriqués insalubres  et construire à la place un nouveau bâtiment. Une solution moins coûteuse et plus pratique pour les étudiants.

« Cas de force majeure » : un petit déjeuner au Conseil d’Administration à Paul Valéry.

dsc_1143
Un « cas de force majeure ».

Aujourd’hui mardi 28 février à l’appel du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), c’était petit déjeuner offert dans la salle du Conseil d’Administration (CA). Devant le président de l’Université nous précisons notre intention. « La sélection à l’université remet en cause le droit à l’accès aux études en France. Nous demandons au Conseil d’Administration de Paul Valéry de reconnaître son incompétence sur ce dossier et de démissionner ». Devant cet événement qualifié de « cas de force majeure » : neuf étudiants munis d’un panier de fruits, de viennoiseries, de boissons et de serviettes en papier rouge disposés avec élégance sur la table, les élus du CA se retranchent dans un autre bâtiment. Portes verrouillés, rideaux tirés, un élu étudiant ne peut pas entrer. D’autres étudiants se placent devant les portes de la salle dans le vacarme. La CGT refuse de forcer un piquet de grève pour collaborer à ce CA grotesque. Sans débat, le vote sur la sélection est approuvé à l’unanimité des élus enseignants et personnels.

Au même moment devant une AG étudiante improvisée la motion demandant la démission du CA est adoptée. A l’issue du conseil, l’élu étudiant demande des explications sur son exclusion. S’ensuit un dialogue surréaliste avec un élu du personnel : « Il fallait toquer pour entrer », « Vu comme on a frappé sur la porte et les murs, vous ne nous avez pas entendu ? » « Ben si… » « Et alors ? ». A l’issue du vote la direction reconnaît son incompétence en invoquant le manque de moyens, mais refuse de démissionner. Peu après, Patrick Gilli, président de la fac de Lettres, accepte finalement, après s’être bunkérisé, des discussions d’après vote sans enjeu avec des étudiants inquiets pour leur avenir.

Pour la suite, rendez-vous mercredi 8 mars, 8h, devant l’université, pour taper fort contre la sélection.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

dsc_1142
Le président de la fac boude nos croissants

dsc_1145dsc_1140

 

 

 

 

 

 

c5vzz6pwaaaysasc5vl8ilwaaajsbb

Sélection en Master : « une fabrique de l’échec »

marseillaise7fev2017-une Ce mardi 7 février, la mobilisation contre la sélection à l’université Paul Valéry fait la Une du journal « La Marseillaise ». L’occasion pour le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) de rappeler les conséquences de la sélection pour les étudiants, de promouvoir la pétition unitaire et surtout d’appeler aux prochaines mobilisations les 21 et 28 février prochains.marseillaise7fev2017-art– Pour lire l’article sur le site du quotidien « La Marseillaise », cliquez ici : http://www.lamarseillaise.fr/herault/education/57294-montpellier-tensions-autour-de-la-selection-a-l-entree-en-master

 

Conditions d’études à Paul Valéry : « il faut que l’administration réagisse »

Ce lundi 30 janvier, le journal Midi Libre parle des conditions d’études dégradées des étudiants de l’université Paul Valéry – Montpellier 3, mises en lumière dans la lettre ouverte du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), datée du 25 janvier.

midilibre-30jan2017

Le lendemain, c’est le journal Direct Montpellier Plus qui relayait notre combat contre les conditions d’études dégradées : http://www.direct-montpellier-plus.com/2017/01/31/les-etudiants-se-gelent-en-cours-19169

Sélection en Master : « 80% des étudiants sur le carreau dans certaines filières »

Ce jeudi 5 janvier 2017, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) était invité en direct sur le plateau TV de France 3 Languedoc afin de parler des conséquences de la légalisation de la sélection en Master 1. L’occasion de rappeler quelques unes des raisons de notre opposition à cette réforme, et d’appeler à de futures mobilisations afin de la mettre en échec.

Retrouvez ici nos communiqués et actions relatifs à notre lutte contre la sélection : https://combatuniversitaire.wordpress.com/tag/selection/