Archives pour la catégorie Dans ta fac

Faites-vous rembourser vos frais d’inscription ! dépôt collectif des dossiers le 3 octobre

Tu es étudiant non-boursier à l’Université Paul Valéry et dans une situation précaire ?

Nous aidons les étudiants non-boursiers à constituer des dossiers de demandes de remboursement de frais d’inscription auprès de la commission d’exonération des frais d’inscription, réformée grâce à l’action des élus SCUM et indépendants l’an dernier.

A l’Université Paul-Valéry – Montpellier 3, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) organise un dépôt collectif des dossiers de demande de remboursement des frais d’inscription, afin d’optimiser les chances de succès, et aussi de montrer à la direction de l’université que la précarité est un problème collectif, et non individuel.

Pour ce dépôt collectif des dossiers, nous vous donnons rendez-vous mardi 3 octobre à 15h, devant l’entrée principale de la Bibliothèque Universitaire de l’Université Paul-Valéry – Montpellier 3.

Voir l’évènement facebook : https://www.facebook.com/events/121969921881658/

Nous contacter : syndicat.scum@live.fr

Tu peux aussi directement venir constituer ton dossier, dès maintenant, à notre local (numéro 105 de la Maison des Etudiants de l’ Université Paul-Valéry Montpellier 3).

Tu n’a pas encore constitué ton dossier ? Il n’est pas trop tard ! Télécharge ICI la liste des pièces nécessaires à la constitution du dossier.

Publicités

Comité de grève et assemblée générale : les étudiants de l’université Paul Valéry s’organisent

Des centaines d’étudiants laissés sur le carreau à l’entrée en Licence et Master, la promulgation des ordonnances « Loi Travail XXL », la baisse des APL de 5€ … Les raisons de la colère étudiante ne manquent pas.

Ce jeudi 21 septembre, plus d’une centaine d’étudiants et personnels de l’université Paul Valéry – Montpellier 3 se sont réunis en Assemblée Générale afin de s’organiser. Même la direction de l’université avait fait le déplacement en envoyant Maud Morlaàs-Courties, vice-présidente du Conseil d’Administration, et Philippe Joron, vice président du Conseil des Études et de la Vie Universitaire. Lorsque les étudiants s’organisent, la direction semble soudainement disposée à écouter leurs doléances, au moins en apparence. Malgré leur interférence, et celle de leurs quelques relais étudiants, les étudiants et personnels rassemblés ont affirmé leur détermination à amplifier la mobilisation.

Avant de rejoindre la manifestation interprofessionnelle et après avoir adopté une motion reprenant les mots d’ordre de l’appel à l’AG, il a été décidé d’amplifier le mouvement sur l’université et d’appeler à l’organisation d’un comité de grève ce vendredi 22 septembre à 13h (parvis ABC) et une prochaine Assemblée Générale le mardi 3 octobre à 11h dans l’amphithéâtre C.

Dans le délai précédant cette AG, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), réaffirme sa position et continue, dès maintenant, de faire de l’inscription des étudiants « sans fac » une priorité absolue. Par conséquent, nous continuons à entretenir le rapport de forces face à la direction.

« Sans fac » nous ne vous laissons pas tomber !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM

syndicat.scum@live – http://www.combatuniversitaire.wordpress.com 

Cynisme et brutalité : les chiffres de la sélection à l’université Paul Valéry

Après avoir obtenu, en juillet dernier des chiffres provisoires concernant la politique de sélection pratiquée par la direction de l’université Paul Valéry – Montpellier 3, les élus SCUM et indépendants du CÉVU (Conseil des Études et de la Vie Universitaire) ont obtenu, ce mardi 19 septembre, les dernières données concernant la sélection en Licence et en Master. Concernant la sélection en Licence, la présidence de l’université refuse toujours de communiquer le nombre de néo-bacheliers candidats, ainsi que le nombre de refusés. Un seul chiffre a été obtenu, celui concernant le nombre de néo-bacheliers acceptés dans une première année de Licence : 3371.
L’ampleur de la sélection pratiquée en Master se vérifie une fois de plus, puisqu’au 15 septembre, ce sont 1125 étudiants titulaires d’une Licence à l’université Paul Valéry qui se sont vu refuser l’accès à la première année de Master. Et ce sont 875 étudiants titulaires d’un Master 1 à l’université Paul Valéry qui ne pourront pas continuer dans le Master 2 correspondant.

L’absurdité de la politique de sélection décidée et pratiquée par la direction de l’université ne peut que sauter aux yeux. Des étudiants dont le diplôme a été validé par l’université se voient ainsi refuser l’accès à l’échelon supérieur … par cette même université !

Dans un esprit constructif, les élus SCUM et indépendants ont proposé au vote une délibération afin d’ouvrir une nouvelle campagne d’inscription et l’adaptation des quotas d’accueil au prorata du nombre de candidatures. Le président de l’université, Patrick Gilli, a refusé de la soumettre au vote après avoir déclaré, plein de morgue : « J’assume de ne pouvoir accueillir tous les étudiants ».
Doit-on en conclure qu’il assume ainsi, voire revendique, une politique brutale de sélection, qui laisse plusieurs milliers d’étudiants sans possibilité de poursuivre leurs études, de décrocher un diplôme, et d’avoir accès, pour les plus précaires d’entre-eux, aux bourses et aux logements étudiants ?

Aux côtés des étudiants « sans fac » laissés volontairement sur le carreau, le SCUM continuera à se mobiliser afin d’obtenir l’inscription pour toutes et tous.
Nous appelons à venir nombreux à l’Assemblée Générale étudiante ce jeudi 21 septembre à 9h15 dans l’amphithéâtre A de l’université Paul Valéry.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM

Université Paul Valéry : Bloqués dans leur cursus, ils bloquent la fac !

Sélection, loi travail et baisse des APL. Une conjugaison de faits qui mettent en avant la précarité étudiante en cette rentrée 2017. Conditions de travail dégradées, extorsion de cinq euros sur les déjà maigres budgets étudiants, les jeunes ne semblent pouvoir que subir l’austérité du gouvernement. Et comme si cela ne suffisait pas, plusieurs milliers de personnes ne peuvent même pas prétendre au titre d’étudiant, la faute à une « ultra-sélection » entreprise par la direction de l’université Paul Valéry.

Afin de dire non à ces malversations et s’opposer à la direction de la faculté, les membres du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) et les étudiants « sans fac » se sont mobilisés le mardi 12 septembre à partir de 6h30 afin de préparer une action de blocage de l’ensemble des entrées de l’université montpelliéraine. Entrées cadenassées et voitures bloquées ont rythmé la matinée des étudiants et du personnel administratif. En ce jour de grève générale, par solidarité interprofessionnelle les membres du syndicat ont laissé l’entrée libre aux véhicules des employés précaires et des ouvriers sur le chantier de la faculté. Par solidarité étudiante, un petit déjeuner gratuit a été proposé aux étudiants découvrant l’université bloquée. Avec seulement une entrée piétonne constamment accessible, le SCUM a ralenti l’activité de la faculté de lettres. Il aura fallut attendre 09h30 pour que les jeunes membres du syndicat étudiant décident de laisser l’activité reprendre pleinement, décidant de rejoindre la manifestation contre la loi travail « XXL » organisée sur l’esplanade du Peyrou.

Au même moment, alors qu’étudiants et salariés défendaient, dans la rue, leur droit à un avenir et à une vie décente, le président de l’université Patrick Gilli a tenu à prouver une fois de plus son mépris et son incompétence. Dans un e-mail envoyé à la communauté universitaire, il a livré une version pour le moins farfelue de la matinée : les étudiants mobilisés ne seraient « pas étudiants ». Certainement trop confortablement constaté dans sa tour d’ivoire, il ne semble toujours pas avoir compris qu’effectivement, une partie des étudiants en lutte ne sont pas inscrits à l’université, et que c’est bien ce qui, justement, les motive ! Avec une telle perspicacité, on ne peut que s’inquiéter de sa gestion présente et future des 20500 étudiants dont il se gargarise.

Après avoir donné leur temps et leur voix, les étudiants de l’université Paul Valéry ont informé les manifestants du jour, qu’une assemblée générale étudiante, organisée par le SCUM et le CEI, aura lieu le jeudi 21 septembre à 9h15 dans l’amphithéâtre A de l’université. L’occasion de mettre en place de futures actions de lutte.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM

syndicat.scum@live – http://www.combatuniversitaire.wordpress.com 

Notre mouvement relayé par les médias :

Un Hold-up au Resto U Vert-bois !

A la fin de l’année 2016-2017, des travaux quelque peu incongrus ont interpellé les rares membres du personnel et étudiants encore sur le campus. Ces travaux consistaient en la création d’une zone interdite aux étudiants, matérialisée par un mur de séparation posé au milieu d’une des salles du resto’ U vert bois. Du mobilier spécifique ainsi qu’une machine à café haut de gamme y ont été installé.

Interpellés par ce mur de la honte posé au beau milieu de nos repas, les élus SCUM et indépendants ont alors interrogé le président de l’université Patrick Gilli, lors du CÉVU (Conseil des Études  et de la Vie Universitaire)du 13 juin. Quelque peu gêné aux entournures, le président a reconnu qu’il avait lui même demandé ces travaux accompagnés de son acolyte, vice président délégué à la vie de campus, dans la discrétion la plus totale. Ces travaux réclamés par la présidence ont été financés sur les fonds du CROUS, normalement attribués aux étudiants précaires. A l’heure où les étudiants se serrent la ceinture, sa majesté fait un hold’up sur le CROUS. Voler aux pauvres (étudiants) pour redonner aux riches (présidence), au secours, le Robin des Bois 2.0 est arrivé !

Après avoir reçu un e-mail menaçant de la part de ce vice-président de l’université dans la nuit du 12 au 13 septembre, nous avons fait le choix de la flouter.

En ce lundi de rentrée universitaire, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a organisé un premier happening pour dénoncer ce hold’up. Armés de pancartes, les étudiants sont allés manger dans ce carré VIP : zone interdite. L’un des élus du SCUM a expliqué la situation suivi d’applaudissements des étudiants. Cerise sur le gâteau : le fameux vice président vie de campus, Sylvain Durand, surgit dans la zone VIP accompagné de la responsable de la « mission égalité » pensant tranquillement manger. Cependant embarrassés, ils ont préféré se réfugier à l’abri du mur plutôt que d’expliquer aux étudiants les raisons de la création de cette zone.

Nous invitons les étudiants à s’inviter dans cette zone VIP qui n’a pas lieu d’être.
Ils se prennent pour TRUMP, brisons les murs !!!

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM

Université : mobilisation des « sans-fac » à Paul-Valéry

Article du journal « La Gazette de Montpellier » du 07 septembre 2017, sur la mobilisation des sans-fac soutenus par le SCUM.

Cette année encore, la politique de sélection décidée et pratiquée par la direction de l’université Paul Valéry – Montpellier 3 à l’entrée en Licence et en Master laisse de nombreux étudiants sur le carreau. Aujourd’hui, nous avons organisé une première réunion avec une trentaine d’étudiants refusés. Aux côtés de ces « sans fac », nous multiplierons les initiatives et actions afin d’obtenir l’inscription pour toutes et tous.

En cas de problème d’inscription, n’hésitez pas à nous contacter par e-mail (syndicat.scum@live.fr) ou directement sur notre facebook (http://www.facebook.com/CombatUniversitaireMontpellier/).

Sélection à l’université Paul Valéry : l’élitisme imposé en cinéma et théâtre

Lors du Conseil de département Cinéma & Théâtre du mardi 5 septembre 2017, la direction nous a communiqué les chiffres concernant le nombre d’inscrits. Nous constatons que la sélection drastique pratiquée par l’université s’est pratiquée avec tellement de zèle que désormais, les quotas d’accueil limités qu’elle a fixé ne sont même pas atteints !

Les chiffres communiqués lors du conseil du département de Cinéma et Théâtre (UFR1) du 05/09/2017.

Rappelons que le département a demandé, sans réponse favorable de la présidence de l’université, l’ouverture d’une nouvelle campagne de candidatures.

Cette situation ubuesque révèle encore une fois que la politique de sélection pratiquée par l’université ne correspond ni à une contrainte, ni à une quelconque rationalité, mais bien à une volonté idéologique de la présidence.