Archives du mot-clé Conditions d’études

A l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, le SCUM fait baisser le prix du café pour la rentrée 2022 !

Nous vous l’annonçons aujourd’hui, au terme d’un long travail de fond, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) obtient une forte baisse des tarifs dans les distributeurs automatiques des différents campus de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Actuellement, le prix des boissons chaudes (café et thé) se situe entre 0,50€ et 1,20€, suivant la taille de la boisson.

A partir de la rentrée de septembre 2022, les tarifs pour les boissons chaudes seront entre 0,35€ et 0,70€ pour les boissons XL, soit une baisse comprise entre 33 % et 41 % !
Mieux, si vous venez avec votre propre tasse ou mug personnel, les tarifs baissent encore de 0,05€ sur toutes les boissons chaudes au format normal, et de 0,65€ pour les boissons en format XL, soit près de 46 % de baisse par rapport au tarif actuel. Les tarifs des barres chocolatées, sandwiches et canettes restent inchangés, mis à part pour les barres diététiques « Rice Up » , qui baissent de 1,20€ à 1€.

Les enjeux des prix des distributeurs automatiques.

Le combat contre la précarité étudiante est une priorité absolue pour le SCUM. L’Université Paul-Valéry, compte presque 40% de boursiers. 30% des étudiantes et étudiants vivent sous le seuil de pauvreté, et plus de 50% travaillent à côté de leurs études. Loin d’être dans une logique consumériste, nous considérons que la consommation de café revêt une importance cruciale afin d’être attentifs en cours. De plus, lorsque les cafétérias du CROUS sont fermées le soir et le samedi, seuls les distributeurs automatiques permettent de se restaurer sur le campus.
Ainsi, les tarifs pratiqués sur les produits issus des distributeurs revêtent une importante majeure pour les 22000 étudiantes et étudiants de l’université Paul-Valéry.

Une victoire issue du travail de fond des élus du SCUM.

Suite aux élections de novembre 2020 à l’Université Paul-Valéry, le SCUM avait pris l’initiative de négociations avec les deux équipes enseignantes candidates à la présidence de l’université . Sur le point de notre programme concernant la baisse du prix des cafés (point 3.3), les deux candidats à la présidence de l’université s’étaient engagés auprès du SCUM à renégocier le contrat avec l’entreprise prestataire afin de réévaluer à la baisse l’offre tarifaire en matière de boissons chaudes (cafés, thés chocolats).
Alors que le contrat avec l’entreprise gérant les distributeurs automatiques, l’AOT (Autorisation d’Occupation Temporaire de l’espace) devait être renégociée avant la rentrée de septembre 2022, le SCUM a obtenu la mise en place d’un groupe de travail afin de redéfinir le cahier des charges du marché public. Pour la première fois, des représentants des usagers ont été associés à la conception d’un marché public. Nous constatons encore une fois que parmi les différentes organisations étudiantes, seul le SCUM a participé à l’ensemble du processus, pourtant crucial pour les 22 000 étudiantes et étudiants de l’université.

Lors des réunions du 18 février et du 11 mars 2022, les élus étudiants du SCUM ont obtenu que le critère principal soit le prix des produits distribués, puis la qualité de ces produits, et enfin le respect des critères de développement durables.

Une troisième réunion s’est tenue mercredi 8 juin afin d’analyser les 8 offres reçues pour le renouvellement des distributeurs automatiques. C’est lors de cette réunion, ou seul le SCUM représentait les étudiantes et étudiants, que le choix s’est porté sur l’entreprise BDA, qui permet ainsi des baisses importantes de tarifs, une augmentation du nombre de produits bio, et le respect de nombreux critères de développement durable (recyclage du marc de café, invendus donnés à la Croix Rouge, véhicule électrique pour l’approvisionnement …etc). Nous notons aussi que les futurs tarifs seront inférieurs à ceux pratiqués sur le Campus Triolet (Faculté des Sciences de l’Université de Montpellier), située juste en face du campus principal de l’université Paul-Valéry.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) se félicite de cette nouvelle avancée obtenue pour les étudiantes et étudiants, en particulier les plus précaires. Nous continuerons, par le travail de fond dans les instances et par nos mobilisations, à agir pour l’amélioration concrète de nos conditions de vies et d’études.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr


Dans les médias :

Au CROUS de Montpellier, le paiement par Izly devient obligatoire et les pizzas augmentent

Ce jeudi 30 juin 2022, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), via son élu étudiant, a participé au conseil d’administration du CROUS Montpellier-Occitanie. Deux points importants étaient à l’ordre du jour de cette réunion : les tarifs en cafétéria et le mode de paiement.

Concernant les tarifs des formules proposées en cafétéria, elles ne changent pas. Par contre, le prix des plats cuisinés et des pizzas hors formule augmente de 4,55% et passe à 3,30€ au lieu de 3,20€.

L’argument du CROUS était d’aligner ses prix sur ceux déjà pratiqués pour les grandes salades. Bien entendu, l’ensemble des élus étudiants, sauf l’élue de l’UNI (droite conservatrice), a voté contre cette augmentation des prix. Il est scandaleux, sous prétexte d’une “égalisation”, d’avoir revu à la hausse plutôt qu’à la baisse cette tarification non seulement des plats mais aussi des pizzas, au vu de la situation actuelle d’extrême précarité (plus d’un tiers des étudiantes et étudiants vivent sous le seuil de pauvreté).

Pas d’Izly ? Pas de repas !

Une autre décision de ce conseil d’administration du CROUS a été la modification du mode de paiement en cafétéria et restaurants du CROUS. Désormais, on ne pourra payer qu’en utilisant exclusivement Izly. Ce service Izly appartient au groupe Banque-Populaire-Caisse-d’Epargne. L’obligation de passer par ce service bancaire semble relever de la vente forcée, puisque nous ne pourrons plus utiliser nos cartes bancaires, alors même que la possibilité de payer en espèces nous avait déjà été retirée.

De plus, ce choix d’imposer à tout le monde d’utiliser un groupe bancaire aux multiples condamnations (discrimination raciale, prise illégale d’intérêt, scandale Natixis, révélations sur le financement d’industries polluantes …etc), nous interroge.
De plus, nous rappelons que le CROUS de Bordeaux a déjà été condamné par la justice en décembre 2021, car interdire le paiement en espèces reste illégal.

La précarité étudiante est telle que nous ne pouvons pas accepter que l’accès aux repas CROUS soit rendu encore plus difficile en interdisant tout paiement hors Izly (carte bancaire et espèces). Cette limitation est non seulement illégale, mais pénalise prioritairement les étudiantes et étudiants les plus précaires.

Nous nous sommes donc opposés à cette mesure, et nous demandons au CROUS le retour du paiement par carte bancaire, et aussi celui en espèce dans tous les espaces de restauration, afin de faciliter l’accès au repas pour les étudiantes et étudiants.

Pour le SCUM, les Restos U doivent rester des lieux faciles d’accès, dans un contexte de précarité étudiante très forte !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Changement de prénom d’usage à Paul-Valéry : le SCUM obtient la simplification de la procédure !

Ce mardi 17 mai au Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry, le SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) a proposé une nouvelle procédure de changement de prénom d’usage visant à simplifier l’ancienne.
Nous nous félicitons que le principe d’un changement de la procédure ait été voté à l’unanimité, et nous proposerons lors du prochain CEVU notre mesure.

La précédente procédure était humiliante et infantilisante pour les étudiantes et étudiants qui souhaitaient changer de prénom d’usage. En effet, un nombre conséquent de pièces justificatives était nécessaire, notamment une attestation de « témoin », infantilisante, confirmant la volonté, via une personne tierce, de la personne de changer de prénom d’usage. Ce véritable parcours du combattant qui décourageait et humiliait les personnes souhaitant changer de prénom d’usage s’accompagnait de longs mois d’attente, sans réponses aux mails des étudiantes et étudiants malgré, souvent, un nombre conséquent de relances adressées à la mission égalité, qui était chargée de cette procédure. L’aberration résidait dans le fait qu’en parallèle la procédure du CROUS est simple et ne demande pas une charge administrative aux étudiantes et étudiants.

La nouvelle procédure proposée par le SCUM, calquée sur celle obtenue pour le CROUS, consiste en une anonymisation des données de la personne souhaitant changer de prénom et le fait qu’aucune pièce justificative n’est demandée en dehors du formulaire de formalisation de la demande (qui regroupe les informations figurant sur la carte étudiante actuelle, nouveau prénom, et nouveau genre). L’étudiante ou l’étudiant souhaitant changer de prénom d’usage n’aura qu’à envoyer un e-mail au service responsable du changement de prénom (changement_prenom@univ-montp3.fr) afin de prendre un rendez-vous. Suite à ce rendez-vous, un e-mail sera adressé à la personne demandeuse pour lui indiquer que le changement est effectif pour l’université et qu’il lui est désormais possible d’utiliser son nouvel alias d’envoi dans sa messagerie étudiante et de récupérer sa nouvelle carte étudiante.

Ce changement intervient 3 jours après l’Existransinter, la mobilisation nationale qui s’est tenue à Paris samedi dernier pour la défense des personnes trans et intersexe et également lors d’une date symbolique étant donné qu’aujourd’hui est la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie. Le SCUM continue de défendre, dans les instances comme dans les luttes, les droits de toutes et de tous.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

  • La motion présentée par les élus étudiants du SCUM lors du CEVU du 17 mai 2022 :

Mobilisation dimanche 1er mai et au delà, l’urgence d’agir pour notre droit à un avenir !

Dimanche 1er mai, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des travailleuses et travailleurs.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) appelle à participer à cette manifestation qui partira à 10h30 de l’esplanade du Peyrou ce dimanche. En effet, cette mobilisation concerne les conditions de vie des étudiantes et étudiants.

Si l’obtention d’un diplôme marque souvent l’entrée officielle dans le monde du travail, nous sommes déjà plus de 40% des étudiantes et étudiants à travailler en parallèle des études.

Si la candidate la plus xénophobe et anti-sociale n’a heureusement pas été élue lors de l’élection présidentielle, nous ne pouvons pas oublier que nos conditions d’études et de vie se dégradent chaque année au fur et à mesure de politiques gouvernementales de plus en plus brutales.

Actuellement, plus d’un tiers des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté, les APL ont baissé 3 fois de suite depuis 2017, les loyers augmentent chaque année, de plus en plus d’étudiantes et d’étudiants sont jetés en dehors de l’université à cause du renforcement de la sélection en Licence et Master par les enseignants et les présidences de fac, et les files d’attentes aux distributions alimentaires du SCUM sont de plus en plus démesurées.

Nos vies quotidiennes deviennent de plus en plus irrespirables, nos frigos se vident, et l’avenir apparaît de plus en plus bouché.

Emmanuel Macron, bien que réélu par défaut, annonce déjà sa volonté d’aller encore plus loin dans sa politique brutale : renforcement de la sélection sociale à l’université, augmentation des frais d’inscription, baisse de certaines aides sociales, fragilisation des droits des salariés dans les entreprises …etc. Une vie de précarité qui s ‘allongera jusqu’à 65 ans, âge que moins d’un Français sur deux atteint en bonne santé, et qu’un quart des plus pauvres n’atteindront jamais vivants.

Au quotidien de plus en plus difficile s’ajoute la perspective d’une misère généralisée étendue à l’ensemble de notre vie professionnelle, et étirée désormais jusqu’à la mort.

Nous ne pouvons nous résoudre à devenir les spectateurs de la dégradation de nos conditions de vie.

Parce que nous avons choisi l’action plutôt que la résignation, nous agissons au quotidien au sein du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM). Nous menons des actions concrètes d’entraide (distributions alimentaires, animation d’un foyer étudiant en cité universitaire), nous accompagnons les étudiantes et étudiants dans leurs démarches et nous défendons les droits étudiants (comme le maintien des vacances de Noël et des rattrapages à l’université Paul Valéry).
Mais surtout, nous mettons en place des rapports de force au niveau local, permettant entre autres de lutter contre la sélection sociale : chaque année, nous faisons inscrire par la lutte des dizaines d’étudiantes et d’étudiants refusés du cursus de leur choix.

Au niveau national, nous luttons pour les droits des travailleuses et travailleurs au sein de la CNT-Solidarité Ouvrière, et nous construisons des convergences et mobilisations communes avec d’autres syndicats étudiants locaux partout en France.

Pour défendre notre droit à un avenir, nous appelons les étudiantes et étudiants de Montpellier qui ne se résignent pas et qui veulent agir concrètement à adhérer au SCUM et à prendre part aux combats et initiatives que nous portons.

Dès ce dimanche 1er mai, construisons ensemble le 3eme tour social, contre la misère et l’exploitation capitaliste. Nous vous donnons rendez-vous ce dimanche à 10h30 sur l’esplanade du Peyrou.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

  • article dans le journal La Marseillaise du 29/04/2022 :

Plus d’une tonne de nourriture distribuée à 680 étudiantes et étudiants de Montpellier par le SCUM.

Ce lundi 04 avril, plus de 680 étudiantes et étudiants ont bénéficié de la distribution alimentaire du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) à l’université Paul-Valéry. Une impressionnante file d’attente de plus de 100 mètres témoignait de l’accroissement de la précarité étudiante. Au total, plus d’une tonne de produits alimentaires a été distribuée, ainsi que des produits d’hygiène, des livres et des vêtements.

Le week-end précédent, les étudiantes et étudiants bénévoles du SCUM, avec le soutien de la Corpo Lettres Epsylone, ont collecté les produits auprès des clients de deux supermarchés montpelliérains.

Après avoir distribué plus de 6000 colis alimentaires entre janvier et juin 2021, ouvert un foyer étudiant en cité universitaire, et obtenu le remboursement des frais d’inscription de plus d’une centaine d’étudiantes et d’étudiants, nous sommes fiers de multiplier les initiatives de solidarité concrètes.

Cependant, la situation étudiante s’aggrave dans des proportions de plus en plus effrayantes : plus d’un tiers de la population étudiante vit sous le seuil de pauvreté, et de plus en plus de personnes éprouvent des difficultés à se nourrir et se loger.

Au niveau national, il est urgent de rétablir le repas à 1€ pour toutes et tous en restauration du CROUS, d’élargir l’accès aux bourses, et d’augmenter leurs montants.

La situation est tellement critique et urgente que des mesures doivent aussi être rapidement prises au niveau local. Nous demandons au CROUS Montpellier-Occitanie d’accepter de prêter des locaux pour les associations comme le SCUM qui souhaitent effectuer des distributions alimentaires. Nous attendons aussi, depuis septembre 2021, que le maire et président de la métropole de Montpellier Michael Delafosse tienne son engagement et nous apporte l’aide promise afin que nous puissions effectuer des distributions alimentaires régulières.

Il faut que les choses changent. Nous ne pouvons pas nous contenter de survivre au jour le jour. Le SCUM continuera à mener des initiatives concrètes face à la précarité, et nous continuerons à organiser des mobilisations étudiantes afin de revendiquer notre droit à un avenir !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr


Lire le communiqué sur le site web national de la CNT – Solidarité Ouvrière, le syndicat interprofessionnel : https://cnt-so.org/communique-du-syndicat-de-combat-universitaire-de-montpellier-scum/


La collecte et la distribution alimentaire dans les médias :

Reportage de Métropolitain/ Actu.fr du 05/04/2022