Archives du mot-clé Conditions d’études

Candidat à un Master à l’Université Paul Valéry ? Le SCUM lance un grand questionnaire.

https://lh4.googleusercontent.com/ASj-q-U79Ob4RbsNIbxmcFD6rhyoD0Ysvu5LBVdrQGRLwDxp5wxwmi6lAHoQkwoTmby3Ur6FxA=w999Afin de mettre en lumière les difficultés rencontrées par les étudiants de l’université Paul Valéry – Montpellier 3 qui souhaitent poursuivre leurs études en Master, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), publie un grand questionnaire concernant les refus d’inscription en Master, et plus largement les différentes pratiques de sélection, explicites comme implicites.

Remplissez le questionnaire et partagez-le : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdBtgNbrYSPqQGI1tM52kbprvogGtfmXKN7loBExnxktVUrcg/viewform?c=0&w=1

Ce questionnaire est anonyme. Si tu as des questions ou des précisions à nous apporter, tu peux nous contacter ici : syndicat.scum@live.fr

Calendrier universitaire et sélection en Master 2 votés en CÉVU : le président de l’université Paul Valéry méprise encore une fois les étudiants.

Ce mardi 18 avril se tenait le Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CÉVU). Deux principaux points étaient à l’ordre du jour : le projet de calendrier universitaire pour l’année 2017-2018 et les critères et quotas de sélection à l’entrée de plusieurs Masters 2.

Le calendrier universitaire imposé par la direction de l’université Paul Valéry pour l’année 2017-2018

Le calendrier proposé par la présidence de l’université déplace la seconde évaluation du premier semestre à la fin du second semestre, entre le 30 avril et le 18 mai, suivie de la première évaluation du second semestre, puis jusqu’au 8 juin de la seconde évaluation du second semestre. Toutes les secondes évaluations se tiendront ainsi en fin d’année universitaire, durant un mois complet. Cette modification du calendrier universitaire a un impact fortement négatif sur l’organisation des révisions, sur l’orientation et sur la garantie du tiers-temps pour les étudiants handicapés. Depuis le mois de mars, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) se mobilise afin de faire modifier ce projet de calendrier. Notre pétition demandant le maintien de la seconde évaluation du premier semestre en février a récolté près de 1200 signatures d’étudiants, et les élus SCUM et indépendants ont multiplié les rendez-vous avec les élus enseignants et personnels du CÉVU, afin de réaliser un nouveau projet de calendrier. Le président de l’université, Patrick Gilli a refusé de soumettre ce projet de calendrier au vote malgré notre demande, et n’a proposé au vote que sa version. Il s’agit là d’un mépris flagrant vis à vis des élus étudiants qui ont travaillé durant près d’un mois dans un esprit constructif sur une nouvelle version du calendrier, en associant à leur réflexion les élus enseignants et personnels. Malgré le soutien des autres élus étudiants, et pour la première fois, de plusieurs élus enseignants à la version du calendrier réalisée par les élus SCUM et indépendants, le calendrier proposé par le président a été adopté par le CÉVU pour l’année 2017-2018.

L’autre point important de ce CÉVU du 18 avril portait sur les critères et quotas de sélection en Master 2. Les élus SCUM et indépendants ont été stupéfaits de constater que la direction de l’université persiste, malgré ses promesses antérieures, à maintenir une sélection entre le Master 1 et le Master 2 dans de nombreuses filières, dont la totalité des masters de psychologie et plusieurs masters professionnels (comme le DAPCE et le master Métiers de la production, par exemple). Là aussi, sans davantage écouter les arguments des élus étudiants, le président de l’université a fait passer la mise en place de la sélection dans ces Masters 2 au pas de charge.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) constate, une fois de plus, que la présidence de l’université Paul Valéry – Montpellier 3 s’illustre par son refus du dialogue et son mépris des étudiants. Il s’agit ici d’une nouvelle confirmation que seule l’instauration d’un véritable rapport de force face à la direction sera à même de garantir les intérêts des étudiants. Pour cela, nous appelons à participer à l’Assemblée Générale décidée par le Comité de Grève, mardi 25 avril à 10h sur le parvis des amphithéâtres ABC.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live – http://www.combatuniversitaire.wordpress.com

Toutes les secondes évaluations en mai-juin ? Non merci !

Nous avons pris connaissance du projet de nouveau calendrier universitaire pour l’année 2017-2018, qui sera soumis au vote du Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CÉVU) de l’université Paul Valéry mardi 18 avril.
Nous avons constaté le déplacement de la seconde évaluation du premier semestre à la fin du second semestre, entre le 30 avril et le 18 mai, suivie jusqu’au 8 juin de la seconde évaluation du second semestre. Toutes les secondes évaluations se tiendront ainsi en fin d’année universitaire, durant un mois complet.

Considérant que

– il est plus facile d’organiser ses révisions par semestre
– l’orientation pour l’année suivante sera rendue plus floue en l’absence des résultats finaux du premier semestre avant le mois de juin
– concentrer toutes les secondes évaluations sur un mois complet risque d’accentuer l’échec des étudiants à ces examens.
– dans les universités ou toutes les secondes sessions d’examens se font en fin d’année, le taux d’échec est supérieur
– mettre en place un mois d’examens, portant sur l’intégralité de l’année universitaire, risque d’entraîner des conséquences néfastes sur la santé des étudiants (stress, burn-out, troubles du sommeil …etc)

Nous demandons que la seconde évaluation du premier semestre soit maintenue en février, avant ou après les vacances d’hiver.

SIGNE LA PÉTITION ICI : https://www.change.org/p/toutes-les-secondes-%C3%A9valuations-en-mai-juin-non-merci

MISE A JOUR 13/03/2017 : 

[Première victoire] Le vote du calendrier repoussé au 18 avril !

Ce lundi 13 mars, la présidence de l’université nous a informé par e-mail que le vote du calendrier universitaire, prévu lors du Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CÉVU) de ce mardi 14 mars, a été repoussé au mardi 18 avril. Bien que la direction évoque la soudaine nécessité de « présenter préalablement le calendrier au comité technique », il apparait clairement que la mobilisation éclair, avec plus de 800 étudiants signant en deux jours la pétition, des interventions en amphithéâtres ainsi qu’une rencontre avec le vice-président du CÉVU ce lundi 13 mars, ainsi que des interventions de personnels, n’a pas été étrangère à ce revirement de la direction.
Ce report du vote du Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CÉVU) pour le 18 avril nous encourage à accentuer la pression sur cette instance afin d’obtenir le maintien de la seconde évaluation du premier semestre en février. Nous vous invitons donc à continuer de signer et relayer cette pétition, et nous vous tiendrons informés de la suite des évènements.

Déplacement de Paul Valéry ? « Plutôt que d’envoyer les étudiants à l’autre bout de Montpellier, optons pour une mutualisation »

20minutes-06032017Ce lundi 6 mars, le journal « 20 minutes » est revenu sur la dernière idée du maire de Montpellier et président de la métropole. Ce dernier propose désormais de déplacer, dans le quartier de la future gare TGV, à l’autre bout de la ville, une partie des enseignements et des étudiants de l’Université Paul Valéry.

Interrogé par le journal, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) rappelle que si statistiquement, les étudiants de l’université Paul Valéry sont à l’étroit, la solution est ailleurs : « Plutôt que d’envoyer les étudiants à l’autre bout de Montpellier pour justifier un projet immobilier, nous optons pour une mutualisation avec la faculté des sciences, très grande et juste à côté. »

  Le problème de place de l’université ne se pose pas toujours au quotidien. A toute heure, dans tout plein de bâtiments, il y a des salles réservées qui sont pourtant vides ! Une meilleure organisation interne de l’université et une mutualisation des moyens avec la Faculté des Sciences, située de l’autre côté de la route serait plus bénéfique aux étudiants. Si la mairie et la métropole souhaitent absolument investir et utiliser des bulldozers,  ils pourraient raser les préfabriqués insalubres  et construire à la place un nouveau bâtiment. Une solution moins coûteuse et plus pratique pour les étudiants.

Conditions d’études à Paul Valéry : « il faut que l’administration réagisse »

Ce lundi 30 janvier, le journal Midi Libre parle des conditions d’études dégradées des étudiants de l’université Paul Valéry – Montpellier 3, mises en lumière dans la lettre ouverte du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), datée du 25 janvier.

midilibre-30jan2017

Le lendemain, c’est le journal Direct Montpellier Plus qui relayait notre combat contre les conditions d’études dégradées : http://www.direct-montpellier-plus.com/2017/01/31/les-etudiants-se-gelent-en-cours-19169

A l’université Paul Valéry, les étudiants vont-ils tomber en hypothermie ?

16195638_10211960891047103_1060392605593302994_n En pleine vague de froid, les étudiants grelottent ! Tous les matins, entre 8h15 et 10h15, dans les salles de préfabriqués 1 (si ce n’est les autres préfabriqués), les températures oscillent entre 9°C et 13°C. Évidemment, il n’est ni possible, ni acceptable de suivre un cours dans ces conditions, sans chauffage qui marche correctement. Les quelques étudiants qui osent encore venir assister à ces cours s’emmitouflent dans des écharpes, manteaux et bonnets.

Aux côtés des étudiants concernés, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) affirme que de telles conditions d’études sont inacceptables, et que rien ne justifie l’inaction dont a fait preuve l’administration à ce sujet.

Afin de garantir à ces étudiants des conditions de cours acceptables, nous demandons à ce que l’on procède à un changement de salle, au moins jusqu’au printemps, pour tous les étudiants ayant cours dans cette salle.

Afin de garantir à ces étudiants des conditions de cours acceptables, nous demandons à ce que l’on procède à un changement de salle, au moins jusqu’au printemps, pour tous les étudiants ayant cours dans cette salle.

Plus globalement, il est urgent que l’université se penche sur les conditions d’études des étudiants, qui se trouvent de plus en plus dégradées chaque année.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.frhttp://www.combatuniversitaire.wordpress.com