Archives du mot-clé Conditions d’études

La carte Izly, comment ça marche ?

 Devant les interrogations de nombreux étudiants sur le paiement au Resto Universitaire, on vous donne les informations dont on dispose.

Paiement par carte Izly

  • Le paiement par carte Izly est possible sur tous les Resto U.
  • La carte est rechargeable sur des bornes : recharge par carte bancaire OU en espèce.
  • SEUL le paiement par carte Izly permet aux étudiants boursiers de bénéficier du super tarif de 1 euro le repas. (Les non-boursiers n’y ont pas droit malheureusement)

Paiement par carte bancaire

  • Le paiement par carte bancaire est possible PARTOUT : le personnel du CROUS n’a pas le droit de vous le refuser, que ce soit à la cafétéria ou au restaurant universitaire.
  • Cependant il ne permet pas de bénéficier du repas à 1 euro pour les boursiers.

Paiement en espèce

Le paiement en espèce n’est plus possible dans aucun établissement de restauration du Crous de Montpellier.

Les revendications du SCUM

La précarité étudiante est telle qu’il est irresponsable que le CROUS rende l’accès aux repas plus difficiles en interdisant le paiement en espèce. Le CROUS se justifie en expliquant que seul le paiement par carte Izly lui permet de faire remonter les repas des étudiants boursiers au ministère, afin d’être remboursé. Il avance aussi que le paiement par carte bancaire et carte Izly permet la diminution des risques sanitaires.

NOUS DEMANDONS :

  • Le retour du paiement en espèce dans tous les espaces de restauration, afin de faciliter l’accès au repas pour les étudiants. Le paiement en espèce est d’autant plus nécessaire en début d’année que beaucoup d’étudiants ont encore des difficultés à activer leur carte Izly, ou à recharger celle-ci.
  • Un accès aux Resto U maintenu pour TOUS les étudiants, que ce soit en semaine de présentiel ou en semaine de distanciel. Les Restos U doivent rester des lieux faciles d’accès, dans un contexte de précarité étudiante très forte malgré le silence des médias !
  • Un repas à 1 euro pour TOUS les étudiants (voire même le repas gratuit) : se nourrir est un droit, surtout pour des étudiants qui ont déjà des difficultés à supporter le prix de leur logement.

-> En cas de problème ou de questions, contacte le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM  !

Retrouvez notre intervention dans le média Actu.fr lors de l’annonce des repas à 1€ pour les étudiants boursiers le 20 juillet 2020 : https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-le-scum-salue-la-decision-des-repas-a-1-pour-les-etudiants-boursiers_34984311.html

COVID-19 : cluster à l’Université de Montpellier et passage des cours en semi-distanciel à l’université Paul Valéry

 Alors que la rentrée universitaire vient à peine de commencer, plus d’une cinquantaine d’étudiants en deuxième année de médecine (Université de Montpellier) ont été testés positifs au Covid-19, soit un quart de la promotion ! A l’IAE (Institut d’Administration des Entreprises), composante de l’Université de Montpellier, c’est l’intégralité d’une promo de L3 qui a été placée en quarantaine suite à la découverte d’un cas positif parmi eux.

Et ce n’est pas fini ! A l’Université Paul Valéry – Montpellier 3, alors que la rentrée en cours n’avait pas encore eu lieu, les nouveaux étudiants en première année de Licence ont étés convoqués à des réunions de pré-rentrée obligatoires.

Résultat : des centaines d’étudiants serrés comme des sardines dans des amphithéâtres surchauffés et bondés. D’ailleurs, l’université attend fébrilement les résultats de tests COVID-19 de plusieurs étudiants présentant des symptômes. Comment, en l’absence de réelles mesures sanitaires prises par les universités, s’étonner ensuite de la multiplication des prises de risques individuelles par des étudiants ne comprenant pas le « deux poids-deux mesures », ici à l’œuvre ?

D’un côté, sorties interdites et masques obligatoires. Mais de l’autre côté, des institutions en roue libre, entassant les étudiants comme des sardines, sans même leur laisser le choix. Il est absurde de pointer la responsabilité individuelle de quelques étudiants, quand les institutions fuient leurs responsabilités de façon aussi criante. L’attitude nonchalante des directions d’universités vis à vis de la pandémie, ne peut qu’encourager le relâchement des précautions individuelles.

L’obsession des présidences des universités Montpelliéraines de vouloir contraindre un maximum d’étudiants à risquer leur santé et celles de leurs proches pour assister à tout prix à tous les cours en présentiel est non seulement insensée, mais potentiellement criminelle. Nous recevons depuis plus d’une semaine de nombreux messages d’étudiants témoignant de la surpopulation des amphis et de l’impossibilité de conserver une distanciation sociale. L’organisation des cours en présentiel intégral a aussi rempli les couloirs des campus, mais aussi par un ricochet morbide, les tramways et les bus.

Comment, dans ces conditions, garantir à tous de bonnes conditions de cours et un respect des règles sanitaires ?

Nous avons l’impression que Philippe Augé et Patrick Gilli, respectivement présidents de l’Université de Montpellier (UM) et de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 (UPVM3) vivent dans une réalité parallèle, un monde qui n’aurait pas connu une pandémie mondiale, qui rien qu’en France à fait plus de 31 000 morts. Pourtant, et nous nous y engageons, c’est leur responsabilité pénale qui sera engagée. 

Après une période de confinement ayant aggravé la précarité et le décrochage scolaire (notamment des étudiants les plus fragilisés socialement), voilà que les présidences d’université jouent encore une fois aux apprentis-sorciers, n’ayant même pas pris la peine d’anticiper correctement la rentrée universitaire.

Dans ces conditions, plusieurs solutions avaient été évoquées afin de limiter le risque d’un nouveau cluster, par exemple, un mix entre enseignement en distanciel et enseignement en présentiel, dès la L2, ce qui permettrait de libérer des places pour les étudiants en L1, qui sont ceux qui ont le plus besoin d’un accompagnement en présentiel, tout en faisant « respirer » les amphis et salles de TD. De plus l’organisation d’une diffusion vidéo de l’intégralité des cours en direct permettrait aux étudiants à risque ou devant prendre plusieurs transports en commun de continuer à suivre les cours en limitant le risque de contamination. Nous rappelons aussi qu’à l’heure d’aujourd’hui, la grande majorité des supports de cours n’est toujours pas disponible sur les plateformes web pédagogiques, alors que leur mise en ligne est pourtant une obligation légale !

Vers la mise en place du semi-distanciel à l’Université Paul Valéry

Ce mardi 15 septembre 2020, le CEVU (Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire) de l’université Paul Valéry Montpellier 3 a décidé de passer les enseignements en semi-distanciel … deux semaines après avoir entassé ses 21 000 étudiants comme des sardines !

Il s’agirait, à partir du 28 septembre dans certaines filières, d’un système par roulement sur deux semaines. En semaine 1, la moitié des étudiants seront en présentiel, et l’autre moitié en distanciel. En semaine 2, ceux en présentiel passeraient en distanciel, et ceux en distanciel passeraient en présentiel. Une telle organisation, si elle a le mérite de permettre, enfin, le respect de la distanciation sociale, pourrait entrainer un décrochage d’une partie des étudiants. De plus, si ce roulement se fait sur l’effectif global, il ne garantit pas nécessairement un respect de la distanciation sociale au sein d’une même promo.

Nous serons vigilants sur les modalités de mise en œuvre de cette mesure, afin qu’elle n’impacte pas, encore une fois, les étudiants les plus précaires et ne soit pas un accélérateur de sélection sociale.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

  • Réunion publique d’information et d’accueil des nouveaux étudiants, mercredi 16 septembre à 18h30 au parvis des amphithéâtres 1-2-3 de l’université Paul Valéry.
Dans les médias :

Le communiqué du président de l’université Paul Valéry, concernant la mise en place du semi-distanciel (15/09/2020)

Ta rentrée universitaire 2020/2021 à l’Université Paul Valéry

La rentrée universitaire de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 aura lieu le 14 septembre. Pour partager les informations et astuces sur cette rentrée, on a créé un espace d’échanges spécifique. Venez poser vos questions et ne ratez rien de la rentrée :

https://www.facebook.com/events/2754114521580084/

LES DATES A RETENIR :

———————–
-> Mardi 1er septembre – Vendredi 04 septembre : journées Accueil Personnalisée
Pour les étudiants de première année dont c’est la première fois à la fac 🙂
———————–
-> Lundi 07 septembre – Vendredi 11 septembre : Semaine de pré-rentrée
Réunions de présentations des Licences, des options (langues, sport…), des services du campus (bibliothèques …)
———————–
-> Lundi 14 septembre : Rentrée universitaire
Les cours commencent 🙂


LIENS UTILES :

100 000 € débloqués pour les étudiants précaires

Afin de faire face à la situation sociale à la suite de la crise sanitaire, et pour aider les étudiants qui ont perdu leur emploi, l’Université Paul Valéry vient d’ajouter 60 000 € supplémentaires de budget pour le FSDIE Social, une aide financière pour les étudiants en difficulté. Cette somme s’ajoute aux 40 000 € déjà ajoutés en avril. Au total, c’est la somme de 100 000 € qui a été obtenue. Ces fonds sont issus de la CVEC.

A l’occasion de notre annonce dans Midi Libre concernant ces 100 000 € d’aide sociale, nous avons rappelé que la question de la précarité étudiante dépasse le contexte de la crise du COVID-19. Nous revendiquons, auprès du gouvernement, une augmentation générale des bourses étudiantes et un élargissement de l’assiette de versement. À Montpellier, nous revendiquons, auprès de l’université Paul Valéry, la pérennisation du budget alloué à l’aide financière en faveur des étudiants en difficulté. Avec ou sans Covid-19, pour les étudiants précaires, la crise c’est tous les jours ! 

Arnaque à la « formation bidon » à l’Université Paul-Valéry

Le SCUM dénonce une arnaque bien montée et bien rodée de l’Université Paul-Valéry pour se faire de l’argent sur le dos des étudiants !

Connaissez-vous l’EAD ?

Les étudiants en Enseignement A Distance, ou EAD, représentent 10% des élèves. Ils ne coûtent rien à l’université (pas de cours en présentiel, donc pas besoin de salles ni de professeurs…). Et ils payent leur enseignement 290 € par année de Licence. Cela représente 120 € de plus qu’une année de licence en présentiel !
Avec un rapide calcul, on réalise que l’EAD rapporte à l’Université 120 euros supplémentaires pour chacun des 2000 étudiants concernés, donc un bénéfice de 240 000 euros sans aucun coût !

On imagine que la formation doit être excellente pour être aussi chère !
Mais la réalité est évidemment toute autre : il n’y a aucun suivi des élèves et les cours ne sont pas envoyés à part quelques PDF déposés aléatoirement sur la plateforme MOODLE connue pour son manque d’ergonomie et souvent inaccessible pour des raisons diverses. De plus, les étudiants ne reçoivent jamais d’information unifiée au sujet des évaluations et des devoirs à rendre et les secrétariats ne répondent jamais au téléphone. Il n’existe même pas de liste de contacts spécifique pour joindre tous les étudiants concernés !

Le témoignage d’un étudiant en Licence d’Italien permettra de mieux se rendre compte de l’arnaque. Sur une année entière commencée en septembre 2019, pas un seul cours d’apprentissage de la langue n’a été proposé, mais uniquement des textes à traduire ! Comment apprendre une langue dans ces conditions ? Et quelle est vraiment l’utilité d’une formation qui ne propose que des textes à traduire ? L’étudiant aura aussi bien fait d’acheter lui-même un bouquin d’italien et de le traduire de son côté, il économisera au moins 240 euros à défaut de parler l’italien !

Allez, un deuxième témoignage d’un étudiant, pour réaliser l’absurdité de la formation : « quand on choisit de faire une licence de langue à distance en débutant, ce serait bien de commencer par nous apprendre les bases de la langue au lieu de nous écrire tout en occitan… Je n’ai jamais pu lire le premier cours car c’est la première fois que je faisais de l’occitan ! »

Bref, l’EAD à l’Université Paul-Valéry est un véritable scandale, une arnaque construite pour dégager des excédents financiers sans frais sur le dos des étudiants. Il y a un mot pour cela : une arnaque !

La crise sanitaire et tragique que nous traversons encore a bien évidemment rendu difficiles les communications entre les équipes pédagogiques et les étudiants de toute l’université ; et le manque d’information s’est avéré être un vrai problème pour toutes les formations ! Mais les étudiants de l’EAD n’ont certainement pas été surpris de découvrir une université complètement dépassée : si vous avez trouvé la situation exceptionnelle pendant le confinement, il s’agit en fait de la routine du fonctionnement de l’EAD ! C’est dommage, un bon service de cours à distance aurait certainement préparé l’université à réagir à cette période difficile…

L’Enseignement à Distance de Paul-Valéry offre certes un service à distance, il manque juste les cours !

Il est intolérable qu’une université, prétendu lieu d’un savoir désintéressé et de la formation pour l’avenir des étudiants, puisse continuer à arnaquer ces derniers ! L’EAD est une formation suivie par de nombreux étudiants aux profils très différents, et elle fait partie intégrante de l’offre d’enseignement universitaire : elle  doit donc être améliorée, perfectionnée, si ce n’est tout simplement créée pour de vrai !

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM appelle la direction à réagir au plus vite ! La première alerte a été lancée, il n’est maintenant plus possible de fermer les yeux sur le problème !

Nous lançons un appel à témoignages et suggestions des étudiants en EAD, afin d’améliorer cette situation : https://combatuniversitaire.wordpress.com/temoignages-enseignement-a-distance/

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr