Archives pour la catégorie Cités Universitaires

L’action et les initiatives du SCUM dans les cités et résidences universitaires de Montpellier.
Dans les Cités U, nous animons la vie quotidienne et défendons des conditions de vie décentes.
Retrouve en CLIQUANT ICI la liste des contacts de ta cité ou résidence.

Questions – réponses sur les logements du CROUS en période de déconfinement

Depuis le 11 mai, les mesures de confinement afin de lutter contre la pandémie de Coronavirus/COVID-19 ont été levées. Un e-mail du CROUS Montpellier – Occitanie en date du 30 avril concernant le déconfinement a suscité incompréhension et anxiété pour beaucoup d’étudiants. Le SCUM a alors interpellé le CROUS sur ce sujet, et au vu de leurs réponses, nous faisons ici le point sur la situation pour les étudiants logeant dans les cités et résidences universitaires.

J’étais confiné à l’extérieur de mon logement CROUS, et je souhaites renouveler mon bail : quelle procédure suivre ? Et combien de mois de loyer payer ?
Si tu souhaites rester dans ton logement cet été (et donc y laisser tes affaires), tu devras payer le loyer et tu resteras dans le même logement l’année prochaine
Suite au mail envoyé le 30 avril par le CROUS, si tu es parti temporairement, tu dois informer au plus vite ta cité/résidence de tes intentions (annuaire des contacts ICI).
Si tu as quitté ta cité/résidence universitaire le 16 mars et que tu es revenu le 11 mai, tu n’a rien à payer pour avril et début mai. Si tu rends tes clés en mai, tu n’auras rien à payer en mai, et si tu reprends ta chambre pour y habiter, tu seras facturé au « prorata temporis ».

Je veux renouveler mon logement universitaire l’an prochain, mais je ne souhaite pas payer de loyer cet été. Comment faire et comment récupérer mes affaires ?

Si tu veux quitter ton logement d’ici le mois d’août, et te voir attribuer un logement en septembre, tu dépends du système de réadmission. Si tu remplis les conditions d’attribution de logement universitaire tu te verras attribuer un logement avant les résultats du tour national fin juin dans une cité ou résidence du même secteur, si possible dans la même cité ou résidence que sur l’année 2019-2020.
Tu seras facturé jusqu’à ta date de départ :

  • facturation à fin mars s’il s’agit d’un départ temporaire avec un rendu des clés au plus tard le 30 mai,
  • facturation jusqu’à la date réelle de rendu des clés s’il s’agit d’un départ postérieur au 11 mai, ou bien d’un départ temporaire qui aurait vidé son logement après le 1er juin
Pour récupérer tes affaires, tu dois en faire part à ta cité/résidence et prendre rendez-vous avec le secrétariat pour les démarches administratives de rendu des clés et/ou état des lieux (annuaire des contacts ICI).
Si l’étudiant ne peut pas revenir pour déménager avant le 30 mai, mais plus tard, le loyer sera dû à compter du 1er juin quelle que soit ta date de retour de ton confinement, jusqu’au rendu des clés.

Il est indiqué dans le mail envoyé par le CROUS le 30 avril que les étudiants n’étant pas en mesure de revenir doivent renvoyer les clés de leur logement dans les meilleurs délais. Et que dans le cas ou leurs affaires seraient encore dans le logement « les effets personnels seront débarrassés ». Quelle est la procédure à suivre si je ne peux pas rentrer dans l’immédiat sur Montpellier mais que je ne veux pas que mes affaires soient confisquées ? 
Le CROUS s’est engagé à ne pas se débarrasser des affaires des étudiants ayant pris contact pour expliquer leur situation. On t’invite donc à envoyer un mail ou téléphoner à ta cité/résidence universitaire (annuaire des contacts ICI), afin que des solutions te soient proposées.
Toutefois, si tu ne libère ton logement qu’en juin ou plus tard, le loyer te sera demandé à compter du 1er juin.

Je suis actuellement à plus de 100 kilomètres de Montpellier. Au vu des restrictions, comment rentrer à Montpellier sans me voir infliger l’amende de 135 € ?

Le CROUS peut délivrer des attestations pour déplacement de plus de 100 kms aux personnes qui reviendraient pour libérer leur chambre. 


En cas de questions supplémentaires ou si tu rencontres un problème, n’hésites pas à nous contacter sur notre formulaire de contact : https://combatuniversitaire.wordpress.com/contact/


Tu peux aussi retrouver ici l’annuaire de tous les contacts des cités et résidences universitaires de Montpellier : https://combatuniversitaire.wordpress.com/contacts-des-cites-et-residences-crous-de-montpellier/

En mars, nous interpellions le directeur du CROUS sur la situation des étudiants confinés en cités et résidences universitaires : https://combatuniversitaire.wordpress.com/2020/03/20/coronavirus-situation-des-etudiants-en-residences-du-crous%e2%80%8b/

Coronavirus : Situation des étudiants en cités et résidences du CROUS​ Montpellier – Occitanie

Dans une lettre ouverte adressée hier à la direction, nous demandons au CROUS Montpellier – Occitanie « d’assumer ses responsabilités dans cette crise sanitaire et sociale qu’il a contribué à aggraver, dans des proportions qui aujourd’hui ne sont pas mesurables, mais que demain nous subirons toutes et tous. » Si des mesures sanitaires ont été prises il y a quelques jours, la gestion sociale catastrophique de cette pandémie risque d’aggraver la situation des étudiants les plus précaires. Nous  demandons un dédommagement immédiat s’élevant à la durée totale du confinement pour tous les étudiants résidant en cité et résidence universitaire à Montpellier, qu’ils aient indiqué ou non leur départ de leur logement, ainsi que la prise en charge financière des déplacements des étudiants concernés.

Retrouvez notre lettre ouverte ici : LETTRE OUVERTE AU CROUS MONTPELLIER OCCITANIE 19/03/2020

Nous invitons les étudiants résidants en logement CROUS à nous contacter en cas de questions ou de problèmes : syndicat.scum@live.fr

Dans les médias :

Insalubrité à la cite universitaire des Arceaux : les étudiants obtiennent réparation suite à la mobilisation collective.

Alerté par plusieurs étudiants de la cité universitaire des Arceaux à Montpellier, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a organisé, le 20 novembre une réunion avec les résidents de la cité universitaire « Les Arceaux » afin de discuter des problèmes de logement et de salubrité qui y sont rencontrés. En effet, pendant plusieurs semaines au cours de ce semestre, plusieurs résidents de la cité universitaire ont été privés de chauffage et d’eau chaude.
Nous avons constaté aussi que plusieurs chambres ont de la moisissure au plafond ou sur les murs, ce qui les rend insalubres. D’autres problèmes ont été soulevés, comme la pression insuffisante des chasses d’eau et l’isolation phonique comme thermique largement insuffisante : on entend tout et le froid de l’extérieur entre à l’intérieur des logements.
Il est 20h. Soudain, le directeur du CROUS apparait en pleine réunion publique.

Alors que la réunion battait son plein dans le hall du bâtiment C de la cité universitaire, nous avons eu la surprise de voir débarquer en personne le directeur-général du CROUS Montpellier – Occitanie, alerté par les affiches appelant à cette rencontre publique. Flanqué du responsable énergie du CROUS et de la directrice de la cité universitaire « Les Arceaux », Pierre Richter s’est engagé, après un long débat, à faire réparer le chauffage, les pompes à chaleur et les cumulus. Il s’était également engagé, suite à notre insistance sur ce point, à faire un geste financier en direction des locataires impactés par les manquements du bailleur qu’est le CROUS.

Nous apprenons ce vendredi 13 décembre que les travaux de réparation sont terminés et que les locataires ont vu leur loyer du mois de décembre baissé de 75€ en titre de dédommagement.
Nous nous félicitons de cette issue positive et nous rappelons que rien ne justifie le fait de laisser des étudiantes et étudiants sans chauffage ni eau chaude pendant plusieurs semaines. Le CROUS est un bailleur qui a des devoirs envers ses locataires, ce n’est pas parce qu’ils sont en situation de précarité que ceux-ci n’ont pas le droit à vivre dignement. Nous restons attentifs aux conditions de vie de chacun et nous appelons les étudiants à nous contacter s’ils rencontrent un problème locatif, que ce soit avec le CROUS ou un autre bailleur.
 Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Voitures d’étudiants mises en fourrière lors de la visite ministérielle : suite au recours du SCUM, la mairie propose une procédure de remboursement des amendes.

A l’occasion de la visite à Montpellier de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Mme Frédérique Vidal et de la porte-parole et secrétaire d’état au premier ministre Mme Sibeth Ndiaye le 20 août dernier des étudiants avaient reçu des contraventions et ont vu leurs voitures saisies par la fourrière. Alors qu’ils étaient garés sur le parking de leur cité universitaire, la cité universitaire Boutonnet, ils se sont vus infliger 35 euros d’amende auxquels s’ajoute la somme de 126 euros de frais de mise en fourrière. Ils étaient garés sur le parking de leur cité universitaire, la cité universitaire Boutonnet et n’avaient pas été prévenus qu’il fallait faire place nette pour la visite ministérielle.​
Le 22 septembre 2019, le SCUM a entamé un recours hiérarchique auprès de Philippe Saurel, maire de Montpellier, et de son adjoint Henri De Verbizier, afin d’obtenir pour les étudiants concernés le remboursement des sommes extorquées de façon illégitime par les services municipaux.​
Ce vendredi 04 octobre 2019, en réponse à ce recours, la mairie de Montpellier propose une procédure de remboursement pour les étudiants concernés par les amendes et mises en fourrière du 20 août 2019.​
La procédure de remboursement en 4 étapes :​
  1. Envoi par les étudiants concernés d’un courrier avec les numéros d’amendes d’immatriculation à : Officier du Ministère Public – Hôtel de Police – 206, rue du Comté de Melgueil – 34000 Montpellier Cedex 1​
  2. Après vérification, envoi aux étudiants par l’Officier du Ministère Public d’un « avis de classement sans suite »​
  3. Envoi par les étudiants concernés d’un courrier avec la copie de l’avis de classement à : Direction de Sécurité et de la Tranquillité de la Ville de Montpellier – Ville de Montpellier – 1, place Georges Frèche – 34267 Montpellier Cedex 2​
  4. Après traitement par les services municipaux, remboursement aux étudiants des frais engagés.​
Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM se félicite de cette victoire syndicale, et restera vigilant sur le délai de remboursement des étudiants concernés.​
Nous continuons à exiger des excuses publiques des ministres Frédérique Vidal et Mme Sibeth Ndiaye pour s’être octroyées le privilège de privatiser un parking public aux dépends des étudiants précaires.​
Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM 
syndicat.scum@live.fr
——–
La victoire du SCUM dans les médias :
– Article du journal « La Marseillaise du 11/10/2019 :

Voitures d’étudiants mises en fourrière pour laisser passer les ministres : le retour de l’ancien régime ?

Dans la nuit du 4 août 1789, les privilèges de la noblesse et du clergé furent abolis mettant fin officiellement à l’Ancien Régime. 230 ans plus tard en 2019 alors que cinq républiques se sont succédé on aurait pu espérer que les privilèges auraient disparus définitivement. Or, il n’en est rien. Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a eu la surprise de découvrir que le 20 août 2019, lors de la visite de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Mme Frédérique Vidal et de la porte-parole et secrétaire d’état au premier ministre Mme Sibeth Ndiaye des étudiants ont reçu des contraventions et ont vu leurs voitures saisies par la fourrière. Soit, 35 euros d’amende et 126 euros pour aller récupérer leurs voitures saisies par la fourrière. Leur crime ? S’être garés sur le parking de la cité universitaire Boutonnet.

D’après nos recherches, un arrêté municipal numéro 2019-T2259 a été émis par la mairie de Montpellier. L’adjoint délégué Monsieur Henri de Verbizier n’a signé ce document que le 19 août, la visite de la ministre ayant lieu le lendemain. Un peu court pour prévenir les usagers du parking qu’ils devaient retirer leurs voitures. L’arrêté municipal n’ayant été affiché qu’à partir de 14 h, c’est un scandale que les personnes s’étant garées avant cet horaire fatidique n’aient pas été informés et n’aient pas eu le temps nécessaires pour retirer leurs voitures pour laisser la place aux deux membres du gouvernement et à leur cour.

Il est impardonnable que ces étudiants payent pour l’incompétence de la mairie de Montpellier. Il est tout aussi impardonnable que ces étudiants voient un parking situé juste à côté de leur cité universitaire privatisé juste parce que deux ministres ne sont pas capables de prendre le tramway comme elles avaient pu le faire plus tôt dans la mâtinée à 11 h 30 en partant de la station « Moularès hôtel de ville ».

Enfin, il est impardonnable qu’à l’approche de la rentrée des étudiants voient leur budget perdre 161 euros. Ces 161 euros, gagnés peut être, au cours d’un job d’été aux conditions éprouvantes et qui aurait pu servir justement à payer leurs courses du mois. Bien sûr, ces réalités peuvent apparaître lointaines pour deux ministres qui ont les moyens de privatiser des endroits d’utilité publique juste parce qu’elles ont prévu de rendre visite au Président de l’Université de Montpellier (UM) Monsieur Philippe Augé.

Mme Vidal, Mme Ndiaye la prochaine fois que vous viendrez à Montpellier au lieu de privatiser pour votre cour un parking d’utilité publique pensez à utiliser comme le commun des mortels les transports en commun. Transports que vous aviez pourtant utilisé lorsque vous êtiez parties de l’hôtel de ville en tramway au coté du maire de la ville Monsieur Philippe Saurel. De plus, il est regretable que des étudiants précaires pour la plupart aient perdu 161 euros alors que le but de votre visite était d’échanger avec les étudiants sur les dispositifs d’aide à la rentrée et d’amélioration de la vie étudiante mis en place dans le cadre du plan étudiant. Veuillez nous expliquer dans quelle mesure vous améliorez leur cadre de vie déjà précaire ; en leur imposant vos privilèges vous contribuez à intensifier la misère sociale.

Le Syndicat de Combat Universitaire exige que les étudiants concernés par cette amende digne du Moyen Âge soient remboursés et reçoivent des excuses publiques de la part de Mme Frédérique Vidal et de Mme Sibeth Ndiaye.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

Dans les médias :

Ramène ton brunch ! samedi 8 juin

Samedi 8 juin, c’est brunch suivi d’une activité sportive l’après-midi.
Tu es invité à un brunch participatif, samedi 8 juin à partir de 11h dans le parc de la cité universitaire Boutonnet.
Ramènes du tarama, des pancakes, ou autre chose à manger 😉
Idéal pour évoquer, assis sur l’une des pelouses les plus sympas de Montpellier, les prochaines initiatives et mobilisations du syndicat;
Suite à ce brunch, nous pourrons rejoindre la manifestation en ville, aux alentours de 14h30 😉
————
Inscrivez-vous sur l’évènement Facebook : https://www.facebook.com/events/484073262333101/
Inscrivez-vous par message facebook ou par e-mail : syndicat.scum@live.f

Inscriptions, logement, alimentation : « Un accroissement de la sélection sociale » dans tous les domaines.

La radio locale Divergence FM (93.9) a invité deux porte-paroles du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), dans l’émission « Balance la sauce » diffusée le 26 février 2019. Interviewés par Lucie Lecherbonnier en présence de deux autres étudiants élus au CROUS, nos deux représentants, élus en CEVU de l’université Paul Valéry Montpellier 3 et en Conseil d’Administration de la Communauté d’Universités (COMUE-LR) ont fait le point sur divers aspects de la vie étudiante montpelliéraine comme la hausse des frais d’inscription, Parcoursup, le logement et l’alimentation.

Retrouvez-ici la transcription complète de cet entretien radiophonique. Lire la suite Inscriptions, logement, alimentation : « Un accroissement de la sélection sociale » dans tous les domaines.