Archives du mot-clé Examens

Retrouve ici tes droits pendant les examens, et l’actualité liée aux évaluations et rattrapages.

Quels examens de substitution pour les étudiantes et étudiants positifs au COVID-19 ?

Article du journal La Marseillaise du 07 janvier 2022

Ce mardi 04 janvier, dans le média Métropolitain, retrouvez les annonces et réactions du SCUM concernant l’organisation des examens dans les deux universités montpelliéraines.

Lire l’article en entier :

Lire la suite Quels examens de substitution pour les étudiantes et étudiants positifs au COVID-19 ?

Nouvelles mesures concernant les étudiants redoublants à l’Université Paul-Valéry.

Pour la rentrée de septembre 2022 à l’université Paul-Valéry, le système de l’AJAC sera supprimé. Acronyme signifiant « ajourné autorisé à continuer », ce système permettait aux étudiantes et étudiants de passer en année supérieure sans avoir validé leur année (à condition d’avoir obtenu 40 crédits ECTS). Lors de cette année ils doivent valider en supplément les enseignements non obtenus l’année précédente. Avec plus de 78% d’échec en AJAC, ce dispositif ne remplissait pas son objectif d’éviter le redoublement pour les étudiantes et les étudiants les plus précaires. Et pour cause, reposant sur une logique de surmenage pédagogique chez les étudiantes et étudiants les plus fragiles, majoritaires en AJAC, le dispositif se révélait peu efficace.

C’est lors de la commission pédagogique du 28 septembre que la présidence de l’université a annoncé vouloir supprimer le dispositif de l’AJAC. Seuls les élus du SCUM et la vice-présidente étudiante se sont opposés à la suppression de ce dispositif largement imparfait. Le 1er octobre, lors de la commission préparatoire consultative, désertée par les autres élus étudiants, la présidence s’est montrée inflexible concernant la suppression de l’AJAC. Après plusieurs heures de négociation les élus du SCUM et la vice-présidente étudiante se sont vu proposer la mise en place d’un nouveau dispositif en faveur des étudiantes et étudiants redoublants. Ce nouveau dispositif s’ajoute au redoublement de droit pour les étudiantes et étudiants n’ayant pas validé leur année : désormais, les redoublants auront la possibilité de passer et valider des enseignements de l’année supérieure !

Lors du Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU) du 05 octobre, les élus étudiants du SCUM et de la Corpo Lettres ont été les seuls à s’opposer à la suppression de l’AJAC. Nous avons proposé de conserver ce dispositif et de mettre en place en même temps le nouveau système discuté en commission préparatoire consultative. Cette proposition concrète, permettant d’offrir davantage de choix aux étudiantes et étudiants, n’a malheureusement pas été reprise par le CEVU, faute d’un soutien suffisant des autres élus étudiants et enseignants. Nous espérons que ce nouveau dispositif que nous avons obtenu permettra à davantage d’étudiantes et d’étudiants de réussir, dans un contexte d’appauvrissement accru. En effet, sur les 78% d’étudiants inscrits en AJAC et forcés de redoubler à cause du surmenage, une immense majorité subissait en plus une forte précarité alimentaire (en témoignent les 6000 colis alimentaires distribués par le SCUM l’année dernière).

Afin de rendre le nouveau dispositif plus favorable aux étudiantes et étudiants, le SCUM a proposé, au Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU) de ce mardi 09 novembre, que ce dispositif d’acquisition de crédits ECTS par anticipation se base sur deux piliers :

  • Un suivi pédagogique en amont : les matières sur lesquelles prendre de l’avance seraient déterminées suite à un entretien avec un tuteur ou un enseignant afin d’éviter la surcharge pédagogique et créer un emploi du temps correspondant aux besoins de l’étudiant.
  • L’ouverture du dispositif à davantage d’étudiantes et d’étudiants : Le SCUM a proposé que ce nouveau dispositif soit ouvert à toutes et tous les étudiants n’ayant pas validé leur année afin de permettre la réussite de toutes et tous. Alors que l’AJAC était restreint aux étudiant.es ayant validé 40 crédits ECTS au minimum, cette proposition de dispositif sans plancher de crédits ECTS permettrait de donner à davantage d’étudiants des chances de réussite.

Nous continuerons à défendre les étudiantes et étudiants et à proposer des solutions concrètes pour toutes et tous.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – http://www.combatuniversitaire.wordpress.com

Le nouveau dispositif L1+/L2+, voté lors du CEVU du 08 mars 2022 :

Agissons pour le passage en M2 MEEF pour toutes et tous !

Bonjour à tous les étudiants de master 1 MEEF !

On espère que les concours se sont bien passés, et vous encourage pour la suite ! Bien sûr les vacances arrivent, mais nous avons reçu des témoignages de plusieurs étudiants inquiets de ne pas valider leur Master 1, et donc d’être obligés de redoubler et interdits de passer leur concours l’année prochaine.

Nous avions fait un sondage au mois d’avril pour savoir combien de vous étiez inquiets de ne pas valider ; puis on avait déposé une motion à la CFVU (commissions de la formation et de la vie universitaire) de mai de l’Université de Montpellier pour obtenir le passage inconditionnel pour vous tous, en raison de la réforme du concours et de la crise sanitaire. L’administration avait refusé de faire voter notre motion (ce qui est complètement anti-démocratique), mais s’était au moins engagée à une certaine « bienveillance » de la part des seconds jurys. On va donc continuer et insister pour que le maximum d’entre vous obtiennent leur année ! On avait déjà fait de même l’année dernière pour les Master 1 premier degré de la Faculté d’Education, en partenariat avec le BDE la Meef’, et les jurys avaient validé des dizaines de passage en Master 2 !

Alors la procédure est simple :

  • Nous on s’occupe d’envoyer un mail syndical et collectif (voir ci-dessous), pour expliquer la dimension collective du problème, et d’utiliser la légitimité des élus étudiants et du syndicat SCUM et du BDE la Meef’ !
  • De ton côté, tu rédiges une lettre de demande de recours gracieux au second jury, et tu l’envoies au « Responsable du Master », au « Service Scolarité », à un enseignant en qui tu as confiance, et au « Responsable de l’UFR). Mets tout le monde en copie du même mail, les démarches ne seront que plus rapides ! (Ils te renverront peut-être vers une autre adresse mail, mais continue de mettre tout le monde en copie !) Le modèle de la lettre de recours est en pièce jointe de ce post. Bien sûr tu peux la rédiger comme tu veux, et modifier tous les éléments que tu veux ! Une seule chose est importante à retenir :

Explique :

POURQUOI tu n’as pas réussi à valider ton année

POURQUOI tu ne veux pas redoubler et quelles seront les conséquences sur ta vie et ta scolarité

A QUEL POINT tu es motivé pour l’année prochaine

On espère que les jurys sauront être compréhensifs et liront attentivement la situation individuelle de chacun de vous ; mais la dimension collective de cette procédure devrait faciliter l’acceptation du passage en M2 ! On répond à toutes les questions si besoin, n’hésitez pas !

Faites circulez les mails des responsables de master de vos filières en commentaire, afin de faciliter le recours pour les camarades !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM http://www.combatuniversitaire.wordpress.com/ – syndicat.scum@live.fr

L’Université de Montpellier refuse de laisser leurs chances aux master MEEF

La réforme des concours d’enseignement du premier et second degré, oblige la validation d’un M2 pour passer les concours l’année prochaine, quand le système actuel permettait de tenter sa chance en M1 et d’effectuer son année de titularisation à la place d’un M2.

Déjà fortement critiquée, cette réforme a surtout des conséquences concrètes sur les étudiants des master MEEF qui préparent les concours cette année. En effet, pour les étudiants de M1 qui ont passé le concours cette année, mais qui redoublerait leur master : pas de deuxième chance l’année prochaine. Il faudra retenter son M1, sans la possibilité de passer le concours.

La pénalité est triple. Un redoublement qui ajoute un an de scolarité supplémentaire à des études déjà longues et qui coûtent chères, surtout quand on connaît la forte précarité chez les étudiants. L’interdiction de repasser le concours que l’on a passé cette année, et donc la perte d’une année de travail accumulée. Enfin, le risque de faire face à de nouveaux sujets pour certains MEEF second degré (dont les questions au concours sont renouvelées tous les deux ans), et donc une perte complète de toutes les connaissances apprises pendant un an.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) proposait donc, à la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire) du 20 mai 2021, la motion suivante : que « le Master 1 soit validé pour tous les étudiants en Master 1 MEEF ».

Les arguments sont les suivants :

    • Le contexte sanitaire a rendu impossible le déroulement d’une année universitaire habituelle, qui justifierait une sélection « méritocratique ».
    • Les étudiants redoublants ne pourront pas repasser le concours l’année prochaine, et risque d’abandonner leurs études ou de devenir vacataire.
    • Le redoublement des étudiants risque d’engorger les effectifs des M1 de l’année prochaine, car aucun étudiant ne pourra quitter la formation avant la fin du M2. Cette augmentation des effectifs va limiter l’efficacité des enseignements et du bon déroulement de la formation, mais surtout, risque de reporter une forte sélection sur les étudiants de L3 et décourager de nombreux d’entre eux de s’inscrire en MEEF, de peur de ne pouvoir intégrer le master.

Le Président a refusé de la soumettre au vote ! Ce mépris des institutions démocratiques de l’université n’est pas nouveau : il inquiète pour l’avenir, et rappelle les risques qu’entraînerait le passage de l’Université de Montpellier en établissement expérimental.

Nous n’abandonnons pas, et invitons tous les étudiants de master MEEF qui craignent de ne pas valider leur année, à contacter le SCUM : nous avons déjà mené des actions efficaces afin d’aider les étudiants à valider leur diplôme l’année dernière, nous le referons tous ensemble. C’est collectivement que nous obtiendrons des victoires ! Lire la suite L’Université de Montpellier refuse de laisser leurs chances aux master MEEF

Le SCUM obtient de nouvelles avancées pédagogiques à l’université Paul Valéry

 Au vu des nombreux problèmes dont nous ont fait part plusieurs centaines d’étudiantes et d’étudiants concernant les enseignements et évaluations en distanciel lors du premier semestre et depuis le début du second semestre, les élus du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) ont proposé plusieurs mesures lors du Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’université Paul Valéry Montpellier 3 ce mardi 11 mai 2021.

Le débat sur la mise au vote de nos propositions a pris un temps anormalement élevé. Tout comme les autres élus étudiants, nous avons été surpris de devoir littéralement batailler pendant 40 minutes afin que notre droit à proposer des éléments au vote du conseil soit reconnu. En effet, la présidence n’était visiblement pas encore familière des règles régissant l’organisation des instances universitaires. Nous nous félicitons de l’adoption de deux de nos propositions, parmi les quatre proposées au vote par les élus du SCUM.

Des avancées pour les QCM : un nombre de questions par heure enfin cadré.

Dans la motion soumise au vote par les élus étudiants du SCUM, nous avons proposé que les QCM (Questionnaires A Choix Multiples) ne doivent pas avoir un ratio supérieur à 30 secondes par question. En effet, il s’agit ici de s’assurer que le travail est effectivement faisable, et que le temps imparti pour le réalisé soit suffisant pour la majorité des étudiants. Par exemple, un QCM avec 80 questions devra durer au minimum 40 minutes. Cette proposition a été votée à 16 voix Pour, 10 contre et 7 abstentions.

Une autre préconisation du SCUM adoptée à la quasi-unanimité (25 pour, 1 contre, 7 abstentions) concerne l’absence de possibilité de retour à la question précédente dans certains QCM. La proposition suivante du SCUM a été votée : « Lorsqu’ils interdisent le retour à la question précédente, les QCM doivent le mentionner sur chaque page. »

Si nous nous félicitons d’avoir obtenu ces avancées pédagogiques pour les étudiants, nous précisons ici qu’il s’agit de préconisations, dont nous regrettons l’absence de caractère contraignant pour les enseignants. De plus, deux autres propositions ont été refusées par le CEVU. Il s’agissait de notre proposition afin de limiter la surcharge de devoirs données par les enseignants : « Pour les enseignements traditionnels, hors TER et mémoires, la durée estimée de charge de travail personnel dans le cadre d’un enseignement ne doit pas excéder la durée totale de l’enseignement dispensé. ». Malheureusement, seules 7 personnes ont voté pour, et il y a eu 9 voix contre, 10 abstentions, et 4 « ne prend pas part au vote » (les élu.e.s de Solidaires Étudiant-e-s).

L’autre proposition refusée (12 pour, 13 contre, 6 abstentions et 2 « ne prend pas part au vote ») était l’obligation pour les enseignants de répondre dans un délai de 10 jours aux e-mails envoyés par les étudiants à leurs enseignants tout au long de l’année.

Fort de ces avancées, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier continuera à alerter contre la surcharge et l’inadaptation pédagogique, et à être force de propositions concrètes et d’action radicale afin de continuer à défendre les intérêts des étudiantes et étudiants.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr