Archives pour la catégorie Luttes

Après 5 jours de grève de la faim devant le rectorat, Mehdi a enfin trouvé un Master !

 Il aura fallu plus de cinq jours de grève de la faim pour que Mehdi soit admis en Master. C’est ce mardi 22 septembre aux alentours de 17h, et après une candidature spontanée auprès de la Faculté de Droit de Montpellier que la bonne nouvelle est arrivée.

Cette conclusion met en lumière l’imposture que constitue le droit à la poursuite d’études. Lors de la généralisation de la sélection à l’entrée en Master en 2017, nous avions pointé le caractère non-applicable de ce droit. En effet, les rectorats sont dans l’obligation de proposer des Masters aux étudiants qui font un recours sur « trouvermonmaster.gouv.fr ». Sauf que rien n’oblige les universités à répondre favorablement aux sollicitations des rectorats. Kafka lui-même n’aurait pas imaginé pire absurdité !

Le plus important, et nous nous en réjouissons, c’est que Mehdi va bien. Il a recommencé à s’hydrater et à s’alimenter.

Nous ne disons pas merci à Sophie Béjean. Au-delà de son rôle factice et de son impéritie crasse, nous constatons son absence totale d’humanité, son inutilité et l’inexistence de son influence. A aucun moment, alors que Mehdi avait cessé de s’alimenter et de s’hydrater, cette représentante locale du ministère a daigné descendre de sa tour d’ivoire. Aucun contact n’a été pris de sa part, même pour s’enquérir de sa santé.

Nous ne disons pas merci aux gouvernements successifs qui ont légalisé en 2017 une sélection auparavant illégale, et mise en place de façon opaque et élitiste par les directions d’universités.

La situation de Mehdi, dramatique ne doit pas nous faire oublier que cette sélection sociale implacable jette de nombreux étudiants en dehors de leur cursus universitaire. Cette situation nous en a exposé les conséquences : précarité exacerbée et désespoir.

Cette victoire démontre que c’est par le rapport de force, qu’il soit individuel ou collectif, que nous pouvons faire valoir notre droit à un avenir. Mehdi n’est pas un cas isolé. Pour preuve, nous avons déjà été contacté par plusieurs étudiants dans une situation similaire. Nous appelons donc tous les Mehdis à se mobiliser contre cette sélection sociale.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Après la grève de la faim, faut-il une grève de la soif pour assouvir une soif d’étudier ?

Après quatre jours de grève de la faim, Mehdi a enfin été reçu par Philippe Paillet, du Rectorat. Il avait cessé s’alimenter vendredi 18 septembre afin de faire respecter son droit à la poursuite d’études. Refusé en Master 1 par la Faculté de Droit de l’Université de Montpellier (UM) à l’issue d’une sélection opaque, Mehdi a activé le dispositif prévu par la loi dans sa situation : le Rectorat doit lui faire 3 propositions en adéquation avec son projet professionnel.

Il n’a été invité à la réunion de ce lundi 21 septembre qu’à la condition de ne pas être accompagné, ce qui allait à l’encontre de son souhait. Comment peut-on refuser à Mehdi le souhait d’être accompagné après 4 jours de grève de la faim ?

Durant cette réunion, aucune solution concrète n’a été formulée pour résoudre cette situation grave. Il a juste été évoqué la possibilité pour Mehdi de conserver son logement un mois de plus. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient : nous voyons dans cette proposition, au mieux une volonté de reporter le problème, au pire de s’en débarrasser en formulant une fausse promesse.

Aucune solution durable n’a été proposée, l’étudiant restant dans la même situation précaire. Pire, lors de cette réunion, à aucun moment n’a été évoquée la grève de la faim entamée par Mehdi il y a 4 jours. Le Rectorat n’a toujours pas pris la pleine mesure de la gravité de la situation. Il utilise des stratagèmes politiques et de communication afin de décrédibiliser et de minimiser l’action de Mehdi.

Dans un contexte de crise sanitaire et sociale inédite, et alors que le gouvernement annonce faire de la jeunesse sa priorité, sa représentation locale se borne à n’offrir aucune solution pérenne à cet étudiant.

Doit-on rappeler les conséquences d’une grève de la faim sur le corps humain ? Faut-il attendre de lourdes conséquences médicales pour qu’ils réagissent enfin ?

Ce lundi après-midi, lors du Conseil Académique de l’Université de Montpellier (UM), l’élue du SCUM est intervenue sur la situation, dans ce conseil qui vote les quotas de sélection. Les propos faussement compatissants de la direction n’ont pas réussi à masquer leur absence de volonté de résoudre le problème.

Ces réunions plus que décevantes n’altèrent en rien sa détermination. C’est pourquoi, dès mardi 22 septembre, Mehdi va durcir sa grève de la faim et y ajouter une grève de la soif. Il est inutile ici de rappeler le caractère vital de l’hydratation.

Nous appelons tous les étudiants subissant la même situation, et tous les étudiants touchés par cette injustice, à venir devant le Rectorat de Montpellier tous les jours à partir de 8h. Nous ne laisserons pas Mehdi seul !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Dans les médias :

#SOSMaster rassemblement de soutien à l’étudiant en grève de la faim lundi 21 septembre

En grève de la faim depuis vendredi 18 septembre pour faire appliquer son droit à la poursuite d’études, Mehdi, étudiant de la Faculté de Droit à besoin de notre soutien !

Au delà de la situation dramatique de Mehdi, le problème est aussi collectif.
Cette année, de nombreux étudiants refusés en Master n’ont eu aucune proposition du Rectorat, alors que c’est une obligation légale.

Nous donnons rendez-vous à tous les étudiants sans réponse du Rectorat, et à tous les gens touchés par la situation de Mehdi, à venir lundi 21 septembre à 8h devant le Rectorat de Montpellier (rue de l’université, tramway Louis Blanc).

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

Dans les médias :

Halte à la violence policière à Montpellier !

Halte à la violence policière à Montpellier !Dans un contexte ou des députés tentent de rendre illégal la diffusion d’images de violences policières, le hashtag #MoiAussiJaiPeurDevantLaPolice est en top tweet, et ou les Etats-Unis s’embrasent suite au meurtre insoutenable de George Floyd par des policiers de Minneapolis, le SCUM s’associe aux côtés d’une vingtaine d’associations à l’appel unitaire « Halte à la violence policière à Montpellier ! » Lire la suite Halte à la violence policière à Montpellier !

1er mai à Montpellier : action des étudiants en colère

A l’occasion de la journée internationale de lutte des travailleurs ce vendredi 01 mai, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a déployé des banderoles sur la place de la Comédie de Montpellier.  Aujourd’hui, la pandémie de coronavirus ne permettait pas les traditionnelles grandes manifestations dans les rues. Par notre action symbolique, nous avons rappelé que chaque année et partout dans le monde, le 1er mai souligne l’importance des mobilisations sociales contre les attaques des gouvernements et du capitalisme. L’histoire du 1er mai en fait un jour de mobilisation et de réaffirmation de la lutte des classes en tant que moteur de changements radicaux dans la société.

Nous avons hâte de retrouver les 1er mai joyeux et chamailleurs !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
membre du syndicat interprofessionnel CNT-Solidarité Ouvrière
www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr