Archives du mot-clé Dans les conseils centraux

Depuis avril 2014, le SCUM siège au Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CÉVU) de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3. Notre implantation a été confirmée lors des élections de mars 2016, et en janvier 2017, le SCUM est devenu le principal syndicat étudiant sur l’Université Paul Valéry, avec 5 élus affiliés en CÉVU.
Le SCUM est aussi présent au sein du conseil de l’UFR 1 avec 14 élus, et au conseil de l’UFR 5 avec un élu.
Vous pouvez retrouver ici une partie de notre activité liée à notre présence au sein de ce conseil central de l’université et des conseils d’UFR, ainsi que notre activité relative aux commissions dans lesquelles des représentants du SCUM siègent (FSDIE, CHSCT …etc).

« Cas de force majeure » : un petit déjeuner au Conseil d’Administration à Paul Valéry.

dsc_1143
Un « cas de force majeure ».

Aujourd’hui mardi 28 février à l’appel du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), c’était petit déjeuner offert dans la salle du Conseil d’Administration (CA). Devant le président de l’Université nous précisons notre intention. « La sélection à l’université remet en cause le droit à l’accès aux études en France. Nous demandons au Conseil d’Administration de Paul Valéry de reconnaître son incompétence sur ce dossier et de démissionner ». Devant cet événement qualifié de « cas de force majeure » : neuf étudiants munis d’un panier de fruits, de viennoiseries, de boissons et de serviettes en papier rouge disposés avec élégance sur la table, les élus du CA se retranchent dans un autre bâtiment. Portes verrouillés, rideaux tirés, un élu étudiant ne peut pas entrer. D’autres étudiants se placent devant les portes de la salle dans le vacarme. La CGT refuse de forcer un piquet de grève pour collaborer à ce CA grotesque. Sans débat, le vote sur la sélection est approuvé à l’unanimité des élus enseignants et personnels.

Au même moment devant une AG étudiante improvisée la motion demandant la démission du CA est adoptée. A l’issue du conseil, l’élu étudiant demande des explications sur son exclusion. S’ensuit un dialogue surréaliste avec un élu du personnel : « Il fallait toquer pour entrer », « Vu comme on a frappé sur la porte et les murs, vous ne nous avez pas entendu ? » « Ben si… » « Et alors ? ». A l’issue du vote la direction reconnaît son incompétence en invoquant le manque de moyens, mais refuse de démissionner. Peu après, Patrick Gilli, président de la fac de Lettres, accepte finalement, après s’être bunkérisé, des discussions d’après vote sans enjeu avec des étudiants inquiets pour leur avenir.

Pour la suite, rendez-vous mercredi 8 mars, 8h, devant l’université, pour taper fort contre la sélection.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

dsc_1142
Le président de la fac boude nos croissants

dsc_1145dsc_1140

 

 

 

 

 

 

c5vzz6pwaaaysasc5vl8ilwaaajsbb

Sélection en Master : la présidence de l’université Paul Valéry s’enferme dans sa tour d’ivoire !

c3k22nqwiaac2pqCe mardi 21 février, le Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CÉVU) de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 devait voter, sur proposition de la présidence, les modalités drastiques de sélection et les quotas d’accueil à l’entrée du Master 1 pour la rentrée 2017. En effet, les ambitions élitistes de la direction de l’université se sont trouvées confortées il y a quelques mois, lorsque le gouvernement a autorisé la pratique de la sélection en Master. Patrick Gilli, président de l’université, a sauté sur l’occasion et à immédiatement proposé une batterie de critères sélectifs tellement durs que certains virent à l’absurdité. Ainsi, dans plusieurs masters, on découvre que des critères sont rétroactifs, avec la prise en compte du parcours de la licence !

Le fait que le CÉVU, ce mardi matin, ait voté une vague motion, que nous avons signé, mais ne l’engageant absolument à rien, n’arrivera pas à masquer la surdité complète de la direction de l’université face aux revendications étudiantes. En effet, une trentaine d’étudiantes et d’étudiants, ayant décidé de s’inviter au sein de l’instance pour faire entendre leur voix, se sont retrouvés nez à nez avec les agents « sécurités incendie », utilisés par le président de l’université comme son service de sécurité personnelle. Ce point nous semble assez révélateur de la mentalité qui prévaut dans les hautes sphères de l’université. Désormais, on n’hésite plus à instrumentaliser le statut précaire de certains personnels pour leur faire accomplir une besogne qui ne figure pas dans leurs attributions. Aujourd’hui, les étudiants ont compris que le temps de la négociation est terminé, et qu’il est illusoire de tenter de nous faire croire en la bonne volonté de la direction et de ses alliés.

Rappelons-nous que c’est une intense mobilisation durant l’automne 2016, menée par le Syndicat de Combat Universitaire (SCUM), en faveur d’une vingtaine d’étudiants « sans-fac » dont l’inscription était refusée en Licence, qui a fait plier la direction de l’université jusqu’à la victoire.

Face à la sélection sociale opérée par la direction de l’université Paul Valéry, nous resterons combatifs et appelons à intensifier les actions et mobilisations suite aux Assemblées Générales qui se tiendront lundi 27 février à 17h et mardi 28 février à partir de 8h sur le parvis des amphithéâtres ABC.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.frhttp://www.combatuniversitaire.wordpress.com

Les critères de sélection en master prévus par l’université Paul Valéry

Mardi 21 février, le Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU), puis la semaine d’après le Conseil d’Administration de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 auront à se prononcer sur les critères de sélection en Master 1, décidés par la direction de l’université.

L’ouverture de la campagne de sélection débutera le 26 avril 2017 avec l’ouverture de la plateforme web « E-candidat » (pour les masters de psychologie, l’ouverture sera le 4 mai). Les dossiers seront disponibles jusqu’au 31 mai et la date butoir de retour des dossiers sera fixée au 06 juin 2017.

Retrouvez en cliquant ICI l’ensemble des critères de sélection prévus pour la rentrée 2017, par Masters.

selection

Et retrouvez ICI les critères généraux de sélection commun à tous les masters de l’université Paul Valéry.

Il est encore temps de se mobiliser, alors on se donne rendez-vous les mardi 21 et 28 février, à 8h sur le parvis des amphis ABC de l’université Paul Valéry, pour des Assemblées Générales et interventions collectives.

Élections à l’UFR 1 de l’université Paul Valéry : 14 nouveaux élus combatifs

selectionCe jeudi 2 février à l’université Paul Valéry – Montpellier 3, notre liste « Les indépendants : associatifs et combatifs » a remporté les élections des représentants étudiants au conseil de l’UFR 1 (lettres, arts, philosophie, psychanalyse). Étant la seule liste en lice, nous avons eu à cœur d’axer notre campagne contre la sélection en Master et contre les quotas d’accueil en première année de licence. Nos 25 candidates et candidats, pour qui c’était en majorité le premier engagement au sein de l’université, accueillaient en leur sein plusieurs militants issus du SCUM et de plusieurs associations, ainsi que des élus sortants issus des deux listes s’étant affrontées lors du précédent scrutin. Ils ont tous eu à cœur d’informer les étudiants de l’UFR 1 des conséquences néfastes de la sélection sociale déguisée que l’université va mettre en place.

Désormais, 14 élus étudiants combatifs siégeront au sein de ce conseil et relaieront les luttes étudiantes, afin de s’opposer à la sélection en licence comme en master, et de proposer des avancées en faveur des étudiants.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.frhttp://www.combatuniversitaire.wordpress.com

Sélection en Master : lettre d’un élu SCUM au conseil de l’UFR 5

Cette injonction à la spécialisation, à définir de plus en plus vite un projet professionnel, sous couvert de cohérence représente un danger.

bf2b2a0c4ad43d940f09da585fce6d0f_141J’y vois un parallèle avec la rationalisation de l’industrie. Avec la division du travail et, pour le dire rapidement, ses conséquences micro/macro sociétales.
Edgar Morin dénonce lui la voie prise dans les sciences en parlant de mutilation de la connaissance.
Où est la cohérence en créant de toute pièce des Master tenant lieu de voie de garage pour satisfaire aux quotas imposés aux autres diplômes ?
Je n’ai rien contre les garagistes mais tout le monde ne trouve pas sa vocation à la même vitesse.
J’ai lu dans la presse un argumentaire revenant à dire que ce sont les parents qui payent pour leurs glandeurs d’enfants. Explication facile qui, selon moi, écarte un peu trop vite d’autres éléments qui offriraient une meilleure compréhension des motivations et des craintes de la jeunesse.
Il y a de la volonté chez les étudiants. Combien travaillent à temps partiel ? Combien s’interrogent sur ce qui les attends ? Sur la possibilité de s’accomplir dans leur vie ?
Et je m’interroge sur l’opportunité à Paul Valery d’avoir un sociologue vice-président de l’université.
Il y a une différence de principe entre un idéal et une contrainte budgétaire doublée d’une volonté politique insidieuse.
Or l’université à un rôle à tenir, notamment dans une société mutilée, elle aussi.
L’université est décrite comme une sorte d’éponge à indécis.
La réponse institutionnelle à cette critique est précisément d’en constituer un argument positif.

My own two cents. Please, stick one’s nose in.

V. élu au conseil de l’UFR 5* de l’Université Paul Valéry, pour le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM).

* L’UFR 5 est composé des départements de sociologie, d’ethnologie, et de sciences sanitaires et sociales.

Frais d’inscription : une avancée sociale pour les plus précaires

Lors du Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CÉVU) du 17 janvier 2017, l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 a adopté le projet, initié par le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM, de charte régissant le fonctionnement de la commission d’exonération/remboursement des droits d’inscription.

Dans toutes les universités françaises, les étudiants non-boursiers disposent de la possibilité, à hauteur de 10% de leur effectif, de demander un remboursement de leurs frais d’inscription, sur critères sociaux. Auparavant, à l’université Paul Valéry – Montpellier 3, cette commission se réunissait et délibérait dans des conditions opaques, qui n’étaient cadrées par aucun texte réglementaire. Ce flou était notamment utilisé afin d’exclure volontairement les étudiants étrangers de la possibilité de se faire rembourser leurs frais d’inscription. Une pratique de « préférence nationale » que nous dénoncions vigoureusement.

A l’occasion de l’élection du nouveau vice-président du CÉVU de l’université Paul Valéry, Philippe Joron, le SCUM s’est attelé à la rédaction d’un texte réglementaire, conforme à la législation, afin de rendre plus démocratique, moins opaque et moins restrictive cette commission d’exonération des frais d’inscription.

Cette charte, proposée durant l’automne 2016 à la présidence de l’université par les élus SCUM et indépendants, a été soumise au vote du CÉVU de l’université par le vice-président de cette instance le 17 janvier 2017, dans une version légèrement modifiée en ce qui concerne les délais. Nous regrettons que la direction de l’université, et la totalité des élus enseignants, refuse toujours un allongement du délai de dépôt des dossiers. Ce dernier, fixé au 30 novembre, ne prend pas en compte le temps d’adaptation des nouveaux étudiants, en particulier les plus précaires, à la nouvelle vie universitaire. Les élus SCUM et indépendants, soutenus par la CGT et la totalité des élus étudiants, ont demandé sans succès que le délai soit fixé au 30 janvier, afin de permettre à davantage d’étudiants précaires de bénéficier du remboursement de leur inscription.

Ceci dit, nous nous félicitons d’avoir initié cette première avancée sociale que constitue l’adoption d’une telle charte pour les étudiants précaires non-boursiers. Désormais, les étudiants étrangers ne sont plus exclus des exonérations, et davantage d’étudiants précaires pourront en bénéficier. Force combative et de propositions, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier continuera à se battre afin d’obtenir d’autres avancées pour les étudiants.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.frhttp://www.combatuniversitaire.wordpress.com

charte-exo
Cliquez sur l’image pour lire la charte régissant le fonctionnement de la commission d’exonération

Elections au conseil de l’UFR 1 de l’Université Paul Valéry le 2 février

Cliquez sur l'image pour lire notre profession de foi
Cliquez sur l’image pour lire notre profession de foi

Jeudi 02 février 2017 se dérouleront les élections au conseil de l’UFR 1 (lettres, arts, philosophie, psychanalyse, musicologie…etc) de l’Université Paul Valéry . Votez pour la liste « Les indépendants : associatifs et combatifs » !

Le vote se déroulera jeudi 02 février, de 9h à 17h en salle H 108A. Pour voter, ta carte étudiante est indispensable. Si tu souhaites soutenir notre liste mais que tu ne peux te rendre à la fac le jour du vote, contacte-nous pour établir une procuration : syndicat.scum@live.fr

Apporte ton soutien à notre liste sur Facebook : https://www.facebook.com/events/1803069886614493/