Archives pour la catégorie Réflexions

Communauté d’Universités (COMUE) : « On va être les otages de leur incapacité à se mettre d’accord »

Ce lundi 24 juin s’est tenue une assemblée générale dans les locaux de la communauté d’universités (COMUE-LRU). Cette assemblée s’est déroulée en réaction à l’annonce des quatre présidents d’université de l’académie, en janvier dernier, de la dissolution de la COMUE.
La directrice administrative et le président le la COMUE-LRU, lors de l’Assemblée Générale du lundi 24 juin 2019
Depuis cette annonce il y a presque 6 mois, les présidents des deux universités Montpelliéraines et des universités de Nîmes et Perpignan, n’ont proposé aucun projet concernant la gestion des différents services et le pilotage de l’opération Campus. Pour rappel, l’opération Campus, c’est la rénovation des différentes universités et la construction en cours de plusieurs bâtiments emblématiques (dont le Village des Sciences et l’Atrium Learning Center, le tout pour un budget total d’un demi milliard d’euros).
Attaquée par l’iceberg que constitue les monstrueux égo des présidents des quatre universités locales, la COMUE coule. Son président Gilles Halbout, qui n’a pas voulu faire de vagues ces derniers mois, s’est finalement trouvé une bouée de sauvetage, et même une ile. Il a annoncé, en préambule de l’assemblée générale de ce lundi, sa nomination future en tant que vice-recteur de Mayotte. Espérons qu’il ne succombe pas à la folie des grandeurs qui a conduit son prédécesseur à une rocambolesque démission pour refus de piscine et yacht privé.
A Montpellier, la folie des grandeurs a déjà touché depuis longtemps Patrick Gilli et Philippe Augé. Le premier, qui s’est fait payer légalement une voiture de fonction dès son élection, fait même l’objet d’une enquête pour détournement de fonds publics, tandis que le second avance habilement ses pions pour engloutir toute la politique de site de l’enseignement supérieur local.

La semaine dernière, l’IGAENR (inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche) a confirmé la bonne gestion financière de la COMUE, mais aussi et surtout son dépeçage programmé, que nous avions détaillé en janvier.
Lors de cette assemblée générale, les personnels se sont émus de l’absence complète de transparence et de communication concernant leur devenir. Pour les présidents des universités Montpelliéraines, acquis à la #StartUpNation, les êtres humains ne sont que des variables d’ajustement. D’ailleurs,  leur absence s’est faite remarquer une fois de plus.

Une dégradation des services pour les étudiants ?

Les décisions des quatre présidents d’université de l’académie risquent d’entrainer une probable dégradation de la qualité des services pour les étudiants (centre de soins universitaires, rénovation de bâtiments dans le cadre de l’Opération Campus, accueil des étudiants étrangers, Pépite). Les personnels en charge de l’Opération Campus tirent la sonnette d’alarme. A cause de la mésentente entre les présidents d’université, certains projets en cours (rénovations, constructions) pourraient prendre du retard voire pourraient s’arrêter : « On va être les otages de leur incapacité à se mettre d’accord ».

Lors de cette assemblée générale, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a souligné l’importance d’une mobilisation collective pour que les personnels soient entendus, et que les étudiants ne paient pas, une fois de plus, les pots cassés des égos surdimensionnés des présidents des universités montpelliéraines. Dans ce moment difficile pour des personnels considérés comme des variables d’ajustement, et dans cette période d’incertitude sur le devenir des services dédiés aux étudiants, nous réaffirmons que seule la construction d’un véritable rapport de force permettra d’inverser cette marche forcée vers la fusion des universités montpelliéraines.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
Organisation étudiante représentative siégeant au CA de la COMUE-LR
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com 

Contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur

Université de Bordeaux, 8 mars 2019Aujourd’hui, le SCUM est co-signataire aux cotés de 16 organisations féministes d’une tribune nationale sur Médiapart qui dénonce, entre autres, les agissements de la Mission Égalité de l’UPVM3.

 » Les étudiant-e-s de l’université Paul Valéry à Montpellier connaissent la même politique d’omerta. En effet, suite à des plaintes pour harcèlement sexuel, la Mission Egalité de l’université parlait d’ « instrumentalisation » et déclarait publiquement : « Il faut que les victimes sachent à quoi elles vont s’exposer. Nous vérifions leurs preuves, car c’est là tout le problème. Nous pouvons faire appel aussi à un médiateur académique, pour plus de neutralité ». « 

Inscriptions, logement, alimentation : « Un accroissement de la sélection sociale » dans tous les domaines.

La radio locale Divergence FM (93.9) a invité deux porte-paroles du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), dans l’émission « Balance la sauce » diffusée le 26 février 2019. Interviewés par Lucie Lecherbonnier en présence de deux autres étudiants élus au CROUS, nos deux représentants, élus en CEVU de l’université Paul Valéry Montpellier 3 et en Conseil d’Administration de la Communauté d’Universités (COMUE-LR) ont fait le point sur divers aspects de la vie étudiante montpelliéraine comme la hausse des frais d’inscription, Parcoursup, le logement et l’alimentation.

Retrouvez-ici la transcription complète de cet entretien radiophonique. Lire la suite Inscriptions, logement, alimentation : « Un accroissement de la sélection sociale » dans tous les domaines.

Suppression de la COMUE-LR : le bon, la brute et le truand

État des lieux de la nouvelle actualité des présidents d’universités montpelliérains

Il est bien connu qu’en période de galette des rois, chacun veut sa part de gâteau. Et le monde universitaire régional ne déroge semble t’il pas à la règle. Dans un communiqué sorti le 4 janvier 2019, les présidents des universités de Perpignan (UPVD), Montpellier (UM), Paul Valéry (UPVM3) et Nîmes (Unîmes) annoncent leur volonté de mettre fin à la Communauté d’Universités Languedoc-Roussillon (COMUE-LR). Lire la suite Suppression de la COMUE-LR : le bon, la brute et le truand