Archives du mot-clé Médias

Les interventions du syndicat dans les médias (journaux, radios, tv)

Sélection en Master : « 80% des étudiants sur le carreau dans certaines filières »

Ce jeudi 5 janvier 2017, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) était invité en direct sur le plateau TV de France 3 Languedoc afin de parler des conséquences de la légalisation de la sélection en Master 1. L’occasion de rappeler quelques unes des raisons de notre opposition à cette réforme, et d’appeler à de futures mobilisations afin de la mettre en échec.

Retrouvez ici nos communiqués et actions relatifs à notre lutte contre la sélection : https://combatuniversitaire.wordpress.com/tag/selection/

« Un syndicat mobilisé contre la sélection »

En attendant le verdict du Tribunal Administratif de Montpellier, concernant un cas de sélection en première année de Licence à Paul Valéry, ou le SCUM défendait l’étudiant en question, plusieurs médias locaux sont revenus sur notre combat contre la sélection universitaire en Licence comme en Master.

journal "Midi Libre" du mardi 6 décembre
journal « Midi Libre » du mardi 6 décembre
Gazette de Montpellier du 8 décembre 2016
Gazette de Montpellier du 8 décembre 2016

Quotas d’accueil : l’Université Paul Valéry s’engage toujours plus loin dans la sélection sociale

rassemblement-15nov16-1 Ce mardi 15 novembre, la direction de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 a fait adopter en CÉVU (Conseil des Études et de la Vie Universitaire) des quotas d’accueil dans 11 filières. Contrairement à ce que la direction avait avancé lors de la mise en place des premiers quotas en 2013, l’université baisse les effectifs dans nombre de filières dès la première année de licence. Cinéma et psychologie sont les plus impactées, avec 50 places supprimées. Des quotas d’accueil font aussi leur apparition en AES à Béziers, contre l’avis des enseignants responsables du cursus, ainsi qu’en sciences sociales. Alors que les 15 élus étudiants, dont les élus SCUM et indépendants, ont voté contre ce renforcement de la sélection, les 19 enseignants et personnels présents ont voté pour ces quotas.

A l’initiative du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), un rassemblement s’est tenu en fin de matinée, soutenu par le syndicat CGT des personnels et enseignants. Les étudiants et personnels présents demandaient la fin des mesures de sélection appliquées en licence, ainsi que la non application des récentes directives gouvernementales restreignant l’accès au master. Concernant ce second point, le président de l’université, Patrick Gilli, a confirmé que la sélection en master sera votée lors du prochain CEVU en décembre.

rassemblement-15nov16-2L’Université Paul Valéry – Montpellier 3 s’était déjà illustrée cet été en fixant discrètement des quotas d’accueil sur le logiciel d’inscription « Admission Post-Bac », allant même jusqu’à fermer le logiciel pour les étudiants en réinscription. Ainsi, après avoir délibérément et arbitrairement mis en place des quotas d’accueil en première année de licence, de façon légale comme illégale, l’Université Paul Valéry confirme sa volonté d’aller toujours plus loin en matière de sélection sociale.

rassemblement-15nov16-3
Interview TV du porte-parole du SCUM

Nous rappelons que l’université conditionne l’accès à l’obtention de diplômes, mais aussi à une protection sociale et à des bourses. Ainsi, la mise en place et la pérennisation de quotas d’accueil à l’Université Paul Valéry, en plus d’enfreindre le droit à l’accès à l’établissement supérieur de son choix, revient à volontairement maintenir des jeunes dans une situation de précarité, sans aucune chance de s’en sortir via l’obtention d’un diplôme.

Ce n’est pas aux étudiants, en particulier aux plus précaires, de payer les pots cassés des ambitions élitistes d’une direction d’université coupée de la réalité. La mobilisation contre la sélection ne fait que commencer.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.comsyndicat.scum@live.fr

 

Étudiants refusés par l’université Paul Valéry : le combat continue !

dsc_0621
Déambulation à travers l’université

Depuis plusieurs semaines à l’Université Paul Valéry, les étudiants interdits d’inscription multiplient les procédures et les actions afin de faire valoir leur droit à l’inscription. Ce mardi 27 septembre, alors qu’un Conseil d’Administration se tenait, et ou des élus étudiants devaient déposer une motion demandant leur inscription, les étudiants « sans fac » se sont rassemblés devant le bâtiment. Le Syndicat de Combat Universitaire (SCUM) ainsi qu’une trentaine d’étudiants ont mené un cortège festif et ont déambulé dans les amphithéâtres afin de manifester leur colère face à ces refus répétés. Les sans fac ont expliqué leur problème sous les applaudissements des amphithéâtres.

dsc_0622
Déambulation à travers l’université

La semaine dernière, le vice-président du Conseil des Études et la Vie Universitaire (CEVU), Philippe Joron avait assuré devant les caméras de France 3 que la douzaine de dossiers déposés par le SCUM serait acceptée. Pourtant aujourd’hui, une fois encore, la motion a été rejetée par la majorité du Conseil d’Administration après sa lecture. Les élus enseignants (Snesup-FSU, CFDT, FO) s’opposent à l’inscription des étudiants et étudiantes, alors que la CGT et les organisations étudiantes ont soutenu les sans fac. Encore une fois, le président de l’université, Patrick Gilli, s’est illustré par ses propos. Alors que la semaine dernière il prétendait, à tort, que le logiciel d’inscription « Admission Post Bac » avait été fermé le 9 septembre, le voilà qui raconte désormais que les étudiants refusés par son administration depuis le mois de juillet auraient fait leur demande d’inscription hors délai.

dsc_0623
Les sans fac interviennent dans les amphithéâtres

La question n’est pas de savoir si le président de l’université a menti encore une fois délibérément, ou si sa méconnaissance des dossiers et de la procédure d’inscription va au delà de ce que l’on pouvait imaginer. Toutefois, nous avons aussi constaté, lors des dépôts de dossiers, que plusieurs étudiants refusés par la direction se voient reprocher leur pugnacité à se faire inscrire et la médiatisation de leur combat. Serait-ce là une manœuvre visant à démobiliser les sans fac ? Dans tous les cas, pendant que certains semblent très occupés à diffuser des rumeurs, pensant porter atteinte au moral des étudiants concernés, ces derniers payent le prix fort de la sélection illégale opérée par l’université Paul Valéry – Montpellier 3 : privés d’inscription, ils sont aussi privés d’accès aux bourses étudiantes auxquelles ils ont droit, et sont de ce fait plongés dans une précarité de plus en plus préoccupante.

Aux côtés des étudiantes et étudiants sans fac, nous continuerons à nous mobiliser. Nous n’excluons pas de mener des procédures juridiques aux côtés des avocats que nous avons contacté, et nous continuerons à maintenir et augmenter la pression afin d’obtenir l’inscription pour tous et toutes, sans exception.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

Les vidéos de la mobilisation d’aujourd’hui, sur notre nouvelle chaine youtube :

La mobilisation de mardi vue par les médias :

 

Le conseil central de l’Université Paul Valéry occupé par les sans fac : la mobilisation ne fait que commencer !

14390903_1081987058554465_6338651761637399408_nCe mardi 20 septembre, une quinzaine d’étudiants privés d’inscription, ont envahi la séance mensuelle du Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CÉVU) de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3. Cette action, avec pancartes, banderole et mégaphone, visait à soutenir une motion déposée lors de ce conseil, qui devait être soumise au vote et permettre l’inscription immédiate de ces « sans-fac ».

En effet, au cours de la rentrée 2016, de nombreux étudiants se sont vus refuser leur inscription en première année de Licence comme en Master au sein de l’Université Paul Valéry. Ces étudiants ont entamé de nombreuses démarches depuis mi-août, restées sans réponse. Mardi 13 septembre, un rendez-vous avait été pris par le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) auprès du vice-président du CÉVU, monsieur Philippe Joron, afin de déposer leurs dossiers et obtenir une inscription pour ces étudiants. A notre demande d’inscription collective, il nous a été répondu que seul un traitement au cas par cas serait effectué. Or ce traitement au cas par cas prive de nombreux étudiants de leur droit à l’inscription dans l’établissement universitaire de leur choix.

14434834_10210800643358653_3047209971924539153_oPlusieurs propositions constructives ont été avancées par notre syndicat, toutes restées sans réponse, à savoir, la mise en place de Dispenses d’Assiduité (DA) exceptionnelles pour les étudiants souhaitant s’inscrire dans les filières à capacité d’accueil afin de ne pas surcharger les cours qui le seraient déjà, la prise en charge par le syndicat des dossiers d’inscription, afin d’alléger la charge des agents administratifs, et la proposition, par chaque étudiant concerné, de deux vœux d’orientation différent, afin d’éviter la surcharge d’effectifs dans certaines filières.

Ce mardi 20 septembre, alors que le président de l’université, Patrick Gilli a pris instantanément la fuite par une porte dérobée, les étudiants privés d’inscription étaient déterminés pour demander des comptes concernant leurs nombreuses démarches restées sans réponse, et surtout faire la lumière sur le fonctionnement opaque de la procédure d’inscription. A leur demande présente, ils n’ont eu comme réponse que le mépris et la malhonnêteté, dans une ambiance tendue ou l’ancienne vice-présidente du CÉVU, Laure Echalier menaçait les syndicalistes d’un passage en commission disciplinaire. L’actuel vice-président de cette instance, Philippe Joron, élu sur la promesse d’une gestion plus transparente, s’est contenté de botter en touche en affirmant que des « dispositifs avaient été mis en place », tandis que le président Gilli, revenu de sa brusque fuite, affirmait de façon assurée que la procédure informatique d’inscription, « Admission Post-Bac », avait été close le 9 septembre. Or, étudiants et administratifs ont remarqué que cette procédure avait été fermée quasiment deux mois plus tôt, en plein mois de juillet. S’agit-il d’un mensonge éhonté ou d’une méconnaissance surprenante du dossier ?

En tout cas, l’honnêteté ne semble plus être une valeur en vogue au sein de la direction de l’université. En effet, si les sans-fac et leur soutiens ont mis fin à l’occupation du CEVU au bout d’une vingtaine de minutes, c’est en échange de la promesse que la motion visant à les inscrire serait étudiée de façon approfondie. Or, il n’en a rien été puisque la motion, qui devait être soumise au vote, a finalement été retirée de l’ordre du jour, ce qui constitue une violation flagrante de la loi en la matière. Par contre la direction de l’université à jugé bon de retirer le SCUM de la commission de la vie étudiante, l’instance chargée de la domiciliation des associations et de la validation de leurs rapports moraux et financiers. S’agirait-il là d’une façon, pour la présidence, de réduire au silence le « dialogue social », qu’elle prône si souvent ?

Malgré les promesses non-tenues, les mensonges et les menaces, nous continuerons à soutenir les sans-fac dans leur lutte pour leur inscription au sein de l’Université Paul Valéry. Plus largement, nous continuerons à nous battre contre la sélection illégale pratiquée par la direction de l’université, en convergence avec les luttes plus globales contre la précarité.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

14355802_1370316072986483_2869018083559268911_nA lire aussi :

Master Relations Publiques à Béziers : « Restons mobilisés »

midilibre-19sept2016Suite à la mobilisation victorieuse des étudiants, soutenus par les syndicats et associations étudiantes (SCUM, CGT, UNEF, CLE), nous apprenions le 24 juillet que le Master »Relations Publiques » serait maintenu sur l’antenne universitaire Du Guesclin à Béziers. Le journal Midi Libre de ce lundi 19 septembre détaille les conditions de cette rentrée pour les étudiants de ce master, et relaie les inquiétudes du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) concernant la pérennisation de cette formation. En effet, nous continuons à rester mobilisés pour obtenir le retour intégral de la formation master sur le site de Béziers.

Refus d’inscription à l’Université Paul Valéry : « Il faut que chacun soit inscrit dans la filière de son choix »

14191996_1073070689446102_6687445049062677994_nDepuis le mois de juillet, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) recense les étudiants qui se sont vu refuser l’inscription à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3. Jeudi 8 septembre, nous avons organisé une réunion, relayée par le journal Midi Libre (cliquez sur l’image pour lire l’article) et par le journal La Marseillaise (lire l’article ICI) avec une douzaine de ces « sans fac », afin de s’organiser collectivement contre ces refus d’inscription. Un rendez-vous à été pris avec la direction de l’université la semaine prochaine. Si vous aussi vous avez un problème d’inscription, n’hésitez pas à nous contacter : syndicat.scum@live.fr