Archives du mot-clé Faculté des Sciences

Faculté des Sciences de l’Université de Montpellier (UM).
La Faculté des Sciences se situe sur le campus Triolet, ou se trouvent aussi l’IAE et Polytech.

L’élue CFVU du SCUM est élue dans le secteur « Sciences et Techniques ».

La page facebook du SCUM de la Faculté des Sciences (ex-UM2) : https://www.facebook.com/scum.um2/

Les inscriptions administratives ont ouvert à la Faculté des Sciences de Montpellier

Pour les licences et master 2 les inscriptions administratives ferment le 22 juillet mais réouvriront le 31 août avant la fermeture définitive le 23 septembre.

Pour les master 1 UM les inscriptions administratives ferment le 22 juillet mais réouvriront le 22 août avant la fermeture définitive le 23 septembre.

Pour les Master 1 hors UM les inscriptions administratives ferment le 18 juillet mais réouvriront le 22 août avant la fermeture définitive le 26 août

Ou s’inscrire ?

En cas de première Inscription à la Faculté des Sciences, ou l’Université de Montpellier, l’inscription se fait sur IA PRIMO (cliquez ICI pour y accéder)

En cas de réinscription à la Faculté des Sciences ou l’Université de Montpellier, l’inscription se fait sur l’ENT dans la rubrique « Réinscription »

N’hésite pas à contacter le SCUM pour toute question à syndicat.scum@live.fr ou sur notre formulaire de contact.

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait » : notre liste Salade tomates oignons continue à progresser à l’Université de Montpellier.

Les 23 et 24 novembre 2021, les étudiantes et étudiants de l’Université de Montpellier (UM) étaient appelés à élire leurs représentants au sein des instances de l’université.

Ce vote, le deuxième en moins d’un an, a été convoqué par le président de l’université Philippe Augé suite à sa décision de transformer l’UM en Établissement Public Expérimental. Cette modification statutaire avait fait l’objet d’une analyse critique par le SCUM, suite à une négociation avec la présidence. Désormais appliqués, les nouveaux statuts offrent un siège au Conseil d’Administration pour la Banque Populaire, et un siège de moins pour les étudiantes et étudiants.

Aux côtés de l’Association des Étudiants en Master et Doctorat de Montpellier, du BDE « la MEEF » (faculté d’éducation) et de l’Association Montpelliéraine des Étudiants en Santé (très engagée en faveur de la gratuité des polycopiés), le SCUM a construit la liste « Salade tomates oignons, pour une fac à la carte ! ». S’appuyant sur une démarche participative, cette liste portait le projet d’une université qui doit enfin s’adapter aux étudiantes et étudiants : refus de la sélection, présentiel/distanciel au choix, épicerie gratuite, « règle du max » pour les examens, gratuité des polycopiés en santé….etc.

Du côté des autres listes, peu de changement, mis à par le retrait de la liste « Solidaires Étudiant-e-s » suite à sa défaite lors des précédentes élections. La liste « Salade tomates oignons, pour une fac à la carte » faisait donc face aux listes, devenues plus agressives, des « Zélus » (regroupant des BDE et corpos proches de la présidence) et de l’UNI (organisme national de droite conservatrice).

C’est dans ce contexte que nous remportons 714 voix à l’échelle de l’Université de Montpellier, nous plaçant encore une fois comme la deuxième force étudiante avec un score en légère augmentation à 16,55 %. Nous conservons ainsi notre élu en Conseil d’Administration (CA) ainsi que celui en CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire) dans le secteur Sciences, ou nous passons de 20 % à 25% des voix. Dans le secteur Droit et Économie de la CFVU, nous remportons un nouveau siège face aux autres listes, portant ainsi notre nombre total de sièges de 2 à 3 sur toute l’université.

Ces résultats positifs témoignent du nombre croissant d’étudiantes et d’étudiants soutenant le syndicalisme étudiant combatif sur l’Université de Montpellier. Cependant, la mise en œuvre des projets portés par notre liste, tout comme la défense des intérêts des étudiantes et étudiants, notamment les plus précaires, ne pourra se faire que par l’implication de chacune et chacun et par des mobilisations fortes et déterminées !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr Lire la suite « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait » : notre liste Salade tomates oignons continue à progresser à l’Université de Montpellier.

Élections étudiantes les 23 et 24 novembre : je vote Salade tomates oignons, pour une fac à la carte !

Les élections des étudiantes et étudiants de l’Université de Montpellier ont lieu du mardi 23 novembre à 9h au mercredi 24 novembre à 18h, à partir de n’importe quel outil connecté (ordi, tablette, téléphone) en cliquant sur le lien sécurisé :  umontpellier.legavote.fr . Ton identifiant de connexion et ton code te sont envoyés sur ton  adresse e-mail universitaire.

Nous présentons, avec l’Association des Étudiants en Master et Doctorat de Montpellier, la MEEF – BDE Faculté d’Éducation et l’Association Montpelliéraine des Étudiants en Santé la liste Salade Tomates Oignons, pour une fac à la carte ! en Conseil d’Administration et dans tous les secteurs de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire) : secteurs Droit-économie, Santé, Sciences-Techniques et Faculté d’Éducation.

 
 

En attendant, fais-nous part de tes propositions sur notre plateforme participative :

TELECHARGEZ ICI NOTRE PROGRAMME :

Faites-vous rembourser vos frais d’inscription ! dépôt collectif des dossiers

Tu es étudiant non-boursier à l’Université Paul-Valéry ou à l’Université de Montpellier et dans une situation précaire ?

Comme les années précédentes, nous aidons les étudiants non-boursiers à constituer des dossiers de demandes de remboursement de frais d’inscription auprès de la commission d’exonération des frais d’inscription, formée grâce à l’action des élus étudiants du SCUM  sur l’université Paul-Valéry, et auprès de la commission d’exonération de l’Université de Montpellier (UM).

Tu étudie à l’Université Paul-Valéry ?

A l’Université Paul-Valéry – Montpellier 3, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) organise un dépôt collectif des dossiers de demande de remboursement des frais d’inscription, afin d’optimiser les chances de succès, et aussi de montrer à la direction de l’université que la précarité est un problème collectif, et non individuel.

On vous donne rendez-vous, pour faire vos dossiers, TOUS LES MERCREDIS en présentiel entre 18h00 et 19h00 à l’Université Paul-Valéry, jusqu’au 24 novembre inclus.

Pour les étudiants non-boursiers, possibilité de déposer son dossier directement en ligne en se connectant à son compte Google : https://forms.gle/YdT4gpiEMDWb1pQY7

La liste des documents à amener pour faire ton dossier :

  • Ton dernier avis d’imposition (ou celui de tes parents)
  • Courrier expliquant ta situation et pourquoi tu demandes un remboursement
  • Ta carte étudiante ou ton certificat de scolarité
  • Toutes pièces justificatives permettant de montrer ta situation financière difficile (3 derniers relevés bancaires, quittance de loyer, factures …etc)
  • Ton RIB (Relevé d’Identité Bancaire)
  • Si tu es en situation de handicap, un justificatif de reconnaissance de handicap
  • Si tu es réfugié, un justificatif de situation.
Pour les boursiers qui ont payé des frais d’inscription, le remboursement se fait en suivant la procédure suivante : https://www.univ-montp3.fr/fr/node/85767

Tu étudie à l’Université de Montpellier ?

A l’Université de Montpellier, il faut télécharger le dossier ICI. Puis le donner en main propre au secrétariat de ta Faculté/UFR.
ATTENTION, IL FAUT LE FAIRE AVANT LE 29 OCTOBRE !

Retrouves nous sur l’évènement facebook : https://www.facebook.com/events/300137238587554/

Nous contacter : syndicat.scum@live.fr

On vous invite à (re)voir le reportage de France 3 Languedoc-Roussillon sur le dépôt collectif du mardi 3 octobre 2017 :

Face au mépris et à la précarité, premières victoires pour les étudiants sans-Master de Montpellier. La lutte pour l’inscription de toutes et tous continue !

Rassemblement devant le rectorat le lundi 13 septembre

A la suite de la réunion des étudiantes et étudiants sans affectation en Master du vendredi 10 septembre par le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), il avait été décidé d’organiser un rassemblement devant le Rectorat de Montpellier, qui s’est muée ensuite en un blocage du bâtiment pendant quelques heures. Cette première action a permis d’obtenir un rendez-vous auprès du Rectorat dès le lendemain. Lors de cette réunion avec Philippe Paillet (secrétaire général adjoint de la région académique) et Aline Teissier (responsable enseignement supérieur), le problème a été exposé de façon claire et simple : des centaines d’étudiants se retrouvent sans affectation en Master alors qu’ils ont obtenu leur Licence. A ce problème, le Rectorat n’a pu apporter que la réponse impuissante d’une bureaucratie dépourvue de pouvoir : depuis 2017, ce sont les universités qui décident d’inscrire ou de ne pas inscrire les étudiantes et étudiants, et le Rectorat ne peut qu’organiser des réunions avec les universités, dans le cadre de la plateforme de recours « Trouver Mon Master », afin d’essayer de convaincre les universités de prendre davantage d’étudiantes et d’étudiants.

Des étudiants inscrits suite à la mobilisation, mais les autres face à l’hypocrisie de certains enseignants.

Au final, comme ce sont les enseignants directeurs de Master et les présidences d’université qui disposent du pouvoir d’inscrire les étudiantes et étudiants, les étudiants sans-Master soutenus par le SCUM ont décidé de demander leur inscription directement auprès de ceux-ci. Si à la Faculté des Sciences de l’Université de Montpellier, la direction de l’établissement s’est engagée à proposer au moins une inscription en Master aux étudiants initialement refusés, il en a été différemment à l’université Paul Valéry Montpellier 3. Dans cette université, les étudiantes et étudiants sans master se retrouvent confrontés au mépris de certains enseignants, avec l’imposture politique en supplément. A titre d’exemple, la directrice du Master Cinéma et autrice d’un article scientifique intitulé « Genres vs auteurs : lutte des classes et choix stratégiques en études cinématographiques » (Chloé Delaporte), et qui n’hésite pas à affirmer à un étudiant précaire sans Master : « oui, j’ai la possibilité de t’accepter, mais je n’ai pas envie de le faire ». Si elle parle autant de lutte des classes, c’est probablement parce que cette enseignante a désormais fait le « choix stratégique » d’être du côté des dominants. Et elle l’assume de façon honnête et odieuse, poussant même l’indécence jusqu’à carrément tenter de se faire passer pour la victime de la sélection qu’elle met elle-même en place ! Quand le vernis progressiste de prestigieuses publications se craquelle, c’est finalement le Darwinisme social le plus exacerbé que l’on retrouve. Notons cependant que plusieurs enseignants ont répondu favorablement aux démarches du SCUM et des étudiants sans-Master, ce qui accentue le contraste avec la mauvaise foi de leurs collègues.

 Lundi 20 septembre, la mobilisation a pris un tour nouveau avec une action symbolique qui a porté ses fruits. Il s’agissait de s’adresser directement aux directeurs de Master, par pancartes accrochées au milieu du campus de l’université Paul Valéry Montpellier 3. Quelques heures après, les étudiants sans-Master et les élus étudiants du SCUM ont été conviés à une réunion avec la présidence de l’université. Au terme d’une longue discussion, la présidente Anne Fraïsse, et ses deux vice-présidents Franck Salaün et Patrice Séébold ont accepté de réétudier tous les dossiers. S’il s’agit ici d’une première avancée, rien ne garantit que les étudiantes et étudiants sans Master se verront proposer une inscription. L’université Paul Valéry se drape dans un discours fermé : ils se contentent de demander plus de moyens auprès du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Dans un contexte ou le gouvernement, comme les précédents, semble avant tout préoccupé par le financement de crédits d’impôts pour les plus riches, une question se pose : En attendant un hypothétique et improbable réengagement de l’Etat dans les universités, que fait-on ? Il s’agit ici d’un choix politique et pédagogique, et non une simple question de moyens. L’élitisme et la sélection sociale ne peuvent être la réponse automatique d’un système à bout de souffle.

54% de refus en Master : les chiffres de la sélection à Paul Valéry.

L’ampleur de cette sélection sociale fait froid dans le dos. A l’université Paul Valéry Montpellier 3, les élus étudiants du SCUM ont obtenu des chiffres précis lors du Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire du 14 septembre. Pour l’année universitaire 2021-2022, seules 2926 candidatures ont été acceptées, sur 6399 demandes. Plus d’un étudiant sur deux se retrouve ici mis de côté. Pire, presque la moitié des étudiantes et étudiants ayant obtenu leur Licence à l’université Paul Valéry se retrouvent éjectés de leur propre université : ils ne sont que 1604 à être acceptés, sur 3156 candidatures.

« Nous ne sommes pas des numéros » : une mobilisation pour l’inscription et pour la dignité.

Nous rappelons que les étudiantes et étudiants sans Masters ne sont pas juste des numéros de dossiers, que l’on peut effacer d’un clic de souris d’ordinateur. Ces étudiantes et étudiants, titulaires d’une Licence, aspirent à un avenir et à un diplôme dans une société ou le travail ultra-précaire tend à devenir la règle sur le marché du travail. Nous constatons que la plupart de ces étudiants refusés par des enseignants de l’université Paul Valéry sont précaires, et que beaucoup sont étrangers. Leur refuser l’accès à l’université, c’est non seulement les condamner à la précarité à vie, mais pour certains c’est aussi les exposer à un non-renouvellement de leur titre de séjour.

Aux côtés des étudiantes et étudiants sans affectation en Master, nous réaffirmons notre engagement sans faille pour que chacun ait le droit à un avenir, et nous appelons à accentuer la mobilisation pour l’inscription de toutes et tous. Pour celà, un rassemblement se tiendra mercredi 22 septembre à 14h, devant la présidence (bâtiment L) de l’Université Paul Valéry Montpellier 3.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr


Notre mobilisation dans les médias :