Archives du mot-clé Examens

Retrouve ici tes droits pendant les examens, et l’actualité liée aux évaluations et rattrapages.

A l’université Paul Valéry, le nouveau calendrier universitaire sera revoté suite à l’occupation de la présidence !

Ce n’est pas un Poisson d’avril. Ce jeudi 1er avril, la présidence de l’université Paul Valéry Montpellier 3 a été occupée toute la journée par des étudiantes et étudiants, ainsi que par la vice-présidente étudiante, soutenus par le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM).

Cette action conviviale et revendicative, visait à déclencher un dialogue et a faire entendre, pour une fois, l’avis des étudiantes et étudiants sur les conditions d’études et d’examens.

En effet, le nouveau calendrier universitaire prévu pour l’année 2021-2022 transforme les vacances de Noël et du second semestre en révision, et place les secondes évaluations du premier semestre en plein milieu du second semestre, en mars. Ce calendrier a suscité un rejet massif des étudiantes et étudiants de l’université, puisque le principe de la semaine de révision se retrouvait supprimée, et que les vacances étaient fortement réduites et impactés. En effet, les vacances servent à beaucoup de précaires pour pouvoir financer leurs études.

Un autre sujet important était la question des examens de ce second semestre, avancés de façon surprise de 3 semaines, et décidés en tout présentiel. Cependant, grâce à l’action du SCUM, et à la pétition signée par 9000 étudiantes et étudiants, les secondes évaluations seront en distanciel.

Des avancées pour les étudiantes et étudiants.

Ce jeudi 1er avril, l’occupation de la présidence de l’université a débouché sur l’ouverture d’un dialogue avec la présidente Anne Fraisse, ainsi que les vice-présidents du CÉVU (Conseil des Études et de la Vie Universitaire) et du Conseil d’Administration.

Nous avons levé notre occupation du siège de la présidence en obtenant la suspension du calendrier universitaire prévu pour l’année 2021-2022. Un nouveau calendrier sera voté, parmi plusieurs propositions, lors du prochain Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CÉVU) d’avril. Ces nouvelles propositions se fondent sur le maintien de la seconde évaluation du premier semestre en janvier, et non en mars comme décidé auparavant.

Concernant les examens universitaires de ce semestre, en plus des secondes évaluations en distanciel, il nous a été annoncé que les deux tiers des examens de la première évaluation seront aussi en distanciel.

Si nous nous félicitons de ces premières avancées, nous restons attentifs à la suite qui y sera effectivement donnée. Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) continuera toujours à se mobiliser, de façon concrète et efficace afin de faire entendre les intérêts des étudiantes et étudiants.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Notre occupation dans les médias :

Le calendrier universitaire voté lors du CEVU du 13 avril 2021 : https://combatuniversitaire.files.wordpress.com/2021/04/calendrier13avrilcarre.jpg

Examens universitaires à l’université Paul Valéry : un changement de dates et une première avancée.

A l’université Paul Valéry Montpellier 3, la présidence avait affiché dès janvier sa volonté de faire passer l’ensemble des examens du second semestre en présentiel. Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) s’est mobilisé lors de la manifestation du 16 mars puis le lundi 22 mars et a lancé une pétition signée par plus de 9000 étudiants, pour que les examens terminaux du second semestre de l’année universitaire 2020-2021 aient lieu en distanciel, pour tous les enseignements qui se sont tenus en distanciel ce semestre.
 En effet, la tenue d’examens en présentiel posait plusieurs questions insurmontables, pour les étudiantes et étudiants dans l’impossibilité de revenir sur Montpellier, notamment celles et ceux partis à l’étranger ou en outre-mer. Les plus précaires qui avaient dû rendre leur logement étudiant faute de ressources financières suffisantes, auraient dû engager des dépenses qu’ils ne peuvent pas se permettre afin de revenir et de se reloger sur Montpellier. Evidemment, nous avions aussi soulevé la question du risque sanitaire que faisait planer l’entassement de 21 000 étudiantes et étudiants sur le campus pendant deux semaines.

Toutes les secondes évaluations seront en distanciel, suite à la proposition du SCUM

Lundi 15 mars, nous appuyant sur notre pétition, nous avons fait une nouvelle proposition à la présidence de l’université à mi-chemin entre le tout présentiel voulu par certains enseignants et le tout-distanciel. Nous avons proposé que la seconde évaluation du second semestre soit totalement en distanciel. Cette proposition a été acceptée et adoptée par l’université, et ainsi, tous les examens de secondes évaluations auront lieu en distanciel.
Malgré cette première avancée positive que nous avons obtenu, nous regrettons que pour la première évaluation, la liberté soit laissée aux équipes pédagogiques de la faire passer en présentiel ou distanciel, ce qui est facteur d’inégalités entre les différentes promotions.

Les examens avancés de trois semaines ?

Cependant, concernant les dates d’examens gros effectifs, il a été décidé, en dehors des instances décisionnelles de l’université, qu’ils soient tous avancés en semaines 11 et 12. Les examens débuteraient donc à partir du 12 avril 2021 Nous rappelons que le calendrier universitaire indique pourtant que les examens gros effectifs des semestres pairs débutent à partir du lundi 03 mai 2021.
Ainsi, les examens débuteraient 3 semaines avant la date déjà planifiée et communiquée de longue date.
Nous avons immédiatement contacté la présidence de l’université pour nous faire le relai de l’inquiétude des étudiantes et étudiants. Dans le contexte actuel, fortement anxiogène, toute modification des conditions et dates d’examens est susceptible d’amplifier les difficultés auxquelles font face les étudiantes et étudiants. En effet, un avancement des dates d’examens annoncé aussi tardivement peut impacter de façon fortement négative l’organisation des révisions par les étudiantes et étudiants.
Nous avons demandé à la présidence de l’université qu’un sondage soit envoyé aux étudiantes et étudiants concernés afin d’évaluer leur adhésion ou désapprobation concernant une telle modification des dates d’examens.

Mobilisons-nous !

Cette décision d’avancer les examens, prise de façon unilatérale et sans aucune consultation de l’instance habilitée à en fixer les dates (le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire), est révélatrice du même problème que l’adoption de l’aberrant calendrier universitaire de l’année 2021-2022 : une absence de dialogue qui aboutit à des décisions impactant négativement les étudiantes et étudiants de l’université, notamment les plus précaires et les plus fragiles pédagogiquement. L’accroissement des mécanismes de sélection sociale qui en résulte nous impose d’instaurer rapidement un rapport de forces suffisamment fort et déterminé afin de rappeler que l’université ne peut pas se construire contre ses propres étudiantes et étudiants.
Pour cela, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) va continuer à se mobiliser aux côtés des étudiantes et étudiants ces prochains jours.
Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

A Paul Valéry, un calendrier universitaire envers et contre les étudiant.e.s

Ce mardi 9 mars s’est tenu le Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CÉVU) de l’Université Paul Valéry Montpellier 3.
Les élus étudiants du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) avaient prévu lors de cette réunion de proposer un cadrage pédagogique afin d’éviter la surcharge pédagogique.
Nous avons aussi déposé une motion, reprenant la pétition signée par plus de 1300 étudiants, qui réclamait que la tenue des examens de fin de semestre en distanciel pour tous les cours ayant eu lieu en distanciel.
Nous n’en avons pas eu l’occasion.

Un nouveau calendrier universitaire qui pénalise les étudiants.

 Lors du vote sur le calendrier universitaire, il a été refusé aux élus étudiants, enseignants et personnels le droit de vote sur cet élément fondamental de nos études.
Ainsi, nous nous retrouvons avec un calendrier universitaire dans lequel la seconde évaluation du premier semestre sera en plein milieu du second semestre, en mars ! Deux semaines de cours sont aussi rajoutées, sans que celà n’ajoute de véritable semaine de révision avant les premières évaluations du second semestre.
Concrètement, avec ce nouveau calendrier, c’est après 6 semaines de cours du second semestre que les secondes évaluations du premier semestre auront lieu. Comment réviser dans de telles conditions ?

Alors que l’ordre du jour du conseil prévoyait un vote sur deux versions du calendrier, les élus étudiants n’ont ni eu le droit de voter entre les deux versions, ni même eu le droit de parler : plusieurs micros, dont celui de la vice-présidente étudiante, ont été coupés.

L’ensemble des élus étudiants, sauf ceux de Solidaires Étudiant-e-s qui ont soutenu ce calendrier, ont décidé de quitter sur le champ la séance du conseil.

Face au recul des droits étudiants, mobilisons-nous !

Si nous espérons que la présidence de l’université va revenir sur cette décision qui pénalise grandement 21 000 étudiants, cet évènement nous rappelle l’urgence de construire une véritable mobilisation des étudiantes et étudiants, la seule à même de créer un rapport de force face à la toute-puissance de certains enseignants au pouvoir dans les universités.

Nous appelons à une mobilisation étudiante forte ce mardi 16 mars à 14h30 sur la place de la Comédie à Montpellier.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Examens à l’université Paul Valéry : nous voulons l’égalité !

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) demande la tenue d’examens égalitaires à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, et lance une pétition à l’intention de la présidence de l’université. Signez ici : https://www.change.org/examenspaulvalery

Lire la suite Examens à l’université Paul Valéry : nous voulons l’égalité !

Conditions de cours et d’examens en distanciel : les décisions prises à l’Université Paul Valéry, et les avancées obtenues pour les étudiants.

 Dès l’annonce du nouveau confinement, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a pris contact avec la présidence de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 afin de mettre en place un groupe de travail pour préparer au mieux le déroulement des cours et des examens.
Ce groupe de travail s’est tenu mardi 03 novembre avec le vice-président de l’université Julien Vidal. Les élus étudiants de la Corpo Lettres Epsylone, qui avaient eux-aussi proposé un groupe de travail, ont participé à nos côtés à cette longue réunion de plusieurs heures.
Nous vous présentons aujourd’hui les avancées obtenues lors du groupe de travail du 03 novembre, et qui ont étés votées par le CEVU (Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire) de l’université ce jeudi 05 novembre. Ces dispositions s’ajoutent aux Modalités de Contrôle de Connaissances votées en octobre (consultables ICI). Les examens en première évaluation du premier semestre auront lieu en distanciel* du 7 au 18 décembre (semaines 12 et 13).

Mise à disposition d’un amphi, levée de l’obligation d’assiduité, non-pénalisation des absences… les avancées obtenues pour les étudiants.

Que ce soit lors du groupe de travail préparatoire du 03 novembre comme lors du CEVU de ce jeudi 05 novembre, des avancées concrètes ont été obtenues en faveur des étudiants. Plusieurs propositions faites par les élus du SCUM vont ainsi entrer en vigueur. 
Pour les étudiants souhaitant venir à l’université pour travailler dans un endroit calme, déconnecté d’un logement parfois exigu, et pour bénéficier d’un accès wifi, nous avons obtenu l’ouverture d’un amphithéâtre pour tous les étudiants. L’accès à l’amphithéâtre 4, qui dispose d’une capacité de 80 places se fera en réservant un créneau par e-mail (reservation-amphi4@univ-montp3.fr). Il sera surveillé afin de veiller au respect des consignes sanitaires.
Autre grande avancée obtenue : depuis ce lundi 02 novembre, il n’y a plus d’obligation d’assiduité aux TD. Ainsi, il n’y a plus de mesure de notation liée à la présence en cours, les fameux « malus » et « bonus », qui pénalisaient les étudiants les plus fragilisés par la crise sanitaire et le confinement.
Enfin, une avancée majeure a été obtenue, et non des moindres : en cas d’absence à une évaluation pour cause de difficulté technique ou psychologique, l’étudiant pourra demander auprès de l’enseignant concerné, en informant en parallèle son secrétariat d’UFR, le classement de son « Absence Injustifiée » (ABI) en « Absence Justifiée » (ABJ). Ainsi, les étudiants boursiers ne seront plus sous la menace de devoir rembourser une partie de leur bourse en cas d’absence à un examen.
Suite à l’intervention de la Corpo Lettres Epsylone, le vice-président de l’université a indiqué qu’une aide psychologique gratuite sera proposée aux étudiants. Elle se fait par téléphone, de 14h à 22h au 04 23 16 60 20.

Le point sur les stages : stupeur et tremblements.

Concrètement, les stages réalisés avant la fermeture de l’université le 02 novembre verront leur note acquise. 
C’est pour les stages non réalisés avant le confinement que ça devient un peu plus compliqué à suivre. En effet, si vous avez commencé votre stage avant le 02 novembre, puis l’avez continué en « stage à domicile », la note sera prise en compte. Plus surprenant encore, l’université invente le curieux concept de « stage de réflexion ». Il s’agit d’un stage commencé, mais pas continué après le 02 novembre, qui aurait été transformé en ce fameux « stage de réflexion », dont la note sera prise en compte.
Pour les stages commencés, mais pas terminés, la note du stage initial prise en compte, sans préjudice vis-à-vis de la durée du stage effectué.
Enfin, pour les étudiants n’ayant pas pu débuter leur stage avant le 02 novembre, la note sera neutralisée, mais à certaines conditions : au sein d’un même ECUE de stage, si tous les étudiants ne sont pas concernés de la même manière par ce stage, l’étudiant devra demander la neutralisation de sa note de stage auprès du jury et avant sa tenue.

Des mesures contre la fracture numérique insuffisantes malgré quelques avancées.

Pour les étudiants ne disposant pas d’une connexion internet ou d’équipement informatique adapté au suivi des enseignements, l’université a commandé auprès de la région Occitanie 540 ordinateurs et 200 clés 4G. Au delà du nombre ridicule des équipements commandés au regard du nombre total d’étudiants de l’université (21 000), cette initiative ne va pas résorber les inégalités entres étudiants devant ces examens en ligne : les ordinateurs et clés 4G ne seront pas disponibles avant le début des premières évaluations. En résumé, pendant que certains étudiants passeront leurs évaluations, leurs camarades les plus précaires attendront toujours la livraison de leur ordinateur. Le concept d’égalité de traitement prend ici du plomb dans l’aile. Pire, en étudiants en EAD (Enseignement à Distance), en Diplôme d’Université et en Doctorat ne bénéficieront pas de cette initiative, sauf éventuellement sur justificatifs de problèmes financiers envoyés à un obscur e-mail (mail equipement@univ-montp3.fr). Mis à part ces étudiants traités ici comme des étudiants de seconde catégorie, le reste des étudiants recevra un e-mail et un SMS d’ici quelques semaines afin de pouvoir demander un ordinateur et une clé 4G.
Cependant, nous notons une petite avancée dans le domaine numérique : le pavillon informatique sera ouvert aux étudiants de 8h à 18h toute la semaine sur réservation par e-mail (reservation-salle-info@univ-montp3.fr). La Bibliothèque Universitaire est ouverte depuis le 04 novembre et on peut y accéder en réservant ici : https://affluences.com/bu-lettres/reservation 

Face au refus de s’adapter, organisons-nous !

Cependant, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) préfère ici l’honnêteté à une autosatisfaction qui serait ici infondée. La crise sanitaire et sociale inédite que nous vivons en ce moment exige des changements profonds, que ce soit au niveau pédagogique comme au niveau des évaluations. 
 Force est de constater ici l’immobilisme et le conservatisme de l’institution universitaire. 
 Certaines adaptations, nécessaires afin de résorber les nouvelles inégalités engendrées par cette crise et ce nouveau confinement, ont été purement et simplement refusées. Exemple frappant de l’inadaptation complète d’une partie du monde enseignant aux enjeux concrets du moment, aucune garantie n’a pu être donnée concernant la mise en ligne réelle des cours. Ainsi, il est demandé aux étudiants de suivre des cours en distanciel, sans que l’université puisse garantir que les supports de cours soient disponibles sur la plateforme pédagogique web Moodle. Dans la même logique absurde, il est refusé, par idéologie pure, toute forme de validation automatique d’évaluations.
 Nous continuons à accompagner et défendre les étudiants, en particulier les plus précaires, et invitons chacun à nous signaler tout problème rencontré lors d’un cours en ligne ou d’un examen sur cette plateforme de contact : https://combatuniversitaire.wordpress.com/contact/
 Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
* à l’exception d’une dizaine de cours pour lesquels l’université à demandé une dérogation au Rectorat (pratique de musico et de théâtre notamment).
** les stages qui peuvent se dérouler pendant le confinement ne sont pas concernés par ces modalités.