Création du collectif de solidarité avec Pinar Selek

Mercredi 21 novembre, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a participé à la création du collectif de solidarité avec Pinar Selek 34. Lire la suite Création du collectif de solidarité avec Pinar Selek

Publicités

Etudiants étrangers : rassemblement et appel à témoignages jeudi 29 novembre

Combattons l’augmentation des frais d’inscription à l’université !

Hier soir, nous étions entre 70 et 100 rassemblés devant la préfecture contre l’augmentation des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers extra-européens.

Le 19 Novembre 2018, le chef du gouvernement Édouard Philippe a annoncé l’augmentation des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers extra-européens ; c’est à dire 2770€ par an au lieu de 170€ pour la licence et 3770€ par an au lieu de 243€ en master et doctorat.
Le gouvernement explique qu’il s’agit en réalité que d’un tiers du coût réel d’un étudiant étranger pour les finances publiques.
Avec le hashtag #BienvenueEnFrance, le gouvernement justifie une pseudo stratégie pour attirer les étudiants étrangers en France.

Mais hier, revirement de situation ; Édouard Philippe annonce qu’aucune augmentation des frais d’inscription à l’université n’est prévue.
Pourtant, celle-ci est bel et bien en projet de loi.
Par cette annonce, le gouvernement montre sa volonté d’endormir le peuple et d’éteindre une quelconque mobilisation avant qu’elle n’ait eu lieu.

C’est sans compter sur la détermination du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier.
En effet, suite à l’annonce de ce projet de loi, nous avons décidé d’organisé un rassemblement pour montrer l’absurdité de cette loi.
Nous avons lancé un appel sur les réseaux sociaux et qui a été aussi relayé par les médias.
Ce rassemblement fut un premier succès, avec plus de 70 personnes présentes devant la préfecture hier à 17h30.
Des étudiants concernés par ce projet de loi ont témoigné de leurs conditions de vie en France, des sacrifices qu’ils ont fait avec leur famille afin de pouvoir venir étudier ici, de leur mécontentement, et surtout de leurs craintes.
Notre détermination ne va pas s’arrêter là, il est important que le gouvernement arrête de prendre les plus précaires pour des vaches à lait.

Nous lançons donc dans un premier temps, un appel à témoignages. Vous pouvez témoigner, sur la page Facebook du syndicat, en commentaire de ce communiqué.
Puis dans un second temps, nous relançons un rassemblement devant la préfecture (place des Martyrs de la Résistance) jeudi 29 novembre à 17h30.
Nous vous attendons nombreux !

Contre la précarité étudiante, le SCUM continuera le combat et à donner la parole aux premiers touchés.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

Élections à l’Université de Montpellier : le SCUM devient la deuxième organisation étudiante en Faculté des Sciences !

Jeudi 22 novembre se déroulaient les élections étudiantes de l’Université de Montpellier (UM). Nous avons présenté à cette occasion, pour le secteur « Sciences et Techniques » de la Commission Formation et Vie Universitaire (CFVU), une liste intitulée « Donuts ! Les étudiants indépendants et combatifs ».
Dans un contexte marqué par la mise en place de la sélection en première année de Licence et la menace pesant sur le maintien des rattrapages, notre liste était la seule à se présenter en relayant les revendications du mouvement étudiant sur ces sujets. Engagés pour que chacun, quelque soit sa provenance géographique, puisse accéder à l’université, nous avons fait de la lutte contre l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants internationaux un de nos principaux chevaux de bataille lors de ce scrutin. Annoncée lundi 19 novembre par le premier ministre, cette hausse des frais d’inscription constitue un acte de fermeture et de sélection sociale et préfigure la volonté de généraliser la hausse des frais d’inscription à tous les étudiants. La mobilisation a déjà commencé à l’appel du SCUM par un rassemblement jeudi soir devant la préfecture de Montpellier, qui a réuni près d’une centaine d’étudiants étrangers.

Un autre axe important porté par notre liste lors de cette élection est la question du gaspillage alimentaire au sein de la cafétéria du campus Triolet, le « S’pace ». Après avoir dévoilé dans une vidéo sur les réseaux sociaux que chaque jour, une quantité astronomique de nourriture est jetée par le CROUS : sandwiches, salades, divers plats préparés, nos candidats ont porté la revendication d’un travail en commun entre les instances de l’université et le CROUS afin de permettre aux étudiants précaires et aux associations humanitaires de récupérer ces invendus avant qu’ils ne soient jetés aux ordures.

Plus de 20% des voix

Dans un contexte ou seuls 4,27 % des étudiants du campus sont allés voter, notre liste « Donuts, les étudiants indépendants et combatifs » est la seule à progresser en voix, passant de 55 voix il y a deux ans (avec la « Liste indépendante ») à 132 voix. Avec 20,12 % des voix, le SCUM devient la deuxième organisation étudiante représentative du campus Triolet devant la liste de droite réactionnaire de l’UNI et fait son entrée en CFVU avec un élu !

Cette victoire constitue un appui important pour porter les revendications étudiantes, légitime l’action syndicale portée par le SCUM, et appelle à construire des mobilisations sociales étudiantes afin de défendre notre droit à un avenir.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

Élections à la Communauté d’Universités le 28 novembre : votez « Etudiants Associatifs et Combatifs pour la COMUE » !

Étudiants de l’académie de Montpellier (ENSCM, Unîmes, UM, UPVD UPVM3, SUPAGRO), mercredi 28 novembre, votons « Étudiants Associatifs et Combatifs pour la COMUE » !

Qui sommes-nous ?

Nous sommes des étudiantes et étudiants des différentes
universités et établissements d’enseignement supérieur de
l’académie. Engagés dans diverses associations étudiantes, BDE
et syndicats, nous avons à cœur, en présentant cette liste
indépendante, de porter la voix des revendications étudiantes
dans les instances de la COMUE.
Nous nous engageons à un maximum de transparence
concernant nos actions et nos interventions au sein du Conseil
d’Administration.
Nous nous investirons également sur des champs plus larges tels
que la validation de nouvelles formations et les dotations
accordées aux projets étudiants

La COMUE, kézako ?

La communauté d’universités et établissements Languedoc- Roussillon Universités rassemble les établissements d’enseignement supérieur de l’académie de Montpellier. Elle coordonne les politiques de recherche et la rénovation des bâtiments universitaires dans le cadre du Plan Campus.

Quelques axes :

– Améliorer le suivi des chantiers gérés par le COMUE
– Harmoniser les crédits accordés pour le suivi des formations
– Diversifier l’offre du Centre de Santé Universitaire
– Développer un Fond de soutien aux initiatives étudiantes à la
COMUE
– Garantir aux sites délocalisés et universités de proximité un accès égal aux financements dédiés aux rénovations
– Davantage de proximité et transparence sur les actions et décisions prises à la COMUE
– Mise en place de cafétérias associatives directement gérés par les étudiants eux-mêmes, à l’image de ce qui se fait dans certaines écoles
– Interpeller les présidences d’universités concernant leurs politiques de sélection en Licence et Master
– Se servir de la COMUE comme espace de collaboration afin de coordonner les politiques des établissements en matière d’inscription et accueillir au mieux tous les étudiants dans les formations qu’ils désirent.

Viens soutenir notre liste sur facebook !——————-
Liste soutenue par l’Association des Étudiants en Master et Doctorat de Montpellier, l’Association des Étudiants Engagés de Perpignan, le syndicat SCUM et Sakamaché.

2770 € la Licence et 3770 € le Master et Doctorat : aujourd’hui pour les étudiants internationaux, demain pour tous ? rassemblement jeudi 22 novembre

Lundi 19 novembre, le premier ministre a annoncé une mesure phare pour « attirer les étudiants étrangers hors Union Européenne », dont le nombre a baissé de 8.1% depuis 2010 :  leur appliquer une hausse des frais d’inscription ! Alors qu’actuellement la plupart des étudiants internationaux paient les mêmes frais d’inscription que tous les autres étudiants, le gouvernement a annoncé vouloir porter leurs frais d’inscription à 2770 € par an en licence et 3770 € en master et doctorat.

Cette mesure de « préférence nationale », paradoxalement justifiée pour renforcer l’attractivité du système universitaire français a été décidée de façon arbitraire sans aucune prise en compte des revenus des étudiants concernés. Les étudiants internationaux qui suivent actuellement leur formation en France auront-ils les moyens, à la rentrée prochaine, de débourser plusieurs milliers d’euros pour continuer à étudier ? Cette augmentation conduira des milliers d’étudiants à renoncer à leurs études et à leur présence en France.

Après la mise en place l’année dernière d’une taxe étudiante de 90€, la CVEC (Contribution Vie Etudiante et Campus), et dans un contexte ou les présidents d’universités opérent un intense lobbying afin de pouvoir « augmenter leurs ressources propres », il est à craindre que cette augmentation fasse l’effet d’un ballon d’essai pour des augmentations généralisées des frais d’inscription.

Dans les universités Montpelliéraines, les élus SCUM agissent

A l’université Paul-Valéry Montpellier 3, les élus de la liste « Fac Off » présentée par le SCUM et le CEI ont déjà commencé à se mobiliser sur la question. Lors du Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de ce mardi 20 novembre, ils ont déposé une motion affirmant notre opposition claire et sans concession à cette augmentation et demandant de façon concrète que « les frais d’inscription à l’université ne soient pas augmentés, et ce pour tous les étudiants peu importe leur origine. » Nous nous félicitons que cette motion ait été adoptée à l’unanimité des voix, moins 6 abstentions.

Engagés contre les discriminations, nous avions déjà dénoncé en 2017 l’impact de la politique de sélection en Master sur les étudiants internationaux.

A l’Université de Montpellier (UM), la question des frais d’inscription est au cœur de la campagne de la liste « Donuts ! Les étudiants indépendants et combatifs », qui se présente jeudi 22 novembre à l’élection des représentants étudiants du secteur « Sciences et Techniques » de la Commission Formation et Vie Universitaire. Notre opposition résolue sera aussi portée au sein de la Communauté d’universités (COMUE-LR), qui participe de plus en plus à l’accueil et à l’accompagnement des étudiants internationaux, par notre liste « Etudiants Associatifs et Combatifs pour la COMUE », qui se présente aux suffrages des étudiants de toute l’académie mercredi 28 novembre.

 Convaincus qu’au delà des instances universitaires, il est nécessaire une forte mobilisation s’élève contre cette mesure anti-sociale et discriminante. nous appelons à un rassemblement jeudi 22 novembre à 17h30, devant la Préfecture de Montpellier.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

Notre mobilisation dans les médias :

Les étudiants combatifs remportent les élections dans les cités universitaires de Montpellier.

Du 6 au 9 novembre les résidents des cités et résidences universitaires de Montpellier étaient appelés à élire leurs représentants dans les conseils de résidences des Cités Universitaires montpelliéraines.

Afin de défendre efficacement des conditions de vie décentes pour chacun et une animation de qualité, des étudiantes et étudiants combatifs ont décidé de se présenter au sein des conseils de résidence de la résidence Alain Savary et de la cité universitaire Boutonnet.

Nous nous félicitons que les listes présentées ou soutenues par le SCUM dans ces cités et résidences universitaires ont remporté la totalité des sièges en jeu, soit 4 sièges à la cité universitaire Boutonnet et 4 sièges à la résidence Alain Savary.

Les 8 nouveaux élus combatifs auront à cœur de proposer aux étudiants une nouvelle dynamique dans les résidences du CROUS, tout en restant vigilants et sans concessions sur les questions de salubrité (dont les punaises de lit font partie), d’accès à l’eau chaude ou d’éventuelles augmentations de loyer.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

Elections universitaires à Paul Valéry : Patrick Gilli humilié, le SCUM renforcé, les mobilisations étudiantes légitimées

Les 13 et 14 novembre se déroulaient les élections des représentants étudiants des conseils centraux de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Ce scrutin se déroulait dans un contexte de généralisation de la sélection sociale en Licence et Master. Dans les filières sous tension (où le nombre de places est limité sur volonté de la présidence de l’université), de nombreux étudiants témoignent sur les réseaux sociaux d’une ambiance de plus en plus délétère année après année, générant mal-être et insécurité. La menace planant depuis cet été sur le maintien des secondes évaluations et de la compensation des semestres n’a fait qu’accroitre ce climat anxiogène. Quelques mois après le massif mouvement de grève du printemps dernier, l’heure était à l’étouffement des revendications étudiantes et à la répression violente de la part de la présidence de l’université. Après nous avoir expulsés illégalement de nos locaux, harcelé nos élus, molesté violement des étudiants et exclu ceux qui ont osé demander sa démission dans les médias, la présidence de l’université est allée jusqu’à tenter de nous empêcher de déposer nos listes lors de ce scrutin.

Dans ce contexte, ou certains responsables administratifs appelaient ouvertement à voter contre nous jusqu’aux abords du bureau de vote, notre liste indépendante “Fac Off”, menée avec le Comité Etudiant Indépendant et l’Association des Etudiants en Master et Doctorat de Montpellier, était l’unique à s’opposer ouvertement à la présidence de l’université, en relayant les revendications du mouvement étudiant dont celle de la démission de Patrick Gilli. Seule liste à présenter un bilan complet de nos actions au cours des dernières années, nous avons eu la surprise de constater une curieuse « union sacrée » entre trois autres listes : “votez pour n’importe qui mais pas pour le SCUM”. Si voir les parisiens du Bureau National de la fantomatique UNEF délivrer le même discours que la liste de l’ADEM3/AGEM était surprenant, l’attitude de la liste “Solidaires Etudiant-e-s” l’était certes beaucoup moins : par exemple en septembre, certains membres de cette liste, avaient directement participé à la répression contre notre syndicat en section disciplinaire.

Patrick Gilli désavoué

Seule liste clairement opposée à la présidence de l’université, la liste d’union “Fac Off” double son nombre de voix et fait du SCUM une force incontournable : 5 sièges au total, soit 2 sièges de plus que les listes SCUM et CEI il y a deux ans.

Si cette forte progression constitue bien entendu un camouflet envers la politique de la présidence de l’université, son désaveu est en réalité bien plus large. Ces élections devaient sanctifier un « retour à la normale » après de nombreux mois de forte mobilisation étudiante contre la sélection mise en place par la présidence de la fac. Or, la quasi-totalité des étudiants a refusé de participer à cette mise en scène : seuls 1426 étudiants se sont déplacés pour voter lors de ce scrutin, soit à peine 7,6% des étudiants inscrits, et surtout plus de deux fois moins que lors de l’Assemblée Générale étudiante du 27 mars 2018, qui avait voté la grève illimitée et décidé de ne plus reconnaître Patrick Gilli comme président de l’université.

Ce boycott de plus de 92% des étudiants prouve que les mouvements sociaux ont plus de légitimité que les scrutins électoraux universitaires.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) continuera à lutter contre la sélection, les politiques précarisantes, l’omerta sur les harcèlements sexuels et plus largement à défendre notre droit à un avenir face à la présidence de l’université et aux politiques gouvernementales.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com