Archives pour la catégorie Luttes

Les mobilisations universitaires et interprofessionnelles
(Retrouvez ici les mobilisations contre la sélection)

Rendez-vous contre la répression des prostituées mercredi 9 avril

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) s’associe, aux côtés du SCALP – No Pasaran 34, à l’appel du collectif féministe non-mixte « Les Tricoteuses en Furie »  contre la répression des prostituées, à l’occasion de l’invitation par la fac de lettres de l’organisation réactionnaire « L’amicale du Nid ». Rendez-vous mercredi 9 avril à 18h devant la salle Camproux (Maison des Etudiants) de l’Université Paul-Valéry. manif-9

Lire la suite Rendez-vous contre la répression des prostituées mercredi 9 avril

Boursiers, étudiants précaires : réunion d’échanges et de lutte jeudi 10 avril

Face à la précarité étudiante, il est temps de s’organiser et de lutter.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) organise donc une réunion d’échanges et de lutte des étudiants boursiers et précaires jeudi 10 avril à 19h, salle Charles Camproux de la Maison des Étudiants, à l’UM3.

https://www.facebook.com/events/1385696228375042/

AFFICHEBOURSES-AG

Manifestation inter-régionale antifasciste Montpellier dimanche 06 avril

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) s’associe à l’appel du Collectif Antifasciste 34 pour une manifestation antifasciste dimanche 6 avril.

DERRIERE L’ÉTIQUETTE « JOUR DE COLÈRE », L’EXTREME DROITE TENTERA D’OCCUPER LA RUE À MONTPELLIER LE 6 AVRIL Jour de colère au niveau national…

L’extrême droite progresse dans tous les domaines : la crise économique et sociale et les plans d’austérité gouvernementaux favorisent son essor. Depuis janvier est apparu un événement appelé jour de colère : il s’est présenté sous forme d’une manifestation à Paris le 26 janvier dernier rassemblant plus de 20.000 personnes. Ce rassemblement veut se faire passer pour une vague de contestations et de ras le bol de la population en essayant de s’approprier les mouvements tels que les bonnets rouges, les centres équestres, les taxis…

Jour de colère est en réalité organisé et mené par des groupes fascistes et néo nazis qui se sont réveillés à l’occasion des « manif pour tous ». Quelle aubaine pour eux de pouvoir défiler cachés derrière cette étiquette de jour de colère et de pouvoir ainsi déverser leur discours raciste, antisémite, sexiste, ultra nationaliste. C’est dans ces rangs que l’on peut entendre des slogans comme « juifs, hors de France, la France aux Français » ou encore des appels à un coup d’État militaire. Parmi les participants les plus actifs, on peut citer :

Œuvre française et jeunesses nationalistes, dissoutes en juin dernier, qui rendent hommage à Mussolini tous les ans et veulent une révolution nationale en suivant l’exemple de Pétain pendant l’occupation. Civitas et Chrétiens en colère sont des catholiques intégristes qui demandent notamment l’interdiction de l’avortement. Les pro-dieudonné et Soral, qui par antisémitisme sont près à s’allier avec toutes les pourritures nostalgiques du nazisme. Tous les groupes identitaires qui prônent la peur de « l’invasion étrangère » et sont responsables dans de nombreuses villes d’agressions à caractères racistes et politiques.

Jour de colère est donc bien une vitrine de l’extrême droite qui peut ainsi devenir visible en toute impunité.

…Et jour de colère à Montpellier

Fort de son « succès », Jour de colère va renouveler sa mobilisation dans plusieurs grandes villes lors du week end du 5 et 6 avril prochain : à Montpellier, l’appel est lancé pour le 6 avril. Localement, jour de colère est organisé et entretenu essentiellement par la ligue du midi, groupe identitaire islamophobe et raciste, qui s’associe régulièrement dans des débat et événements avec M. Ayoub, ex dirigeant de 3eme voie, organisation ouvertement néo nazie dissoute en juin dernier. Ainsi, pour la première fois, l’extrême droite locale va essayer de faire une apparition publique de rue et par là-même de s’ancrer sur la ville.

Pour cette raison, ne laissons pas la rue à l’extrême-droite ! Manifestation inter-régionale antifasciste Montpellier dimanche 06 avril Rendez-vous à 13h à Plan Cabanes (tram 3, arrêt Plan Cabanes)

Vidéo : « Qu’est-ce que le jour de colère ? » : http://www.youtube.com/watch?v=c_DbaVCGJJs

 Collectif antifasciste 34

Semaine contre l’apartheid israélien

La CNT – Solidarité Ouvrière, dont le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM fait partie, s’oppose aux tentatives de censure de la Semaine contre l’apartheid israélien.

Communiqué unitaire (http://www.cnt-so.org/?Semaine-contre-l-apartheid) :

Pas de censure dans les universités !

Chaque année depuis 2005, une « Semaine contre l’apartheid israélien » se déroule dans des universités du monde entier, en Afrique du Sud, Australie, Belgique, Brésil, Canada, Danemark, Espagne, États-Unis, Grande-Bretagne, Irlande, Italie, Jordanie, Liban, Mexique, Palestine, Pays-Bas, Suède, Suisse et Israël.
Chaque année en France, des événements organisés dans ce cadre sont censurés voire interdits. On se souvient de l’Université de Montpellier-3 en 2010 et en 2013, du débat avec Stéphane Hessel à l’ENS en 2011, des colloques de Paris 8, de l’EHESS et de l’IEP Lyon en 201 2, parmi d’autres…
Ces atteintes à la liberté de réunion sont d’autant plus dangereuses qu’elles nous concernent tou.te.s : elles créent un précédent et compromettent par la suite la tenue de n’importe quel événement qui n’aurait pas les faveurs de la direction de l’université ou du gouvernement en place.
Cette année encore, en mars 2014, des étudiant.e.s vont organiser des événements politiques et culturels, des débats dans les universités de France, pour discuter de la question palestinienne, de l’apartheid en Palestine et de la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions comme moyen d’y mettre fin. La situation des palestinien.ne.s est trop grave pour que les universitaires soient exclus de ces débats.
Nous, associations et organisations syndicales d’étudiant.e.s, d’enseignant.e.s et de travailleur.euse.s de la recherche, exigeons de la direction des universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur, que soit protégée la liberté pour les étudiant.e.s de disposer de l’espace universitaire pour débattre de sujets politiques, selon les termes de l’article L811-1 du code de l’éducation [1].

L’université doit rester le foyer de la liberté d’expression.


AURDIP, CNT-SO, CNT-F, CNT-FTE, Emancipation, Génération Palestine, GUPS, SNESUP-FSU, Solidaires étudiant-e-s, SUD Education, SUD Recherche

Projection-débat « Printemps Durable » jeudi 13 février

Le comité de mobilisation de l’Université Paul-Valéry organise, jeudi 13 février à 16h, une projection du documentaire « Printemps Durable », salle Jean-Moulin (Maison des Etudiants).

Ce film retrace la grève étudiante de 2012 au Québec à travers les caméras de la télé étudiante de l’Université de Montréal : Universitv ou UTV. Elle se compose à l’époque d’étudiants en grève, utilisant le medium vidéo pour militer contre la hausse des frais de scolarité de 75% du gouvernement libéral de Jean Charest.

Un an après le mouvement «historique», les étudiants retracent les événements forts de la mobilisation à travers ce film documentaire : «Printemps Durable». Un titre controversé à double effet critique sur le mouvement : souvent comparé maladroitement au printemps arabe, et qui permet également de revenir sur la notion contestable de «durabilité» dans notre société contemporaine. En somme, un film reflexif qui appelle à une analyse différente du mouvement étudiant québecois de 2012, qui fût la plus grosse grève étudiante de l’histoire du Québec.

Ce documentaire a été entierement produit et diffusé bénévolement par des étudiants, en dehors des industries et secteurs economiques se rattachant au documentaire. Il est en libre diffusion sur internet et bien évidemment gratuit.

-> https://www.facebook.com/events/384488641694808/?ref=5