Sélection en Master : lettre d’un élu SCUM au conseil de l’UFR 5

Cette injonction à la spécialisation, à définir de plus en plus vite un projet professionnel, sous couvert de cohérence représente un danger.

bf2b2a0c4ad43d940f09da585fce6d0f_141J’y vois un parallèle avec la rationalisation de l’industrie. Avec la division du travail et, pour le dire rapidement, ses conséquences micro/macro sociétales.
Edgar Morin dénonce lui la voie prise dans les sciences en parlant de mutilation de la connaissance.
Où est la cohérence en créant de toute pièce des Master tenant lieu de voie de garage pour satisfaire aux quotas imposés aux autres diplômes ?
Je n’ai rien contre les garagistes mais tout le monde ne trouve pas sa vocation à la même vitesse.
J’ai lu dans la presse un argumentaire revenant à dire que ce sont les parents qui payent pour leurs glandeurs d’enfants. Explication facile qui, selon moi, écarte un peu trop vite d’autres éléments qui offriraient une meilleure compréhension des motivations et des craintes de la jeunesse.
Il y a de la volonté chez les étudiants. Combien travaillent à temps partiel ? Combien s’interrogent sur ce qui les attends ? Sur la possibilité de s’accomplir dans leur vie ?
Et je m’interroge sur l’opportunité à Paul Valery d’avoir un sociologue vice-président de l’université.
Il y a une différence de principe entre un idéal et une contrainte budgétaire doublée d’une volonté politique insidieuse.
Or l’université à un rôle à tenir, notamment dans une société mutilée, elle aussi.
L’université est décrite comme une sorte d’éponge à indécis.
La réponse institutionnelle à cette critique est précisément d’en constituer un argument positif.

My own two cents. Please, stick one’s nose in.

V. élu au conseil de l’UFR 5* de l’Université Paul Valéry, pour le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM).

* L’UFR 5 est composé des départements de psychologie, de sociologie, d’ethnologie, et de sciences sanitaires et sociales.

Publicités

Une réflexion sur « Sélection en Master : lettre d’un élu SCUM au conseil de l’UFR 5 »

  1. J’aime bien l’idée de revendiquer haut et fort notre refus de la rentabilité, mais je ne suis pas sur que l’université soit LE cadre emancipateur qui permet cela. Wait and see camarades !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s