A Montpellier 3, un élu au sein des conseils centraux démissionne et rejoint le SCUM

Vendredi 17 janvier 2014, un élu au sein du Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry, a envoyé à la présidence de l’université, à l’ensemble des élus de cette instance, ainsi qu’à plusieurs personnels cette lettre de démission de cette instance :

 » Objet : démission du Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU)

Bonjour,

Élu au sein du CEVU de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 sur les listes du syndicat étudiant « SUD Étudiant » lors des dernières élections aux conseils centraux, j’ai essayé, au sein de cette instance, de porter la voix des étudiants en lutte pour d’autres formes de transmissions du savoir.

Et ceci non seulement malgré le manque d’implication de mon syndicat sur cette question, mais aussi et surtout face au mépris et à l’hypocrisie d’une présidence d’université n’hésitant pas, après s’être ostensiblement affichée en opposition au gouvernement dans les pages de moult médias, à tenter par tous les moyens de réduire au silence les étudiants mobilisés contre les politiques austéritaires du gouvernement, appliquées docilement dans notre université. Au vu des derniers événements en date, allant de la répression directe du mouvement étudiant, via des convocations en commissions disciplinaires sous des motifs plus extravagants les uns que les autres, jusqu’à l’obstruction physique de la tenue d’une Assemblée Générale, il apparaît désormais que la minorité dirigeant notre université se pose clairement et sans aucune ambiguïté du même côté qu’un gouvernement qui n’hésite pas à orchestrer la mise en pièces de l’enseignement supérieur public et la précarisation accrue de ses personnels.
De plus en plus inquiétante, cette dérive va de plus en plus loin, la présidente de notre université, relayée en ce sens par plusieurs groupuscules violents d’extrême-droite, n’hésitant désormais plus à encourager elle-même par e-mail des étudiants à s’opposer physiquement à d’autres étudiants lors de la mise en place de piquets de grève. Le risque d’altercations violentes que pourraient entraîner ce type de propos est intolérable.

Les étudiants de notre université sont en droit d’attendre, que ce soit de la présidence comme de leurs organisations représentatives, un minimum d’honnêteté, de combativité et de considération.

Désormais, il semble impératif de passer de la parole aux actes, et c’est à cette tâche que vont devoir s’atteler les étudiants qui vont désormais tenter, à travers un nouveau Syndicat de Combat Universitaire à Montpellier, d’incarner un syndicalisme radical de type nouveau, en lien avec le monde du travail et au cœur des préoccupations étudiantes.

Dans une démarche de clarté et d’honnêteté, je souhaite donc vous présenter ma démission du Conseil des Études et de la Vie Universitaire.

En vous remerciant de prendre en considération ma demande. « 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s